Raúl González Zorrilla : « Au Pays Basque, la seule presse alternative, critique, indépendante et rebelle au système est la Tribuna del País Vasco » [Interview]

A LA UNE

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

Nous partons aujourd’hui au Pays Basque, à la découverte d’un média alternatif que nos lecteurs hispanophones connaissent peut être déjà : La Tribuna del Pais Vasco, journal en ligne, l’un des rares quotidien de presse dissidente dans toute l’Espagne, dont nous avons interviewé l’éditeur et directeur du journal, Raúl González Zorrilla

Breizh-info.com : Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Raúl González Zorrilla (La Tribuna del Pais Vasco) : Je m’appelle Raúl González Zorrilla. Je suis né à Pasajes (Pays basque – Espagne) en 1965 et j’ai commencé à écrire dans les journaux à l’âge de 18 ans, dans la défunte La Gaceta del Norte de Bilbao. Je suis diplômé en journalisme de l’Université du Pays basque (1988), j’ai occupé des postes de direction dans des entreprises de communication et j’ai écrit d’innombrables articles, reportages et interviews, principalement sur des questions politiques, sociales et culturelles, dans de nombreux journaux et magazines, tant nationaux qu’internationaux. Je suis également l’auteur de plusieurs livres : Terrorisme et postmodernité, Territorio Bildu mais aussi de Le choc de l’Occident, qui sera publié en mars prochain.

En 2013, j’ai commencé à éditer et à diriger le journal numérique La Tribuna del País Vasco qui, ces dernières années, et surtout ces derniers mois, est devenu l’un des rares médias numériques de référence dans le domaine de la pensée conservatrice en espagnol. Nous publions toujours des informations originales que nous considérons importantes et qui ne sont généralement pas publiées par les médias grand public, généralement soumis et vendus à la dictature progressiste et sociale-démocrate, tant à droite qu’à gauche. Nous nous engageons également à publier des analyses, des études et des essais qui défendent les valeurs traditionnelles de la civilisation occidentale et dénoncent le totalitarisme des nouveaux fanatiques néocommunistes et l’imposition du rouleau compresseur politiquement correct.

Dans ce sens, et avec les mêmes principes, nous promouvons en 2018 la publication de la revue imprimée de pensée et de culture Naves en Llamas, qui essaie d’être un porte-drapeau intellectuel de la grande tradition judéo-chrétienne et gréco-romaine qui a donné naissance à la grande civilisation européenne et occidentale. Le magazine reçoit un accueil important, tant en Espagne qu’en Amérique latine. Curieusement, nous avons également trouvé des lecteurs très intéressés en France.

De même, en 2019, j’ai lancé la maison d’édition La Tribuna del País Vasco, qui se consacre à la publication de livres imprimés, en particulier d’essais, avec le même objectif. Jusqu’à présent, nous avons publié des auteurs tels que Fernando José Vaquero Oroquieta, Sergio Fernández Riquelme, Pedro Carlos González Cuevas, Arnaud Imatz ou David Engels, entre autres.

Breizh-info.com : Quelle est votre audience ? Quel est votre positionnement sur le nationalisme basque ? Avez-vous des articles en Basque ?

Raúl González Zorrilla (La Tribuna del Pais Vasco) : Environ 70 % de notre public se trouve en Espagne, 20 % en Amérique latine et aux États-Unis, et les 10 % restants dans différents pays européens.

Notre position idéologique concernant le nationalisme basque est extrêmement critique parce que le nationalisme basque a un caractère totalitaire marqué qui considère le reste de l’Espagne comme un ennemi et embrasse politiquement la cause des terroristes de l’ETA tout en insultant et en méprisant leurs victimes. Pour transformer son idéologie en montagnes russes totalitaires, le nationalisme basque utilise l’imposition linguistique du basque (une langue que parlent régulièrement à peine 10 % des Basques), impose une éducation entièrement dans cette langue (malgré le fait que l’espagnol soit la langue maternelle de 90 % des citoyens du Pays basque).

De plus, gaspillant des milliards d’euros de ressources publiques, le nationalisme basque manipule l’histoire, la culture et l’information pour mettre en lumière une « réalité basque indépendante » qui n’existe pas. Et qui n’a jamais existé.
Nous ne publions généralement pas d’articles en basque, car la langue de communication habituelle au Pays basque est l’espagnol. Mais si quelqu’un souhaite écrire dans notre journal en basque, nos portes lui sont toujours ouvertes.

Breizh-info.com : Pouvez-vous nous dresser un portrait, un état, de la presse alternative au Pays basque et en Espagne ?

Raúl González Zorrilla (La Tribuna del Pais Vasco) : Au Pays basque, la seule presse alternative, critique, indépendante et rebelle au système est la Tribuna del País Vasco. Le reste de la sphère journalistique basque est constitué par les médias nationalistes et indépendantistes (toujours d’extrême gauche et toujours abondamment subventionnés par les institutions) et par deux grands journaux qui, soumis au bipartisme social-démocrate du PSOE-PP, se consacrent à répéter comme des perroquets toutes les bêtises et les inepties répandues sans cesse par l’idéologie progressiste mondiale.

Breizh-info.com : Vous rédigez également des articles en anglais. Avez-vous des lecteurs à l’international ? Et des contacts avec d’autres médias alternatifs ?

Raúl González Zorrilla (La Tribuna del Pais Vasco) : Nous avons commencé à publier quelques articles en anglais, car, au cours des derniers mois, nous avons constaté une augmentation importante du nombre de lecteurs en provenance des États-Unis. Si nous atteignons déjà les Américains hispanophones, pourquoi ne pas essayer aussi de toucher les lecteurs américains qui ne parlent que l’anglais ? Nous ne faisons que commencer. Nous faisons des tests pour voir si, à l’avenir, nous pouvons lancer La Tribuna del América.

Breizh-info.com : Est-ce que l’émergence d’un parti comme Vox a favorisé une certaine libération de la parole dans le pays ?

Raúl González Zorrilla (La Tribuna del Pais Vasco) : Au Pays basque, non. Les nationalistes et les indépendantistes basques, qui ont soutenu et légitimé les terroristes de l’ETA, ne permettent en aucune façon la libre expression des idées des Basques qui se sentent simplement espagnols, qui se déclarent en faveur de la Constitution démocratique de 1978 et qui ne sont pas d’accord avec l’agenda de gauche devenu monothématique dans la plupart des médias occidentaux. Au Pays basque, les citoyens qui ont de la sympathie pour Vox sont attaqués, insultés, persécutés, humiliés et méprisés dans la rue, toujours par la gauche et les partis nationalistes.

Dans le reste de l’Espagne, il est vrai que la grande vertu de Vox a été de montrer qu’il y a des questions, des préoccupations, des événements et des faits que les partis politiques traditionnels et la presse traditionnelle taisent et qui préoccupent beaucoup des millions d’Espagnols : l’insécurité croissante dans les rues, les dangers liés à l’immigration clandestine non contrôlée, l’imposition dictatoriale de l’idéologie de genre, l’émergence de territoires géographiques que l’État ne contrôle pas (zones de non-droit), le gaspillage économique par l’administration, le despotisme partitocratique, la gouvernance par la corruption, etc.

Breizh-info.com : Quels sont les sujets que vous évoquez le plus fréquemment dans votre journal ? 

Raúl González Zorrilla (La Tribuna del Pais Vasco) : Toutes les questions qui ont trait à la mémoire historique (en particulier au Pays basque), à la chute de l’Occident, à la tyrannie progressiste, à l’imposition de l’idéologie de genre, au remplacement de la population européenne, à l’immigration illégale, à la pression néocommuniste mondiale que nous subissons et à la disparition forcée de la liberté d’expression.

D’une manière générale, nous nous positionnons très clairement, et nos lecteurs nous en sont très reconnaissants, dans le camp de ceux qui osent s’affirmer dans la grande bataille culturelle mondiale qui se déroule actuellement dans le monde : nous défendons les libertés individuelles, la famille traditionnelle, la méritocratie, les valeurs traditionnelles, le droit à la défense et à la sécurité, le capitalisme traditionnel contre la spéculation financière post-moderne volatile. Nous sommes également aux côtés des forces de l’ordre, aux côtés de ceux qui protègent la culture et ne la censurent pas, aux côtés de ceux qui se cassent le dos pour défendre fièrement le monde que leurs grands-parents ont créé, aux côtés de ceux qui croient encore que les hommes ont un pénis et les filles un vagin.

Et, surtout, nous sommes aux côtés du peuple, ce ceux qui ne veulent que mener une vie décente, éduquer leurs enfants sans qu’ils soient éduqués par l’État, travailler et pouvoir prendre un café avec la personne de leur choix dans un environnement sûr.

Ce sont là toutes les questions qui intéressent le plus notre journal au quotidien.

Breizh-info.com : Quelle est la situation en Espagne et au Pays basque par rapport au Covid ? Nous évoquons souvent dans notre journal la tyrannie sanitaire en France. Est-ce la même chez vous ? La population est-elle effrayée ?

Raúl González Zorrilla (La Tribuna del Pais Vasco) : Au Pays basque et dans le reste de l’Espagne, c’est exactement la même chose qui se passe. La forte capacité infectieuse de Covid-19 est dangereuse et dramatique, mais surtout en raison de sa capacité potentielle à provoquer l’effondrement final de l’Occident en permettant à nos dirigeants d’utiliser pour cela des arguments sanitaires douteux, opaques.

Le Covid terrorise en profitant des ressources autoritaires de l’actuelle gouvernance sociale-démocrate, en utilisant l’immense désarmement éthique dont souffrent des millions de citoyens européens, en utilisant la peur généralisée de l’inconnu comme outil de domination et en voulant imposer un « Grand reset » collectif qui s’inspire presque mimétiquement du grand modèle civilisationnel établi par le Parti communiste chinois du XXIe siècle : des élites politiques, sociales, économiques et culturelles endogames et dominantes ; un capitalisme sauvage, un expansionnisme agressif, une hypervigilance des citoyens, des masses réduites au silence, des libertés diminuées et une imposition politique et doctrinaire.

Ce qui émerge de cette alliance du nouveau communisme avec les grandes entreprises est terrifiant, bien plus que ne l’est le Covid-19 en lui même :  c’est le règne de la terreur et de l’urgence permanente, incitant les masses effrayées et appauvries à accepter des décisions drastiques et antidémocratiques comme seule bouée de sauvetage pour assurer leur sécurité.

Au nom de l’endiguement des virus et de la sécurité sanitaire, l’expropriation de la démocratie et des droits les plus élémentaires est légitimée, ainsi que la violation croissante de l’esprit de la Constitution. Comme l’a souligné le philosophe italien Diego Fusaro dans un article que nous avons récemment publié dans notre magazine Naves en Llamas : « L’urgence — il faut le répéter ad nauseam — est une méthode de gouvernement. Et s’il parvient à transformer l’inadmissible en inévitable, il le fait parce qu’il le présente comme limité dans le temps, comme valable pour la courte période de la crise. Ce qui n’est pas dit, bien sûr, c’est que la crise ne finira jamais et, avec elle, l’inadmissible devient inévitable. L’urgence, comme si cela ne suffisait pas, rend invisible pour la majorité le véritable caractère autoritaire que le pouvoir assume : armées dans les rues, couvre-feu, interdiction de réunion publique, sont des mesures qui, sans l’argument de l’urgence, suffiraient à identifier un régime autoritaire au sens propre du terme et qui, au contraire, avec cet argument de l’urgence, apparaissent comme des mesures de protection bien justifiées et pour toujours ».

Dans le cas de l’Espagne, le gouvernement d’extrême gauche formé par le PSOE et Podemos, et surtout par des personnages staliniens comme Pedro Sánchez et Pedro Iglesias, représente exceptionnellement bien cet effondrement de la liberté et l’immense menace globale que les nouveaux communistes ou les anciens sociaux-démocrates représentent pour la démocratie ; une menace qui, bien que née avant Covid-19, a atteint son paroxysme et son intensification en profitant de la dissolution sociale, économique et culturelle intense et accélérée que la pandémie provoque.

Breizh-info.com : La censure se développe ces dernières années sur les réseaux sociaux, tout comme les persécutions judiciaires visant les dissidents. Comment résister ?

Raúl González Zorrilla (La Tribuna del Pais Vasco) : C’est effrayant. Nous vivons dans un nouveau Moyen Âge, sous le règne dictatorial de nouveaux seigneurs féodaux, à qui nous devons obéissance. L’Occident, infiltré par les nouveaux communistes apparus après la chute du mur de Berlin, se suicide et dilapide certaines de ses principales valeurs, telles que la liberté d’expression ou la liberté académique.

Nous sommes confrontés à trois nouveaux types de totalitarisme qui se développent et s’amplifient sous le regard imperturbable et satisfait d’une grande partie de la population : le totalitarisme néocommuniste, construit sur l’imposition du politiquement correct, la tyrannie du genre et un nouveau racisme qui veut supprimer l’homme blanc, occidental, hétérosexuel ; le totalitarisme islamiste, qui infiltre nos institutions tandis que ses terroristes décapitent des professeurs comme Samuel Paty ; et le totalitarisme des élites technologiques « turbocapitalistes », qui tentent de nous empêcher de remettre en question le mondialisme social-démocrate, qui n’a pas de patrie, pas de racines, pas de valeurs, pas d’histoire ni de traditions, et qui ne cherche que des consommateurs sans nation, sans sexe, sans religion et sans esprit.

Comment pouvons-nous résister ? En faisant du journalisme par tous les moyens. Combiner le numérique avec le papier, qui est toujours plus difficile à censurer. En créant de petits groupes de lecteurs qui, à leur tour, diffusent le message. Faire ce que le meilleur journalisme a toujours fait : informer, dénoncer, analyser, questionner et réfléchir. C’est notre devoir. Nous le devons à nos enfants. Nous devons dénoncer par tous les moyens possibles que la réalité qu’ils veulent nous imposer n’est pas la vérité, mais une farce ; que nous devons faire comprendre à nos concitoyens que, si nous n’arrêtons pas les nouveaux fanatiques qui prennent le contrôle du monde, en une seule génération, l’Occident, la plus grande civilisation que l’Humanité ait jamais créée, aura disparu.

Breizh-info.com : Le mot de la fin pour nos lecteurs ?

Raúl González Zorrilla (La Tribuna del Pais Vasco) : Je tiens à remercier Breizh-info de m’avoir donné l’occasion de présenter notre projet aux lecteurs bretons et français. La France est un pays dont je me sens très proche, géographiquement et culturellement. En raison de ce lien sentimental particulier, je suis également très préoccupé par certaines des situations qui se produisent dans ce pays.

Et, bien sûr, je voudrais souligner le grand rôle que vous jouez pour maintenir vivante l’information alternative et libre en français. Je suis régulièrement votre publication et votre brillant travail.

Propos recueillis par YV

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Elections au Royaume-Uni. Les résultats en Angleterre, en Ecosse et au Pays de Galles [MAJ]

Après la fermeture des bureaux de vote pour les élections locales en Grande-Bretagne, jeudi soir, le long dépouillement a...

Irlande du Nord. Deux membres présumés de la New IRA arrêtés en lien avec la tentative de meurtre d’un policier

Deux hommes ont été arrêtés en relation avec la tentative de meurtre d'un officier de police et une série...

Articles liés

Stéphane Plaza taget e Bro-Euskadi

Reuz a zo e Bro-Euskadi diwar-benn kresk prizioù an tiez ! An noz-mañ (22/04) eo bet taget ajañs-tiez Stéphane Plaza, star ar skinwell, e Ustaritz...

Ipparalde : un ikastola nevez e bro xarnegu

E miz gwengolo a zeu e vo digoret un ikastola nevez e Bardos, da lavaret eo e bro xarnegu, e norzh pellañ an Ipparalde...

Ajañsoù-tiez aloubet e Bro-Euskadi

D'ar yaou 15 a viz ebrel, tud yaouank ar strollad Gazte Ekintza o deus aloubet div ajañs-tiez e Biarritz ha Saint-Jean-de-Luz e Bro-Euskadi an...

Bro-Euskadi : Tagoù a-enep an tiez-hañv e Guéthary

« Etxe Hutsa = exte libre » (Ti goulo = ti dieub), « Aski da » (trawalc'h), setu ar pezh a c'hell an nen lenn e mogerioù zo...