Industrie : 20 emplois sauvés à Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, 33 perdus à Montoir

A LA UNE

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

La crise sociale et économique continue de prendre le pas sur la « crise sanitaire » liée au Covid – et ce n’est probablement que le début. Néanmoins, au sud de la Loire, la mobilisation des salariés a permis de sauver une vingtaine d’emplois à Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, tandis qu’au nord, une usine déjà mal en point avant la crise… notamment à cause de l’UE.

Au sud de Nantes, chez Omega Systemes Atlantiques, sous-traitant d’Airbus, direction et employés qui ont mené la première grève de l’histoire de cette PME rachetée en 2019 par l’américain Web Industries ont fini par trouver un accord : 35 emplois étaient menacés, seuls 15 donneront lieu à des licenciements secs, tandis que 11 personnes ont opté pour des départs volontaires. Le PSE a été entériné, l’entreprise conservant un effectif excédentaire et recourant à l’activité partielle de longue durée. L’actionnaire américain s’est engagé à soutenir le site, en attendant la reprise du marché, prévue d’ici 2023.

Montoir-de-Bretagne : l’usine de diester de Saipol ferme

Cependant à Montoir-de-Bretagne, l’usine Saipol qui produit chaque semaine 25.000 T de diester à partir d’huiles de colza et de palme a annoncé qu’elle mettra la clé sous la porte, sans date précise ; 33 emplois sur 35 sont supprimés, seul un dépôt logistique reste sur le site, actuellement classé Seveso.

Saipol, filiale du groupe agroalimentaire Avril (ex-Sofiprotéol, qui possède notamment les marques Matines, Lesieur, Puget, Sanders…), voulait se séparer depuis l’automne 2019 de ses deux usines de Sète (Hérault) et Montoir-de-Bretagne. La faute… à l’UE. Le biodiesel a perdu le soutien fiscal dont il bénéficiait en 2015, et surtout l’UE a supprimé ses barrières douanières aux productions, moins chères – à base de soja ou d’huile de palme – de l’Argentine et de la Malaisie. Des raisons conjoncturelles et syndicales – un mois de grève à l’usine de Grand-Couronne qui a causé 15 millions d’euros de pertes en 2019 – ont creusé le trou.

Saipol, qui a accumulé 133 millions d’euros de pertes entre 2015 et 2018, veut se recentrer sur le raffinage d’huiles alimentaires « origine France » pour les industries agroalimentaires européennes, plus valorisant, et surtout se dégager de l’huile de palme, réduisant sa production de biodiesel d’un tiers.

Après avoir fermé l’usine de Compiègne en 2013, Coudekerque en 2015, tenté de céder ou de fermer Sète et Montoir, Saipol se recentrera sur ses quatre sites de Grand-Couronne (76), Lezoux (63), Bassens (33) et Le Mériot (10).

L’usine du port de Dieppe (76), où deux ouvriers avaient été tués en 2018 suite à une explosion dans le bâtiment de trituration, a été réorientée vers la production de protéines Canola PROTM pour la consommation humaine à partir de graines de colza – les graines seront triturées avec de l’eau. Une station d’épuration nouvelle est construite sur le site – dénommé désormais Olatein, qui produira aussi du biométhane.  L’usine est la propriété commune de Saipol et du groupe néerlandais DSM, producteur de nutriments.

Louis Moulin

Photo d’illustration :DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

« Homos ou hétéros, on porte tous le même maillot ». Le nouveau clip de propagande de la Ligue de Football Professionnel

Après les clips gouvernementaux ou d'associations subventionnées contre le harcèlement de rue mettant en scène uniquement d'horribles harceleurs blancs,...

Bruno Attal : « Si mon collègue avait tué cette ordure, il serait où, là, Eric Masson ? En garde à vue, mis en...

Pour le syndicaliste policier Bruno Attal (Touche pas à mon flic) : « Si mon collègue avait tué cette...

Articles liés

Hausse de l’électricité, du tabac, baisse des indemnités chômage : ce qui change au 1er Février 2021

Les mauvaises nouvelles s'enchainent pour les Français. Avec l'annonce par la presse mainstream d'un nouveau reconfinement qui devrait être annoncé rapidement par les autorités...

France. Le secteur privé a perdu 82 000 emplois en 2020

Le secteur privé en France a perdu 82 030 emplois nets en 2020 selon les résultats du Rapport National sur l'Emploi en France d'ADP. Ce...

Prime de Noël. Qui va en bénéficier à partir du 15 décembre ?

2,5 millions de ménages français vont pouvoir bénéficier de la prime de Noël à partir du 15 décembre prochain. Quelles en sont les modalités...

Quelles solutions pour le chômage de masse post-covid ?

Richard Détente reçoit #CharlesGave et #OlivierDelamarche pour traiter le sujet du #chômage en #France. La crise du #COVID19 ne cesse d’affaiblir l’économie de notre...