Le féminisme veut-il faire de la femme le bourreau de l’homme blanc ? [L’Agora]

A LA UNE

Romain Petitjean (Institut Iliade) : « Nous formons des jeunes gens pour qu’ils deviennent des éveilleurs de peuple » [Interview]

Nous vous avons rendu compte cette semaine des travaux qui se sont déroulés lors du colloque de l'Institut Iliade,...

La nature comme socle. Retour sur le VIIe Colloque de l’Institut Iliade (2/2)

Après une première partie, suite et fin de la recension du VIIème colloque de l'Institut Iliade ayant eu lieu...

À la vie, à l’amour. Des mamans témoignent de la vie après le décès de leurs jeunes enfants [Interview]

Ils s'appelaient Gaspard, Siméon, Auguste. Ils étaient trois jeunes enfants, pleins de vie, qui sont décédés, des suites d'une...

Paul Conge : « Les droites radicales prospèrent sur certaines faiblesses structurelles de la France contemporaine » [Interview]

Paul Conge est journaliste à Marianne, où il couvre, entre autres, les questions judiciaires. Il vient de publier Les Grand-remplacés. Enquête sur...

Gilles-William Goldnadel : « En France , la liberté d’expression est sacrée lorsque l’outrance vient de gauche et maudite si elle vient de droite...

La loi Avia sur la « haine en ligne » est de retour par la porte détournée (et fort peu démocratique)...

Eu égard des ravages et des conséquences terribles que j’ai pu voir sur l’interdiction totale et la pénalisation de l’IVG dans de nombreux pays du monde, la loi Veil de 1975 ne m’a jamais choqué car je pensais peut être naïvement qu’il était question de protéger, dans les premiers mois de grossesse, une petite minorité de femmes d’une erreur commise à deux avec un homme (erreur à laquelle tout le monde a droit), ou d’un terrible évènement (viol notamment).

Je me suis manifestement bien planté (ou plutôt, il semblerait que tendre vers le Juste Milieu soit impossible dans notre société tiraillée par des ayatollahs).

L’adoption la semaine dernière d’un amendement (article 20 alinéa 3 de la loi de bioéthique) permettant au nom d’une trop vague « détresse psycho-sociale », de tuer (quel autre nom employer à ce stade ?) un enfant jusqu’à la veille de sa naissance, montre que les extrémistes féministes n’ont absolument aucune limite dans leurs intentions mortifères.

Car il ne faut pas se tromper. Ce ne sont pas « les femmes », mais bien une poignée de féministes hystériques et bien trop influentes qui font la loi aujourd’hui (auxquelles obéissent y compris des « mâles blancs » qui n’ont plus le moindre respect de leur propre personne – à moins que cela ne cache d’autres fantasmes…) et qui forgent ce que sera, demain, notre société dont on peut légitimement s’interroger sur l’envie d’y vivre et d’y faire grandir ses enfants.

Ces féministes extrémistes veulent en finir par tous les moyens avec l’homme blanc.

  • En empêchant à la fois le père d’avoir un rôle de père (PMA pour toutes, achat de bébés sur catalogue à venir)
  • En proposant à la femme de devenir l’Inquisitrice de cet homme ( suspicion permanente de maltraitance, de violences, d’être un porc et légitimité médiatique pour le faire avant que le tribunal ne tranche quasiment tout le temps en sa faveur)
  • En éduquant la femme blanche dès son plus jeune âge (par la publicité et par l’école) aux bienfaits que constitueraient le métissage et le fait de se laisser aller « en toute liberté » à de multiples partenaires d’autres ethnies, plus « cools », plus virils, plus performants que le mâle blanc à éradiquer.

Au final, l’aboutissement de cet individualisme forcené n’est autre que le rôle de bourreau accordé à la femme qui peut se dire désormais : « En tant que chef d’entreprise au bord du Burn-Out « j’ai le droit de tuer l’enfant que je porte depuis 8 mois » car je suis en détresse psycho-sociale ». Ou de se dire « Après tout, je porte un petit garçon dans mon ventre, je ne supporte pas l’idée d’avoir un homme en moi, je le tue ».

Et puis demain, certaines joueront de leurs influencent pour faire voter des lois destinées à stériliser les hommes, histoire que l’homme blanc, démographiquement remplacé, soit effacé définitivement, sexuellement cette fois-ci….

Tout ceci peut aller très loin. Et cela finira très très mal. Le nihilisme (le féminisme ?), c’est la guerre.

Julien Dir

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Les derniers articles

Comment on formate un peuple ? Le 67 ème numéro de Réfléchir & Agir vient de sortir

Comment on formate un peuple ? C'est la question que se pose (et à laquelle tente de répondre) la...

Pourquoi tant de haine ? #30. Hommage à Emmanuel Ratier, avec Xavier Poussard

Pourquoi tant de haine ? est une émission d’ERFM, la radio en ligne et en continu d’Égalité & Réconciliation. Pour ce...

En 2019, les Sauveteurs en Mer ont pris en charge près de 37 000 personnes

En 2019, les Sauveteurs en Mer ont pris en charge près de 37 000 personnes : 10 900 secourues, 24 800 soignées et 1...

Aire de España. Les fiancés de la mort se donnent rendez-vous à Ruffiac (56)

Il n’est pas banal de trouver au coeur de la campagne bretonne un restaurant espagnol dont un des créateurs est un ancien légionnaire des...

Sécheresse. Un été 2020 historiquement sec… pour la 3e année consécutive

L'été 2020 a été le plus sec jamais enregistré depuis 1959. Un record qui est repoussé pour la troisième année consécutive. Été le plus sec...

Covid-19. Rien d’alarmant depuis 15 jours sur la planète

L’analyse des nombres de décès déclarés par les États montre que l’épidémie n’a pas pris d’ampleur significative sur la planète  cours des quinze derniers...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -