Pourquoi il est nécessaire d’avoir des préjugés

A LA UNE

Voyages : 3 Français sur 4 prêts à prendre une assurance annulation depuis la crise sanitaire

Compte tenu de l’instabilité et des incertitudes entrainées par la pandémie de Covid-19, voyager n’est plus aussi simple qu’avant,...

Baromètre 2020 du prénom musulman : 21,7% des naissances en France, entre 5 et 12% en Bretagne

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

Nantes. La manifestation contre le pass sanitaire attaquée par l’extrême gauche [Témoignage exclusif]

À la fin de la manifestation contre le pass sanitaire samedi 31 juillet à Nantes, un groupe d'individus affiliés...

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

On dit souvent qu’il ne faut pas avoir de préjugés, d’idées préconçues. Notamment les préjugés de genre et les préjugés raciaux.

Mais qu’est-ce qu’un préjugé, avant de savoir si c’est bien ou pas ? Drôle de société qui cherche à dire que des pensées sont bonnes ou pas d’ailleurs.

Avoir des préjugés, c’est intégrer inconsciemment des statistiques vécues ou des modèles appris dans ses jugements. Typiquement, si je suis un homme de 80kg et que j’ai une forme athlétique, et que je croise une vieille femme grosse, je préjuge que je cours plus vite et plus longtemps qu’elle. Préjugé simple, basique et évident. Il se complique et s’affine, s’ouvrant à des erreurs d’appréciation à mesure que la femme en question rajeunit, s’amincit et, osons le dire, devient un homme.

Car oui, l’immense majorité des gros et des vieux court moins vite que les jeunes athlétiques, et la moyenne masculine est supérieure à la moyenne féminine dans ce domaine. Cela amène des préjugés légitimes, qui peuvent s’avérer faux dans certains cas minoritaires.

Exemple anodin qui montre que le préjugé est légitime, ni bon et ni mauvais mais approximatif.

Compliquons la réflexion : Je suis une jeune fille de 20 ans qui rentre de soirée dans une rue peu empruntée. Je cherche mon chemin. J’ai le choix pour le demander entre un monsieur de 60 ans très élégant qui promène un caniche et 5 hommes ayant la vingtaine, a priori d’origine étrangère, habillés en survêtement et écoutant du Rap sur leur téléphone, fumant et buvant bruyamment. Légitimement, elle demandera plutôt à l’homme seul. Peut-être qu’elle aura eu tort, et que la bande va la sauver d’un viol au coin de la rue. C’est possible… mais très improbable. Les statistiques, et pas seulement celles fantasmées par les « fachos », sont claires sur le sujet. Il y a beaucoup plus d’agressions et de viols perpétrés par des personnes réunissant les critères évoqués chez les 5 hommes que chez ceux du promeneur du chien. C’est un fait clair et net, qui entraîne des préjugés salvateurs.

Tous les hommes d’origine immigrée qui disent Allah Akbar ne sont pas des terroristes. Mais tous les terroristes islamistes correspondent à ce profil. Il est légitime que je m’en méfie et qu’ils soient davantage fouillés et contrôlés, les services de sécurité ne pouvant pas contrôler tout le monde. Refuser de cibler les contrôles, c’est imposer des restrictions de liberté à toute la population et se condamner à être moins efficace. Cela ne veut pas dire que tous les musulmans et les immigrés sont des terroristes, mais c’est de leurs rangs qu’ils sont tous sortis.

Refuser les préjugés, c’est augmenter ses chances d’avoir des problèmes, voire de mourir. C’est profondément idiot et masochiste.

Mais s’arrêter à ses préjugés, c’est penser que le monde n’est régi que par des statistiques. C’est également idiot et réducteur.

Il est donc sain et même nécessaire d’avoir des préjugés, et intelligent d’être prêt à les dépasser… quand on est en capacité de le faire, et que les intéressés donnent suffisamment de garanties. Qu’on en tire les conclusions logiques quant aux politiques à mener !

Ah et j’oubliais : Pour utiliser ces préjugés salvateur, il faut être capable de discriminer, c’est-à-dire de faire la différence entre des catégories. C’est ce qu’on apprend à tous les enfants. Tout dépend des critères de différenciation. Mais ça pourrait faire l’objet d’un autre article !

Jean-Pierre Lamorgue

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Occupation d’Arbonne : les agriculteurs basques s’invitent chez la propriétaire parisienne

Les terrains d'Arbonne au Pays Basque Nord cristallisent la contestation autour de la hausse du foncier et de l'immobilier...

Ober anaoudegezh gant Bro ar Gwin e Liger-Atlantel

E-pad ar vakañsoù e-lec'h mont da vro-Euskadi evel boaz e c'hell ar vretoned kar o bro ober anaoudegezh gant...

3 Commentaires

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés