Claude Chollet (OJIM) : « Yann Barthes, c’est un peu la survivance de l’esprit Canal. Un esprit ironique en apparence seulement »

A LA UNE

Jérémie Laborde, directeur de deux salles de sport en Ille et Vilaine : « Nous ouvrirons la 4 janvier 2021, quoiqu’il en coûte »

Jérémie Laborde a ouvert sa première salle de sport sous l’enseigne Sun Form à Liffré il y a maintenant...

Quartiers prioritaires : la Cour des comptes révèle un échec massif et coûteux

Il est dommage que la Cour des comptes ait ignoré la Bretagne en rédigeant son rapport sur L’Évaluation de l’attractivité...

Valéry Giscard d’Estaing, président du déclin

Valéry Giscard d'Estaing est décédé à 94 ans. Pourquoi tous les médias et hommes politiques du système en font-ils...

Terrorisme d’Etat, crime contre l’humanité. Une avocate dénonce les mesures sanitaires et la manipulation autour du Covid-19 [Interview]

Virginie de Araujo-Recchia est avocate depuis 2006. Suite à notre article s'interrogeant sur la possibilité de faire reconnaitre les...

Karl Roos, autonomiste et Dreyfus alsacien ? Interview de Bernard Witmann

Karl Roos (1878-1940), leader emblématique de l’autonomisme alsacien de l’entre-deux-guerres, est arrêté pour espionnage en 1939. C'est à cette...

Le livre Yann Barthès, le ricanement au Quotidien, (coll. Désintox, éd. La Nouvelle Librairie) vient de paraitre. Yann Barthès est une des figures de l’infotainment, une formule qui mélange sur un mode ludique information (ou plutôt désinformation) et divertissement. Il anime aujourd’hui l’émission Quotidien.

Un format qui se veut incorrect, mais qui incarne le style et les valeurs d’une bourgeoisie décontractée et ricanante, championne de la dérision. Si la liturgie est hybride, le catéchisme – libéral-libertaire – est assené de manière orthodoxe, quitte à faire avaler une marchandise avariée aux fidèles. La morgue, le vide, le faux, la trilogie emblématique d’une époque.

Pour en parler, nous avons interrogé Claude Chollet, animateur de l’OJIM, et directeur de la nouvelle collection de la Nouvelle Librairie.

Breizh-info.com : N’est-ce pas faire trop d’honneur à Yann Barthès que de lui consacrer un ouvrage ?

Claude Chollet : Le personnage est secondaire, il suit sa pente, dans le sens de ses intérêts.  Quotidien est une émission phare du groupe TF1/TMC, je ne pense pas qu’ils la maintiennent à une heure de grande écoute pour le plaisir mais simplement parce qu’elle offre un « temps de cerveau disponible pour les annonceurs » comme le revendiquait le dirigeant de TF1 Patrick Le Lay. La minorité médiatique libérale libertaire défend son quasi-monopole, le public suit en partie parce que c’est une heure de grande écoute mais aussi parce que l’émission est dans l’air du temps, un air du temps à l’éphémère.

Breizh-info.com : Quel est, réellement, son pouvoir de nuisance ? Son audience ? Ses armes ?

Claude Chollet : Yann Barthes, c’est un peu la survivance de l’esprit Canal. Un esprit ironique en apparence seulement. Dur avec les faibles, doux avec les forts. Si le format se veut incorrect, il incarne le style et les valeurs d’une certaine bourgeoisie ricanante, championne de la dérision. Avec succès si on considère l’audimat et auprès d’un public jeune passé par le moule de la désécutation nationale.Si la liturgie est hybride, le catéchisme libéral libertaire est asséné de manière orthodoxe, quitte à faire avaler une marchandise avariée aux fidèles consentants. Avec Quotidien c’est la morgue, le vide, le faux, tout cela au carré, en quelque sorte le concentré d’une époque.

Breizh-info.com : Que démontre votre ouvrage ?

Claude Chollet : Nous vivons une époque d' »adulescents » dont l’émission est très représentative. L’adulescent vit ses 14/18 ans de manière éternelle. Nous connaissons tous des adulescents, centrés sur eux-mêmes, oublieux de toute dimension verticale, ils vivent un éternel présent sans passé. Voyageurs sans bagages ils sont les victimes volontaires d’un monde infantile, spectateurs dociles d’une émission qui les conforte dans leur narcissisme. Lever le voile sur la supercherie est une mesure de salubrité.

Breizh-info.com : Plus globalement, parlez nous de la collection que vous lancez ?

Claude Chollet : En une époque à ce point marquée par le politiquement correct, nous lançons la collection Désintox qui, comme son nom l’indique, est un antidote à l’empoisonnement permanent par le politiquement correct de la majorité des médias de grand chemin du monde libéral libertaire. La collection veut introduire une bouffée d’oxygène dans l’atmosphère confinée du paysage audio-visuel français. Pour cela, la collection pratique « l’effet vampire ». Pour faire disparaître le vampire médiatique du politiquement correct, rien de mieux que de l’exposer à la lumière, il disparaît. Deux autres brochures sont en préparation, l’une sur le néo féminisme sur internet et l’autre sur l’affaire Obono/Valeurs Actuelles

Breizh-info.com : Où peut-on se procurer votre brochure ?

Claude Chollet : Pour la modeste somme de 4,90 euros, Yann Barthès, le ricanement au Quotidien, Chronique d’une imposture, est disponible sur Amazon, à la Nouvelle Librairie 11 rue de Médicis à Paris, sur leur site https://www.lanouvellelibrairie.fr/ internet et sur le site de l’Observatoire du journalisme Ojim www.ojim.fr

Propos recueillis par YV

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Ces grands vins encore à portée de bourse

Notre série se propose de mettre en lumière des vins qui incarnent l’excellence dans leur appellation respective. Ces-derniers appartiennent...

La piste oubliée de Frison-Roche en bande dessinée.

Après l’adaptation en bande dessinée du « Cycle Chamonix » de Roger Frison-Roche, prônant les vertus des guides de...

2 Commentaires

  1. Ce qui est bien en Çefran, ou si vous préférez en Ecnarf, c’est qu’on dispose d’une véritable opposition.

    Nous connaissons tous cette petite association pieuse dont l’acronyme est I.S.L.A.M.

    (Institut Scientifique &Linéaire des Amoureux/reuses de Mahomet).

    Et puis vous avez le/la Covid.

    Eh ben, Lela Covid a dit : « On ferme Vendredi. »

    I.S.L.A.M. + COVID = ?

    On sait pas.

    NB: Yann est bien aussi, mais pas autant que les deux cités plus haut(qui n’en font qu’un, d’ailleurs).

Comments are closed.