Le Capitole, domestics terrorists, nous on connaît !

A LA UNE

Beaucoup de teneurs de stylos, de micros, de caméras devraient mieux connaître leur Histoire de France avant de raconter n’importe quoi sur ce qu’il s’est passé à Washington dernièrement.

Quelques émeutes bien de chez nous :

14 juillet 1789 ; assaillie par la populace, bien manipulée, la forteresse de La Bastille se rend aux assaillants sur ordre du gouverneur M. de Launay. La foule, reconnaissante, laisse le boucher Jourdan (ou Desnot) lui couper la tête avec son couteau ; elle est mise au bout d’une pique ainsi que, quelques instants plus tard, celle de Jacques de Flesselles et quelques autres. Les assaillants ont eu une centaine de morts. La forteresse, mise à sac, sera détruite.

Journées des 5 et 6 octobre 1789 ; anticipant la démocratie une foule de parisiens composée principalement de mégères et de canailles se met en route pour le palais de Versailles le 5 ; arrivée sur place une partie des femmes envahit la salle de l’Assemblée. Le 6 les émeutiers envahissent le palais ; le Héros des Deux-mondes, le vibrionnant Lafayette, chef des Gardes dormait. Deux gardes du corps sont tués, dont un massacré, dans la première volée du grand escalier. La Famille royale est mise en demeure de venir à Paris. Le château sera très endommagé mais pourra être sauvé.

Journée du 20 juin 1792 ; sous la poussée des Girondins (qui jouent à « qui perd gagne ») le « peuple » (principalement des femmes) envahit le Manège des Tuileries où siège l’Assemblée nationale législative. Puis ensuite la même foule envahit le château des Tuileries, jusqu’aux appartements de la Famille royale. Le Roi bien qu’il se soit coiffé du bonnet phrygien et ait partagé un verre de vin avec les émeutiers ne lâche rien. Le peuple repart mais beaucoup ont observé la facilité de l’invasion. Il y a eu peu de dégâts.

Journée du 10 août 1792. La foule, mieux organisée, à l’initiative de la Commune insurrectionnelle de Paris, ayant des meneurs à sa tête tel que le futur criminel Westermann et soutenue par les Marseillais arrivés en chantant, envahit pour de bon le Palais des Tuileries. Le roi avait rameuté les Gardes suisses ; ce sera une vraie bataille avant que Louis XVI (ou un faussaire) ne signe l’ordre de reddition à ses fidèles défenseurs qui furent alors l’objet d’un véritable carnage. Entre 400 et 500 sont massacrés, démembrés, émasculés ; 200 seront assassinés lors des massacres de septembre ; d’autres arriveront à s’échapper. Les assaillants ont 300 morts. Le château est dévasté, le mobilier détruit ou volé.

Les journées des 27, 28, 29 juillet 1830 ; dites les Trois Glorieuses, elles voient la chute de Charles X, le dernier Bourbon. C’est Louis Philippe qui s’installe aux Tuileries. Ces trois journées d’émeute ont causé la mort de près de 800 anti-Charles X et près de 170 dans les forces légitimes. Le Roi, rejetant la Constitution, n‘était plus soutenu par son gouvernement.

Pas de dégâts particuliers, à part les barricades et les effets collatéraux.

Émeutes des 22 au 25 février 1848. A son tour Louis-Philippe est renversé ; balayé par l’alliance des républicains et des libéraux, le fils du régicide aura quant même tenu 17 ans et 8 mois. Ce qui est curieux c’est que les républicains aient renversé un des leurs car, bien que Roi des Français et non Roi de France, Louis-Philippe a régné sous le drapeau tricolore et le papier à en-tête portait la mention  « République française » et rien d’autre. Le bilan est de 500 morts et 300 blessés. Lamartine proclame la deuxième république ; il ne semble pas y avoir eu de dégâts significatifs mis à part ceux causés par la construction des barricades.

Mars- Mai 1871. Érigée en Commune insurrectionnelle (comme en 1792 dont elle reprendra le calendrier) la ville de Paris refuse de reconnaître la validité de l’élection du pouvoir exécutif organisée par l’Assemblée nationale après la défaite du IIème Empire face à la Prusse. Le Président du Conseil est Adolphe Thiers. Il va mener d’une main de fer la répression contre le régime anarcho-libertaire (et fortement anti catholique) de la Commune de Paris. Nous aurons l’occasion de rappeler les dégâts humains et architecturaux énormes causés durant cette période ; aux alentours de mille morts pour les Versaillais et de 20 mille pour les Communards sans compter la centaine d’otages dont des prêtres et Monseigneur Georges Darboy archevêque de Paris.

6 JANVIER 2021. Une foule pénètre dans le Capitole à Washington, une foule dangereuse armée d’I. Phone,  d’appareils photographiques et de drapeaux. Il semblerait qu’une bonne partie du bâtiment est ouverte à la visite ; la réaction policière a fait 4 morts chez les « envahisseurs » selon les Média américains (de gauche) et leurs domestiques des Média français. Jusqu’au futur président, qui ne semble pas vouloir calmer le jeu, qui parle de « terroristes domestiques ». Il devrait mieux connaître l’Histoire créatrice de son pays fondé sur le mouvement illégal, aux yeux des Anglais possesseurs à l’époque de ce territoire, par d’autres Anglais qui se révoltèrent contre la Grande Bretagne et fondèrent les États-Unis d’Amérique. Les dégâts sont très importants : au moins deux carreaux cassés. Sur un film il est possible de voir les «terroristes» défilant dans un passage délimité par des cordes, en regardant et photographiant !

Oui, vraiment, un  dangereux coup d’État ! Mais à côté de nous, ridicules !!!

N’oublions pas la déclaration un peu osée (surtout en ce moment !) du locataire de l’Élysée sous le titre « We believe in démocracy » (nous vivons en démocratie) :

« C’est notre choix, depuis plusieurs siècles, de mettre la dignité humaine, la paix, le respect de l’autre, la reconnaissance de la liberté au-dessus de tout, qui est aujourd’hui menacé dans nos démocraties ».

Il fallait oser le dire, surtout par les temps qui courent, en France !

Source :  Souvenir chouan de Bretagne

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Philadelphie (USA). Une femme violée par un homme noir de 35 ans dans un train, personne ne réagit

La police du comté de Delaware a arrêté un suspect lié à un viol qui se serait produit dans...

« Wallah, je vais cracher dans la bouche de ta fille » : Révélations sur Moussa, individu qui dénonçait des « violences policières »

Le 17 septembre 2021, dans la cité du Pavé Neuf, à Noisy-le-Grand, un individu prénommé Moussa est interpellé par...

2 Commentaires

  1. Ceux qui dénoncent le plus frénétiquement le complot trumpiste et la tentative de coup d’état contre la démocratie américaine sont aussi, d’habitude, les plus prompts à dénoncer le « complotisme », par exemple pour diaboliser ceux qui parleraient de fraudes électorales commises par le parti Démocrate. C’est vraiment la paille et la poutre !!!

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés