En Chine, des trains bientôt plus rapides que les avions ? [Vidéo]

A LA UNE

Alice (Collectif Nemesis) : « Le combat féministe doit être guidé par la raison, pas par la passion » [Interview]

On peut être une femme, féministe, sans être gauchiste ou « progressiste ». C'est en substance le message que...

« Confessions d’un Yakuza ». Jérôme Pierrat préface une plongée au coeur de la mafia japonaise [Interview]

Les éditions La Manufacture de livres ont le don pour dénicher et publier des histoires passionnantes. Notamment du côté...

Brest. « Sans langue bretonne, pas de Bretagne » : retour sur la mobilisation pour Diwan [Vidéo]

Les défenseurs de la langue bretonne étaient entre 1500 et 2 000 le 20 février à Brest pour protester...

Catalogne : l’effacement progressif de l’Espagne et de l’espagnol [Reportage]

Nous avons été enquêter en Catalogne lors des élections cruciales du 14 février. Place du catalan et du castillan,...

Paris. Retour sur le succès de la manifestation de Génération identitaire

La défense de l'identité, et le combat culturel, en Bretagne comme à Paris. Alors que des milliers de personnes défilaient...

Le Japon et la Chine se livrent bataille sur le terrain de l’industrie ferroviaire. Une Chine qui vient ainsi de lancer un projet de train à sustentation magnétique pouvant atteindre 620 km/h.

800 km/h en ligne de mire pour le train chinois ?

La Chine n’est pas en reste en matière d’innovations ferroviaires et ne compte pas laisser son rival japonais régner seul sur le domaine des « Maglev », ces trains à grande vitesse nouvelle génération basés sur la technologie de la sustentation magnétique.

Ce procédé a pour particularité de faire disparaître les roues des rames et donc les frottements sur les rails en leur préférant l’utilisation des forces magnétiques. De quoi limiter la perte d’énergie et ainsi viser de nouveaux records de vitesse. La Chine a récemment présenté un prototype de train à sustentation magnétique en capacité de dépasser les 620 km/h. Le futur train, dont le projet a été mené par un groupe de scientifiques de l’université de Chengdu, mesure 150 mètres de long et pourrait, à terme, presque atteindre les 800 km/h, tout en étant beaucoup plus économique que la concurrence.

De son côté, le Japon a lancé en 2015 la construction d’un train magnétique censé être mis en service en 2027 sur la ligne Tokyo-Nagoya avec une vitesse atteignant 603 km/h.

Qu’est-ce que la sustentation magnétique ?

Quant au principe de fonctionnement de la sustentation magnétique, celle-ci repose sur l’état de supraconductivité. Il s’agit d’un phénomène physique permettant d’annuler la résistance électrique. À condition toutefois de disposer d’une température très basse. Pour parvenir à ce refroidissement, il est nécessaire d’avoir recours à des matériaux spéciaux : si le modèle de train japonais utilise de l’hélium liquide, les ingénieurs chinois ont opté pour de l’azote liquide, beaucoup moins coûteux et permettant d’atteindre la superconductivité avec une température légèrement supérieure.

Par ailleurs, le modèle chinois, en utilisant de la fibre de carbone, pèserait deux fois moins lourds que les autres trains à grande vitesse, réduisant aussi par la même occasion les coûts des infrastructures supportant le passage du train.

Au niveau financier, le coût du projet de train chinois est estimé entre 31 et 38 millions d’euros tandis qu’il pourrait être mis en circulation en 2027, lui aussi…

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/RabbitMeow) (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Saint-Nazaire. Le jeune Ivan Maciuca obtient un prix en violon

Elève en violon au Conservatoire de Saint-Nazaire, Ivan Maciuca obtient un 3e prix au prestigieux concours Vatelot Rampal. https://www.youtube.com/watch?v=3VfqiKtBT6U Crédit photo...

500 000 données médicales de patients français disponibles gratuitement sur le darknet

Quand on vous dit qu'il ne faut pas croire tout ce que l'on vous raconte sur vos données qui...
- Publicité -