Voiture électrique. De nouvelles incitations à l’achat pour les véhicules d’occasion

A LA UNE

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

La Bretagne, région française la plus impliquée dans la traite des Noirs ?

Des Bretons ont joué un rôle massif dans le commerce des esclaves, un business florissant de l'époque des Lumières....

Depuis plusieurs mois, la promotion de la voiture électrique de la part du gouvernement est appuyée par une série de mesures incitatives. Faisons le point sur ces dernières.

 Voiture électrique d’occasion : un bonus de 1 000 € à l’achat

La voiture électrique, l’un des fers de lance du quinquennat d’Emmanuel Macron, bénéficie de plusieurs aides afin de séduire le public français. La dernière en date est l’annonce faite le 12 octobre par Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports, de la mise en place d’un bonus de 1000 € pour l’achat d’un véhicule 100 % électrique d’occasion. Une aide accessible sans conditions de ressources, partout sur le territoire français, visant à encourager les ménages les plus modestes à acquérir une voiture électrique.

Tandis que l’on assiste progressivement à ce qui ressemble de plus en plus à une chasse aux moteurs thermiques, notamment dans les métropoles françaises, Paris en tête, où les véhicules motorisés au diesel seront interdits à partir de 2024, dans le même temps, la voiture électrique a donc le droit à de multiples faveurs.

Cette dernière prime annoncée en est une nouvelle preuve. Elle vient compléter le bonus écologique déjà existant qui ne concernait que l’acquisition d’une voiture électrique ou d’une hybride rechargeable neuves et pouvant atteindre les 7 000 €.

Que représente la motorisation électrique par rapport à l’ensemble du parc automobile français ? On dénombrait, en octobre 2019, plus de 200 000 véhicules électriques en circulation sur les routes de l’Hexagone sur un total d’environ 32 millions de voitures particulières. En outre, en 2020, 8,2 % des véhicules achetés en France étaient électriques, un pourcentage en forte augmentation par rapport à l’année 2019 (1,9 %).

Les autres mesures en faveur de la voiture électrique

Cette dernière prime de 1 000 euros évoquée par Jean-Baptiste Djebbari s’inscrit ainsi à la suite de plusieurs autres mesures incitatives prises par l’État afin d’accélérer le passage à l’électrique.

Parmi celles-ci, citons par exemple la prime à la conversion avec l’accord d’un bonus électrique exceptionnel l’été dernier. En parallèle, la prime à la conversion a été maintenue avec un barème revalorisé.

Quant aux infrastructures, le déploiement de bornes de recharge sur le territoire a été accéléré avec une multiplication des implantations en France, notamment sur les aires d’autoroutes.

Au plan financier, le gouvernement a instauré le Crédit d’impôt transition énergétique, à savoir la possibilité de bénéficier d’un crédit d’impôt d’un montant forfaitaire de 300 €, quel que soit le niveau de revenus, pour l’acquisition et l’installation d’une borne de recharge à domicile. Mais aussi un dispositif de microcrédit destiné à aider au financement d’une voiture propre.

Enfin, il existe aussi un autre moyen de rouler à l’électrique sans changer de véhicule, du moins en apparence : le rétrofit.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Super Thursday. On vote ce jeudi en Angleterre, en Ecosse et au Pays de Galles lors d’élections cruciales

Le Royaume-Uni vote ce jeudi 6 mai. Tout le Royaume-Uni ? Non, car l'Irlande du Nord ne participe pas...

Terrorisme, la menace sans fin. Nouveau numéro de la revue Conflits

C'est un sujet particulièrement d'actualité que traite la revue de Géopolitique Conflits, ce mois-ci. Avec un dossier consacré au...

1 COMMENTAIRE

  1. Évidente alternative, la batterie aluminium-air, inventée par Trevor JACKSON, en cours d’industrialisation chez Austin, au Royaume-Uni:
    2.500 kilomètres d’autonomie, un prix de revient kilométrique de 7 centimes, un temps de changement de batterie de 90 secondes.
    En français: http://www.wikistrike.com/2019/11/revolutionnaire-une-batterie-de-voiture-electrique-qui-peut-parcourir-2-500-km-sans-recharger.html
    En anglais: https://www.dailymail.co.uk/news/article-7592485/Father-eight-invents-electric-car-battery-drivers-1-500-miles-without-charging-it.html

    Voici ce que m’écrivait, le mois dernier, l’inventeur, au sujet de son entreprise française, créée en 2006, liquidée en 2010: SAS METALECTRIQUE (registration of 11-07-2006, cancellation of 04-03-2010), 8 route de CHÂTEAUROUX, 36200 ARGENTON SUR CREUSE, RCS 490 895 729, APE 7219Z (Research and Development in the Physical Sciences), President M Trevor JACKSON, website: https://www.metalectrique.com/
    Traduction de son mèl:
     » Métalectrique SAS a été attaquée par des inconnus et la DST m’a prévenu de la catastrophe. Michel Sapin (notre maire) s’est excusé mais n’a rien pu faire.
     » Ils ont bloqué le financement d’Oséo, ils ont fermé mes comptes en banque, ils ont coupé mon électricité et mis mon téléphone en panne. Ils ont garé des voitures devant chez moi et ont empêché mon père et mon frère de m’appeler. Ils ont également bloqué la police métropolitaine de Londres via France Télécom.
     » J’ai dû laisser notre chien de famille (Charlie) pendant six mois et il est décédé peu de temps après son retour au Royaume-Uni. Mes enfants ont été dévastés en laissant Charlie et leurs camarades de classe français derrière eux. Je devais aussi dire au revoir à mes chers amis. Nous avons quitté notre maison et avons dû la vendre pour payer les factures. Nous n’avons pas de maison depuis 2008 et nous sommes des citoyens de seconde classe. Le maire a essayé de me forcer à m’inscrire aux Restos du Coeur. C’est parce que j’avais inventé une technologie capable de changer le monde.
     » Je l’ai inventée à Cornwall en 2001 et ma famille et moi avons été victimes d’intimidation et de harcèlement au Royaume-Uni et en France. Nous avons été bloqués dans les médias jusqu’à ce que l’article de Mail on Sunday ait été publié. Maintenant, les médias enterrent l’histoire avec plus de «percées» et de battage médiatique dans le lithium.
     » C’est la planète de tout le monde, donc la minuscule clique qui le détruit doit être en prison, à mon avis.
     » Je ne sais pas qui a fait ça à moi et à ma famille, mais vous avez peut-être raison. J’apprécie vos commentaires et vos conseils avisés. Je vous remercie.  »
     » Trevor  »

    Voilà , un reportage en Cornouaille britannique s’impose .

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Elon Musk a déjà un pied en Bretagne

14/02/2016 ‑ 08H00 Rennes (Breizh-info.com) – Elon Musk pourrait bien ringardiser Notre-Dame-des-Landes. Musk, c’est le milliardaire américano-sud-africain dont tout le monde parle ces temps-ci....