Insolite. Un nouveau couvent ouvre ses portes près de Rennes

A LA UNE

Jérémie Laborde, directeur de deux salles de sport en Ille et Vilaine : « Nous ouvrirons la 4 janvier 2021, quoiqu’il en coûte »

Jérémie Laborde a ouvert sa première salle de sport sous l’enseigne Sun Form à Liffré il y a maintenant...

Quartiers prioritaires : la Cour des comptes révèle un échec massif et coûteux

Il est dommage que la Cour des comptes ait ignoré la Bretagne en rédigeant son rapport sur L’Évaluation de l’attractivité...

Valéry Giscard d’Estaing, président du déclin

Valéry Giscard d'Estaing est décédé à 94 ans. Pourquoi tous les médias et hommes politiques du système en font-ils...

Terrorisme d’Etat, crime contre l’humanité. Une avocate dénonce les mesures sanitaires et la manipulation autour du Covid-19 [Interview]

Virginie de Araujo-Recchia est avocate depuis 2006. Suite à notre article s'interrogeant sur la possibilité de faire reconnaitre les...

Karl Roos, autonomiste et Dreyfus alsacien ? Interview de Bernard Witmann

Karl Roos (1878-1940), leader emblématique de l’autonomisme alsacien de l’entre-deux-guerres, est arrêté pour espionnage en 1939. C'est à cette...

Pas courant, par les temps qui courent, un couvent ouvre ses portes près de Rennes. Enfin plutôt renaît car il s’agit de l’ancien carmel de Montigné à Vezin le Coquet près de Rennes, ouvert en 1966 et fermé en novembre 2018 ; la même année les moniales quittaient aussi Lanester (56). Neuf moines de la congrégation Notre-Dame d’Espérance les remplacent.

Quatre à cinq autres devraient rejoindre les locaux, en grande partie rénovés. L’archevêque de Rennes ,Mgr d’Ornellas, qui a présidé à leur messe d’installation, a qualifié l’arrivée de moines de « bénédiction pour le diocèse de Rennes et la Bretagne ».

Fondée en 1966 par le père Henri-Marie Guilluy, moine bénédictin à Saint-Paul de Wisques, la congrégation Notre-Dame d’Espérance compte aujourd’hui 130 moines et s’est fixée comme objectif d’accueillir des handicapés adultes, des hommes, et de mettre à leur portée la vie monastique bénédictine. Les moines s’efforcent de vivre de leur travail manuel, dans des bâtiments d’une modestie toute monastique ; la règle bénédictine est enrichie par la « petite voie » suivie et décrite par Sainte Thérèse de Lisieux.

La maison mère se trouve à Croixrault près d’Amiens – c’est là que la congrégation est érigée au niveau du diocèse en 1984, puis rattachée à l’ordre bénédictin en 1990. La congrégation est aussi implantée à Echourgnac en Dordogne (1969), au Mas de Bouchaud à Arles, où se trouve son noviciat (1975), dans l’ancienne abbaye bénédictine médiévale de la Grainetière aux Herbiers (1975), à Chérence dans le Val d’Oise (1986), à Montcy-saint-Pierre près de Charleville-Mezières (1997), à Evian (1997) où ils ont pris la suite des Clarisses et maintenant à Rennes. Cette congrégation a des vocations : en 2019 quatre postulants étaient admis au noviciat à Evian.

Louis-Benoît Greffe

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Ces grands vins encore à portée de bourse

Notre série se propose de mettre en lumière des vins qui incarnent l’excellence dans leur appellation respective. Ces-derniers appartiennent...

La piste oubliée de Frison-Roche en bande dessinée.

Après l’adaptation en bande dessinée du « Cycle Chamonix » de Roger Frison-Roche, prônant les vertus des guides de...

1 COMMENTAIRE

  1. Les monastère sont la « force de frappe » silencieuse de l’Eglise.
    Chaque vocation est l’assurance de la conversion de milliers de païens!

Comments are closed.