Covid19. Donner son identité pour prendre un café, une histoire belge

A LA UNE

La nature comme socle. Retour sur le VIIe Colloque de l’Institut Iliade (2/2)

Après une première partie, suite et fin de la recension du VIIème colloque de l'Institut Iliade ayant eu lieu...

À la vie, à l’amour. Des mamans témoignent de la vie après le décès de leurs jeunes enfants [Interview]

Ils s'appelaient Gaspard, Siméon, Auguste. Ils étaient trois jeunes enfants, pleins de vie, qui sont décédés, des suites d'une...

Paul Conge : « Les droites radicales prospèrent sur certaines faiblesses structurelles de la France contemporaine » [Interview]

Paul Conge est journaliste à Marianne, où il couvre, entre autres, les questions judiciaires. Il vient de publier Les Grand-remplacés. Enquête sur...

Gilles-William Goldnadel : « En France , la liberté d’expression est sacrée lorsque l’outrance vient de gauche et maudite si elle vient de droite...

La loi Avia sur la « haine en ligne » est de retour par la porte détournée (et fort peu démocratique)...

Bretagne. 6 à 11% de prénoms musulmans selon les départements attribués en 2019

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

Ceci n’est pas une histoire belge. Pour se prémunir du Covid – qui visiblement ne s’arrrête pas à la douane belge, mais y entre gaillardement pour se fournir en tabac moins cher – les belges ont trouvé LA solution. Depuis la semaine dernière, chaque client de bar, restaurant ou hôtel doit remplir un formulaire, en y couchant son nom, prénom, mail, téléphone, adresse… afin d’être rapidement prévenu en cas de foyer dans l’établissement – ce qui est arrivé dernièrement à Pornichet (44) où un bar et un restaurant ont du fermer après la contamination de deux employés.

Cependant si des applications ont été développées dans l’urgence par certaines municipalités (Mons) ou établissements (Bruxelles), avec des QR codes à flasher qui marchent plus ou moins bien, l’application de cette mesure semble très aléatoire. « En fait elle mesure bien l’autorité de notre gouvernement fédéral : à peine plus que la Grand place de Bruxelles », s’amuse un cafetier belge.

Tourné le coin de la grand place – où la mesure est scrupuleusement appliquée, à l’aide de QR codes à flasher, sans quoi les serveurs ne vous ramènent même pas la carte – on trouve une foultitude d’établissements aussi accueillants ou bondés où le patron vous ramène un petit carnet de papier – comme ceux distribués par les taxis et fournisseurs, vous griffonnez ce que vous voulez, « et de toute façon à la fin de service, on balance », balaie un patron. Normalement, les infos doivent être gardées 14 jours et ne pas être utilisées pour autre chose que le suivi de l’épidémie.

En Allemagne, la « bonne » idée a aussi été adoptée, avec quatre semaines de conservation de données. Pour les bistrotiers belges, c’est la panade : ceux qui appliquent la mesure doivent aussi désinfecter formulaires et crayons, garder quelque part la paperasse générée, expliquer la mesure et l’exiger pour toute consommation, même un café en terrasse. Certains clients fuient, d’autres indiquent n’importe quoi… et bien souvent, ce sont les patrons qui fuient l’application de la mesure, malgré les 750 € d’amendes à la clé.

« Pour avoir traversé la Belgique d’ouest en est [fin juillet], j’ai pu constater que la mesure n’était pas du tout appliquée aux frontières françaises et à la campagne, pas non plus à Gand, Charleroi et Namur, par un établissement sur trois à Bruxelles, une petite moitié à Anvers qui concentre pourtant le gros de la 2nde vague en Belgique… et cela fait rire beaucoup les hollandais – dont beaucoup ne portent même pas de masques, de quoi se faire traiter d’inconscients par les politiques français, et les luxembourgeois, qui ont rendu le masque obligatoire dans les lieux publics et les transports. Mais cette histoire de formulaires dans les bars, ils trouvent que ça fait vraiment une bonne histoire belge, inefficace et discriminatoire en plus ».

Louis Moulin

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Les derniers articles

Finistère : les élus de l’agglomération quimpéroise capitulent face à Amazon

Une majorité des élus de l'agglomération quimpéroise a dit "oui", ce jeudi soir, au projet d'implantation de la plateforme...

Bistro Libertés. Sébastien Meurant (LR) dans l’arène face à Jean Messiha (RN)

L'invité de Bistro Libertés, Sébastien Meurant, est un dirigeant des Républicains qui se revendique de la droite de conviction....

Macron, la psychose covid

Au sommaire de ce journal : gouverner par la peur. https://www.youtube.com/watch?v=FHCuerRAQKY Avec les annonces de fermetures d’établissements restaurants et bars notamment et la menace de reconfinement,...

Urgence climatique. Des écologistes antinucléaires font volte-face en Allemagne

En voilà un article particulièrement intéressant, signé de la rédaction du journal Economie Matin. Ce dernier évoque deux figures du mouvement anti nucléaire en...

Algues vertes en Bretagne. Une nouvelle alerte « contre le déni des autorités sanitaires devant le danger de l’hydrogène sulfuré dans les sédiments sableux...

L'association Sauvegarde du Trégor, dirigée par Yves-Marie Le Lay, vient d'adresser une mise en garde à l'Agence Régionale de Santé Bretagne. Il s'agit d'une...

Autonomie médicale et système immunitaire (entretien avec Soazig Baumann)

Soazig Baumann, praticienne en médecine libre et thérapeute en soins manuels, nous présente sa conception des médecines naturelles, fondée sur l'expérience et l'idéal d'autonomie...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -