Spirou chez les Soviets (bande dessinée)

A LA UNE

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Après Tintin, c’est au tour de Spirou et Fantasio de se rendre au pays des Soviets. Ils vont lutter contre le KGB pour sauver l’humanité.

Au début des années 1960, par une nuit d’hiver enneigée. Pendant que dorment ses amis Spirou et Fantasio, le comte de Champignac, génie scientifique, est enlevé par deux agents du KGB. Pour le délivrer, Fantasio et Spirou vont remonter la piste des ravisseurs. Astucieusement, ils s’introduisent en Russie avec de fausses cartes professionnelles de Vaillant (Pif Gadget), se faisant ainsi passer pour des journalistes de l’hebdomadaire communiste. Arrivés à Moscou, ils vont découvrir que les dirigeants de l’URSS et le savant soviétique Lyssenko mettent au point un projet diabolique : répandre le gène du communisme dans le monde entier !

Mêlant humour et fantastique, Spirou et Fantasio est une série de bande dessinée publiée dans le Journal de Spirou, dès 1938. Elle met en scène deux reporters, Spirou et Fantasio, accompagnés de l’écureuil Spip et du Marsupilami. Ils affrontent des bandits, dictateurs et savants fous. Après Rob-Vel (1938-1943), Jijé (1943-1946), Franquin (1946-1969), Fournier (1969-1980), Nic et Cauvin (1980-1983), Tome et Janry (1982-1998), Morvan et Munuera (2004-2008), les albums Spirou et Fantasio sont maintenant réalisés par plusieurs dessinateurs simultanément : Émile Bravo, et les duos Yoann et Velhmann, Fred Neidhardt et Fabrice Tarrin, Yann et Olivier Schwartz.

Ce n’est pas la première fois que Spirou et Fantasio se rendent en Union soviétique. On se souvient que Spirou à Moscou (1990), réalisé par Tome et Janry, montrait l’URSS en plein déclin, prête à abandonner le communisme. Puis, dans Spirou à Berlin (2019), le dessinateur allemand Flix envoyait Spirou lutter contre la Stasi, avant la chute du mur.

Dans Spirou chez les Soviets, le scénariste Fred Neidhardt distille, avec jubilation, des références à l’âge d’or de la BD franco-belge. On croise même Gaston Lagaffe et De Mesmaeker dans les bureaux des éditions Dupuis. On rencontre par la suite Khrouchtchev, Hoover le directeur du FBI… et même Lee Harvey Oswald, qui avait fait un séjour en URSS avant de tuer Kennedy. Le personnage le plus marquant est le terrifiant Trofim Lyssenko, célèbre généticien communiste. Le scénariste explique que ce savant, « radical et illuminé », « s’opposait à la science génétique, basée sur l’héritage, la transmission, le patrimoine, qui colportait selon lui une idéologie bourgeoise ».

Pour réaliser cette critique de l’URSS, Fred Neidhardt a relu Une journée d’Ivan Denissovitch et L’Archipel du Goulag de Soljenitsyne.

Cette aventure haletante et drolatique, particulièrement réussie, s’inscrit dans les pas de Franquin.

Au dessin, Fabrice Tarrin s’inscrit dans la continuité des créateurs de la série Spirou et Fantasio. Son trait souple et dynamique est superbe.

Kristol Séhec

Spirou chez les Soviets, 56 pages. 12,50 €. Éditons Dupuis.

Illustrations : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Gérald Darmanin est un client de Valérie Hervo

Si vous voulez rencontrer Gérald Darmanin, il est plus simple d’aller chez Valérie Hervo que de solliciter un rendez-vous...

Nantes. Tabassé en avril, il se venge sur… une jeune femme

Nous écrivions dernièrement qu’un jeune homme âgé de 18 ans avait été tabassé à coups de sabre, batte et...

1 COMMENTAIRE

  1. Pendant la guerre froide (1958), dans « Le prisonnier du Bouddha », après des démêlées avec des agents russes, Spirou et Fantasio se retrouvaient en Chine mais aucun pays n’était cité.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Eric Zemmour : « Il y a un lien évident entre communisme et islam (…) Ce sont deux totalitarismes internationalistes »

Eric Zemmour : « Il y a un lien évident entre communisme et islam (...) Ce sont deux totalitarismes internationalistes » Face à l'info du...

Jonas Fink, 40 ans de vie derrière le rideau de fer (BD)

Jonas Fink couvre quarante ans d’une vie derrière le rideau de fer, en Tchécoslovaquie. Ce chef d’œuvre de la bande dessinée vient de sortir...

Pour les socialistes des Pays de la Loire et Ouest-France, il serait « révisionniste » de mettre sur le même plan crimes communistes et...

Comme si les élus politiques n'avaient pas suffisamment à faire aujourd'hui alors que nous traversons une crise politique, économique, sociale, sans précédent, les voici...

Agnieszka Holland (L’ombre de Staline) : « Les gens ont oublié l’ampleur du prix à payer pour l’idéologie communiste »

Agnieszka Holland intervenait récemment sur France Culture au sujet de son dernier film, L’Ombre de Staline. En salles depuis le 18 mars, présenté à...