Saint-Nazaire. L’Italien Fincantieri ne rachètera pas les Chantiers de l’Atlantique.

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire et son homologue italien ainsi que la commissaire européenne à la concurrence se sont entretenus. Fincantieri, le groupe de construction navale italien, ne deviendra pas l’actionnaire majoritaire des Chantiers de l’Atlantique de Saint-Nazaire.

Risque de pillage industriel, de spécialisation en  »tout paquebot », la menace pesait depuis le départ sur le dernier grand chantier naval français. Restait à annoncer le renoncement avec diplomatie. C’est chose faite, le Covid étant intervenu en renfort pour justifier la décision, avec l’effondrement du marché de la croisière. Et maintenant ? Que va faire le gouvernement français qui a d’autres préoccupations plus urgentes à gérer ?

À Saint-Nazaire, les représentants des salariés se disent peu surpris mais quand même soulagés. Et surtout, ils regardent devant et veulent participer à l’avenir des Chantiers de l’Atlantique.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !