Immigration. Mais pourquoi font-ils tout ça ? [L’Agora]

A LA UNE

Jérémie Laborde, directeur de deux salles de sport en Ille et Vilaine : « Nous ouvrirons la 4 janvier 2021, quoiqu’il en coûte »

Jérémie Laborde a ouvert sa première salle de sport sous l’enseigne Sun Form à Liffré il y a maintenant...

Quartiers prioritaires : la Cour des comptes révèle un échec massif et coûteux

Il est dommage que la Cour des comptes ait ignoré la Bretagne en rédigeant son rapport sur L’Évaluation de l’attractivité...

Valéry Giscard d’Estaing, président du déclin

Valéry Giscard d'Estaing est décédé à 94 ans. Pourquoi tous les médias et hommes politiques du système en font-ils...

Terrorisme d’Etat, crime contre l’humanité. Une avocate dénonce les mesures sanitaires et la manipulation autour du Covid-19 [Interview]

Virginie de Araujo-Recchia est avocate depuis 2006. Suite à notre article s'interrogeant sur la possibilité de faire reconnaitre les...

Karl Roos, autonomiste et Dreyfus alsacien ? Interview de Bernard Witmann

Karl Roos (1878-1940), leader emblématique de l’autonomisme alsacien de l’entre-deux-guerres, est arrêté pour espionnage en 1939. C'est à cette...

C’est vrai, c’est tellement évident que l’immigration massive est un problème et que l’accueil et l’intégration sont des fiascos insondables qu’il est parfois difficile de comprendre pourquoi ils font tout ça.

Alors quoi, quel intérêt y a-t-il pour le MEDEF, l’ONU, l’OMC, les milliardaires patrons de presse, la BCE et les banques privées, de faire entrer des centaines de milliers de clandestins/migrants/réfugiés en Europe ? Les bons sentiments sont évidemment à écarter des objectifs de ces personnes qui n’ont absolument aucune empathie dans leurs décisions, philanthropes milliardaires en tête. Seuls les militants de terrain y croient, ces alter-mondialistes idiots-utiles des lobbies financiers (L’exemple le plus récent est la nomination de la « journaliste » du Canard Enchaîné Dominique Simonnot au contrôle général des prisons).

En réalité, c’est assez simple et logique. Car leur argument, qui semble faux, est en fait vrai : Ils permettent de maintenir la croissance.

Petite explication :

Notre système économique est fondé sur la croissance, c’est-à-dire, grossièrement, l’augmentation de la production de richesses et bien sûr leur vente. Une telle croissance ne peut être qu’exponentielle. Car quand on ajoute 3 ou 4% tous les ans, ces 3 ou 4% sont chaque année plus grands. Pour que ça fonctionne, il faut une croissance du niveau de vie pour une population qui ne varie pas en nombre et qui a une évolution saine du rapport actif/inactif. Mais ce type de population n’est pas le nôtre. Notre population vieillit et le taux de natalité est faible. Maintenir la croissance dans ces conditions implique une augmentation très importante de la consommation, mais aussi de la production ! Car l’augmentation de la consommation et du niveau de vie exclut les tâches pénibles qui ne sont pas encore mécanisées/robotisées. Il faut donc importer des consommateurs en masse, qui permettent de maintenir la croissance sans trop augmenter un niveau de vie qui plafonne, et qui puisse accomplir les basses besognes des grands centres urbains en tirant les salaires vers le bas.

Un africain vivant au Soudan, même relativement aisé pour le pays, vit avec environ 200€ dans des circuits courts. Si vous l’exportez en France, outre les milliers d’euros récoltés par les passeurs, il générera beaucoup plus d’argent pour le marché occidental. En effet, même si sa première année sera vraisemblablement assez misérable, les pays d’accueil finiront par l’intégrer à leur tissu économique :

Les services d’accueil et de tri des clandestins mobiliseront donc des fonctionnaires, des associations, avec des moyens et des bureaux qu’il faudra payer (avec de l’argent public). L’immigré touchera un revenu minimum de survie par l’état. Il sera soigné gratuitement, puis logé, dans des hôtels puis dans des banlieues ghettoïsées. On construira donc des nouveaux quartiers, des routes, des transports en commun, le tout avec des fonds publics. Il fera venir sa famille ou fera des enfants sur place. Ils toucheront des aides et cela même s’il travaille lui-même pour un salaire de misère, par exemple à la construction de ces nouveaux quartiers. Tout ça restant de l’argent public pour payer des multinationales privées ou payer des gens qui consommeront. Il ouvrira un compte en banque, s’achètera des smart phones et fera ses courses au supermarché.

Donc le Soudanais qui faisait rentrer maximum 100€ par mois dans l’économie des multinationales occidentales, fera entrer au moins 5000€ d’argent public par mois dans ces multinationales, après 2 ans dans le pays. Multiplié par 300 000 immigrés par 12 mois, on arrive à la coquette somme de 16 Mds par an en plus dans cette fameuse croissance, ce qui est une fourchette basse.

Mais ces 16 Mds sortiront des caisses de l’état donc des impôts des travailleurs Français, et de l’endettement galopant. Ce qui fait d’une pierre 2 coups, augmentant encore la dépendance des états aux banques et donc leur souveraineté, donc celle des Français qui payent.

Et le clou du spectacle, c’est que ces arrivées massives de pauvres hères apportent la solution au problème qu’ils posent, à savoir l’exaspération des populations autochtones. En effet, les autochtones en auront vite marre d’être des vaches à lait. Mais d’une part, par la culpabilisation et la censure morale face à ces pauvres populations victimes du racisme et du colonialisme, et d’autre part par la désunion de la nation, ces arrivées massives empêchent tout soulèvement populaire. Quand vous n’avez pas de cohésion nationale, que vous ne partagez rien avec votre voisin, que vous n’avez pas confiance en votre collègue qui est prêt à travailler pour une misère, et que votre combat pour la justice est présenté comme un combat raciste, vous n’allez pas vous insurger car vous aurez peur d’être le seul à sortir la tête et les autres risquent de vous désavouer. Quand vos manifs sont attaquées par des bandes ethniques ou des nervis antifas, vous n’y allez plus.

On pourra ajouter à la comptabilité des dépenses occasionnées les dégradations innombrables des banlieues de l’immigration, non-intégrables car trop nombreuses (intégrées à quel modèle d’ailleurs ?), les investissements considérables des « politiques de la ville », les frais toujours plus importants occasionnés par les agressions, voitures ou gymnases brûlés, procédures et enquêtes judiciaires, fonctionnement des prisons, etc. Toujours de l’argent public dépensé vers, in fine, le privé. Et pas vers des AMAP…

Il y a donc une logique imparable à cet afflux d’étrangers, qui n’est pas prêt de s’arrêter. Complotisme ? Non, réalisme logique. On peut enfin ajouter que tous ces « réfugiés », bizarrement, ne seraient jamais venus si Sarkozy n’avait pas attaqué la Libye avec l’OTAN, si les US n’avaient pas attaqué l’Irak puis déstabilisé la Syrie, si l’Europe était plus intransigeante avec la Turquie, etc… (toujours de l’argent public pour des boîtes privées).

Les mêmes provoquent les guerres et les mouvements de populations, annoncent qu’on n’a pas le choix de les accueillir par des campagnes médiatiques, empochent une partie de l’argent des passeurs et culpabilisent les autochtones qui n’ont rien voulu de tout ça. C’est du grand art, qui n’est permis que par la naïveté et la soumission des Européens.

JEAN-PIERRE LAMORGUE

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Ces grands vins encore à portée de bourse

Notre série se propose de mettre en lumière des vins qui incarnent l’excellence dans leur appellation respective. Ces-derniers appartiennent...

La piste oubliée de Frison-Roche en bande dessinée.

Après l’adaptation en bande dessinée du « Cycle Chamonix » de Roger Frison-Roche, prônant les vertus des guides de...

7 Commentaires

  1. Bien sûr. Ce qui confirme qu’il fallait voter Front National il y a 30 ans.
    Aujourd’hui trop tard : il n’y a plus de F.N.

  2. Tout à fait d’accord mais il manque un développement important :
    Face au problème de la natalité occidentale, l’oligarchie, de mon point de vue composée d’une très forte proportion de j***s (et leurs innombrables relais politiques, maçonniques , culturels, médiatiques, etc) avait le choix entre préserver la sphère ethno-culturelle blanche/européenne traditionnelle (héléno-chrétienne) avec des mesures pro-famille/natalité, ou faire table-rase du passé en remplaçant/métissant/détruisant notre sphère ethno-culturelle.
    Le choix qui a été fait n’est guère surprenant de la part de progressistes acharnés de gauche et de droite qui ne supportent pas le moindre frein à leurs objectifs.
    Il s’agit indéniablement d’une énième trahison dans l’histoire mouvementée de la relation judéo-chrétienne depuis 1500 ans. Un des aspect de ce problème est assez simple : on peut probablement faire confiance à certains j***s à peu près honnêtes, mais absolument rien ne dit que la génération suivante ne vous plantera pas un poignard dans le dos à la première opportunité.
    Encore plus simplement laisser des individus d’une communauté étrangère à la réputation douteuse prendre le contrôle de la politique (députés, conseils supérieurs, haut commissariat de la pensée unique) pour des raisons d’intérêts financiers/commerciaux relève au mieux du calcul à court-terme au pire du suicide pur et simple.

  3. […] Explication des tenants et aboutissants de l’invasion migratoire : « Et le clou du spectacle, c’est que ces arrivées massives de pauvres hères apportent la solution au problème qu’ils posent, à savoir l’exaspération des populations autochtones. En effet, les autochtones en auront vite marre d’être des vaches à lait. Mais d’une part, par la culpabilisation et la censure morale face à ces pauvres populations victimes du racisme et du colonialisme, et d’autre part par la désunion de la nation, ces arrivées massives empêchent tout soulèvement populaire. Quand vous n’avez pas de cohésion nationale, que vous ne partagez rien avec votre voisin, que vous n’avez pas confiance en votre collègue qui est prêt à travailler pour une misère, et que votre combat pour la justice est présenté comme un combat raciste, vous n’allez pas vous insurger car vous aurez peur d’être le seul à sortir la tête et les autres risquent de vous désavouer. Quand vos manifs sont attaquées par des bandes ethniques ou des nervis antifas, vous n’y allez plus. On pourra ajouter à la comptabilité des dépenses occasionnées les dégradations innombrables des banlieues de l’immigration, non-intégrables car trop nombreuses (intégrées à quel modèle d’ailleurs ?), les investissements considérables des « politiques de la ville », les frais toujours plus importants occasionnés par les agressions, voitures ou gymnases brûlés, procédures et enquêtes judiciaires, fonctionnement des prisons, etc. Toujours de l’argent public dépensé vers, in fine, le privé. Et pas vers des AMAP… » https://www.breizh-info.com/2020/10/23/152334/immigration-mais-pourquoi-font-ils-tout-ca/ […]

Comments are closed.