Il a traversé l’Europe en 80 jours sans chaussure : A la rencontre de Florian Gomet, aventurier hygiéniste [Interview]

A LA UNE

Armée. « Oui, de nouveau, la guerre civile couve en France et vous le savez parfaitement » : L’avertissement des militaires d’active aux autorités...

« Si nous ne pouvons pas, réglementairement, nous exprimer à visage découvert, il nous est tout aussi impossible de...

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Covid-19. La situation s’améliore partout dans le monde, à l’exception de l’Asie de l’Ouest

Après avoir plafonné dans la semaine du 24 avril au 1er mai, les nombres hebdomadaires de contamination (-5%) et...

Florian Gomet compte aujourd’hui 12 années d’expéditions à vélo, à pied, en kayak et à ski à travers l’Europe et l’Amérique du Nord. Se définissant comme « un aventurier hygiéniste », ce dernier, âgé de 36 ans, a récemment traversé l’Europe, en 80 jours, sans chaussure, en ne se nourrissant que de fruits et légumes crus, en ne comptant que sur sa débrouille et la solidarité des populations rencontrées, pour être hébergé et se reposer. Il avait baptisé ce projet Eurotopia, projet dont il a tiré un reportage.

Une aventure folle qui n’était pas la première : il s’était déjà lancé dans un défi fou en réalisant une marche d’environ 360 km le long de la Canol Heritage Trail au Canada, en jeûnant, donc sans le moindre apport calorique.

Pourquoi se lancer dans ces aventures hors du commun, qui peuvent paraitre folles à beaucoup ? Cela fait partie des questions que nous lui avons posé lors d’une interview qu’il nous a accordé. Rencontre avec un aventurier des temps modernes.

Breizh-info.com : Pouvez-vous tout d’abord vous présenter à nos lecteurs ?

Florian Gomet : Après avoir commencé ma carrière professionnelle comme prof de maths passionné d’astronomie, j’ai tourné le dos à l’éducation nationale et à la science matérialiste afin de partir explorer le potentiel de l’être humain ainsi que les vérités éternelles qui participent au miracle de la vie. Tout d’abord éperdu de liberté et grisé par la découverte, via les sports d’endurance et mon nouveau travail dans les bois, des capacités physiques de mon corps, j’ai réalisé pendant 6 ans de multiples expéditions sans moyen motorisé à travers l’Europe. En 2014, année charnière, je découvre la méditation, le yoga, l’exposition au froid, le jeûne, l’alimentation vivante et la course pieds nus. Une révélation. Pendant toutes ces années, j’ai travaillé comme bûcheron-sylviculteur et vendu mes livres & films, des conférences et des projections de films à travers la France. Je me suis également formé en radiesthésie, magnétisme, permaculture et en développement personnel. A 36 ans, je me qualifie maintenant d’aventurier-hygiéniste et je prends un nouveau tournant en consacrant toute mon énergie pour communiquer autour des Lois du vivant qui ont trait à la santé via des événements bénévoles, des consultations, des stages, et poursuivre mes explorations du vivant.

Breizh-info.com : Qu’est-ce qui vous a amené du professorat au fait de vouloir devenir une sorte d’aventurier cherchant à se lancer défi sur défi à travers le monde ?

Florian Gomet : En entrant dans l’éducation nationale je croyais passer toute ma carrière là-bas. Ma vie était, a priori, toute tracée. Sauf qu’après deux années de galères, j’ai dû revoir ma copie et trouver un nouveau travail, ainsi qu’une autre philosophie de vie. Explorer la vie à travers les mathématiques ne me satisfaisait plus, je voulais passer à autre chose sans avoir la moindre idée de ce que j’allais faire. A tâtons, je me suis dirigé vers les deux seules choses qui me permettaient alors de me sentir vivant : le sport et la nature. J’ai commencé par des petites expéditions comme des sorties à vélo de quelques semaines. Et, progressivement, chaque année pendant 12 ans, j’ai augmenté les difficultés jusqu’à réaliser 3 premières mondiales.

Breizh-info.com : Vous proposez des formations sur l’hygiénisme. Ces défis dans lesquels vous vous lancez et la recherche de sa force et de sa propreté intérieure sont-ils liés ?

Florian Gomet : Avec le recul, j’ai fini par comprendre qu’à travers ces défis, je cherchais ni plus ni moins à nettoyer mon corps et mon esprit de tous les poisons physiques et mentaux de la civilisation. Quand, un peu plus tard, j’ai découvert que l’hygiénisme faisait la même chose mais de manière plus ciblée et en plus efficace, j’ai décidé d’allier les deux : aventures et hygiénisme. C’est cette association qui m’a permis de repousser mes limites et de devenir plus autonome dans mes explorations. Au fil du temps, mes défis sont devenus des expressions et des témoignages de ce que permet de faire le corps humain lorsqu’il n’est pas affaibli par une hygiène de vie inadaptée.

Breizh-info.com : Concrètement, qu’est-ce que vous ont apporté votre traversée des montagnes canadiennes ou de l’Europe, en termes physiques ?

Florian Gomet : Ce sont de vraies épreuves qui fatiguent profondément le corps et je n’ai pas ressenti de gains physiques.

Breizh-info.com : Et en termes psychologiques, psychiques, qu’avez vous découvert sur vous même ?

Florian Gomet : C’est sur ce terrain là, le mental et le psychologique, que se trouvent les bénéfices réels de ce genre d’expériences. Le corps n’est que le temple de l’âme après tout ! Après chaque expédition je rentre avec une confiance en moi et en la vie renforcée, grandie. Cela n’a, à mes yeux, pas de prix ! Après tous ces voyages, toutes les difficultés surmontées, la mort bravée à maintes reprises grâce à mon intuition qui me guidait sans faute, j’ai acquis la conviction que nous sommes guidés pour notre plus grand bien et que rien n’arrive par hasard. Tout ce que j’ai appris de beau et de vrai dans cette vie, c’est à mes voyages que je le dois. Ils ont été une porte sur la vie et chacun de mes récits de voyage est la somme de tous les enseignements que j’ai reçus

Breizh-info.com : D’autres avant vous (comme M. Geoffroy, auteur de « tu vivras 100 ans ») exposaient déjà (même si il n a pas vécu 100 ans) des préceptes pour une vie saine, longue, accomplie. Que sait-on de nouveau en matière d’hygiénisme depuis quelques années ?

Florian Gomet : Nous savons maintenant que les maladies sont des crises d’éliminations. En d’autres termes, les maladies ne sont que des tentatives pour le corps de faire sortir des poisons qui l’encombrent. Arrêter les maladies par des cachets ou des opérations sans remonter à la cause des causes (comme le disait le Hippocrates) c’est peine perdue puisque l’on empêche le corps de se nettoyer. C’est pour cette raison que les maladies modernes sont de plus en plus graves et incurables. Nous savons également que l’état naturel pour tout être vivant est la pleine santé (quel que soit l’âge) et qu’il ne peut y avoir de maladies que dans un corps chargé de toxines. Pour soigner les malades, la solution ne consiste pas à désespérément lutter contre des symptômes mais plutôt à accompagner le corps dans ses éliminations. Exactement le contraire de ce que fait la médecine allopathique…

Breizh-info.com : Est-ce que le manque de défis collectifs au sein de notre monde moderne (le manque de grands projets civilisationnels, populaire) favorise l’émergence d’aventuriers solitaires, comme vous, qui finalement comblent individuellement un vide que la collectivité ne remplit plus, notamment en Europe ?

Florian Gomet : L’un des buts inavoués de la civilisation c’est d’empêcher l’éveil de l’humanité qui a éperdument besoin de s’affranchir des dogmes qui conditionnent nos sociétés modernes et étouffent l’humain. Même si, enfant, je n’étais pas capable de mettre des mots là-dessus, je l’ai toujours senti. C’est cette capacité à me sentir mourir à petit feu dans la société qui m’a poussé à oser partir en voyage. Il y avait des risques, certes, mais il y avait surtout la possibilité de vivre…pour de vrai

Breizh-info.com : Quels sont vos projets à venir ? Comment est-ce que l’on se prépare, physiquement et mentalement, à affronter les épreuves dans lesquelles vous vous lancez ?

Florian Gomet : La société n’est pas encore tout à fait prête à entendre que les maladies ne sont pas mauvaises en soi et que tout être humain est entièrement responsable de sa santé. C’est pourquoi je souhaite mettre au point une expérience scientifique de grande envergure pour prouver qu’un corps nourrit sainement et suffisamment nettoyé de ses poisons ne tombe plus malade. Pour ce faire, je me ferai injecter un certain nombre de virus et de bactéries qui terrorisent l’humanité. Pour me préparer, je n’ai qu’à continuer à vivre en appliquant les principes hygiénistes, que l’on appelle aussi “Lois du vivant”. Ce sont elles qui garantissent santé, amour, abondance, prospérité, joie et paix à ceux qui les suivent…

Pour en savoir plus sur ses activités, c’est ici

Propos recueillis par YV

Illustrations : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Giro 2021. Tim Merlier remporte la 2ème étape eu Tour d’Italie

La deuxième étape du Giro 2021 se déroulait hier sur un parcours plat jusque Novare. Construite pour les sprinteurs,...

Football. Le Stade Rennais accroche le PSG, victoire du FC Nantes, défaites de Brest et de Lorient

Le sprint final est lancé concernant la saison de Ligue 1, avec la 36ème journée jouée ce week-end. Les...

Articles liés

L’échec de la gauche démontré par une étude évoquant le basculement à droite des Européens

Dans une étude intitulée « La conversion des Européens aux valeurs de droite », le think-thank Fondapol montre que les Européens basculent progressivement à...

L’Union Européenne veut coopérer avec la Turquie sur le plan économique

Ursula von der Leyen et Charles Michel, dirigeants non élus de l'Union Européenne, vont se rendre en Turquie début avril dans le but assumé...

Sez ar gomision hag ar parlamant Europa aloubet e Barcelona

Diriaou dremenet e oa bet aloubet sez ar gomision hag ar parlamant Europa e Barcelona gant emsaverien evit ar brizonidi hag an harluidi bolitikel...

La mondialisation de la diplomatie européenne à l’époque moderne

Si, en Europe, une corrélation des relations entre puissances avec ses coutumes et ses règles s’est progressivement élaborée au cours de l’époque moderne, les...