Le parc éolien en mer de Saint-Nazaire crée des remous à terre à cause de son impact visuel

Alors que le chantier du parc éolien offshore de Saint-Nazaire touche à sa fin, la polémique enfle autour de l’impact visuel des éoliennes. A Batz-sur-mer, certains habitants dénoncent une pollution visuelle. D’autres se sont fait une raison.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

12 réponses

  1. « le parc produira 20% de l’énergie annuelle du département »

    En théorie, car en réalité, il ne tournera que 25% du temps, en absence de vent le réseau est compensé par des centrales charbons ou gaz, donc polluant, suffit de voir nos voisins hollandais, danois ou allemands !

    Vous mentez France 3 !

  2. Aucune énergie n’est propre mais celle-là va nous coûter un pognon de dingue et profiter à la Chine puisque 85 % de ses composants et notamment des pâles viennent de là bas ! nous brassons là du vent alors que la France ferait mieux de relancer l’énergie nucléaire…Mais les allemands font tout pour qu’on s’en passe. Bref, nous sommes dans l’impasse préparons nous à présenter un pass énergétique avec des tickets de rationnement pour faire le plein faisant la joie des fonctionnaires ( pourvu que l’hiver soit doux) source « La BCE impuissante contre l’inflation qu’elle a créée – Politique & Eco n°354 avec Charles Gave » à partir de la minute 48’45 ».

  3. Ceux qui ne réagissent que maintenant sont l’archétype du droitard inutile. Qui aime à se manifester quand l’affaire est close.

  4. Bcp se gavent des 200 milliards que ces moulins à vent ont déjà coûté au budget de la France en subvention, plus les frais incombant à RDF pour gérer ces courants improbables. Tout a été dit.

    Mais on n’insiste pas assez sur la toute puissance des préfets : maudite république jacobine qui opprime et méprise les populations, sans aucun recours possible !
    Et on ignore que ces obstacles vont, fatalement, créer des accidents aux bateaux : pêcheurs, plaisanciers, navires poussés par les vents eûtes courants contre ces pieux géants !

    1. « Rien de grave »
      Dominique, il ne faut rien que 700 éoliennes de 3MW pour compenser Fessenheim.
      700 zones naturelles dévastées, pour une énergie alternative et non pilotable et pour un coût final bien supérieur tant en matière de bilan écologique qu’en matière financière pure ….

      Pour remplacer 25 centrales il faudra 17.500 éoliennes de 3MW
      « Les chercheurs ont suggéré que pour les éoliennes résidentielles, une distance de 150 mètres des obstacles les plus proches est suffisante. Dans le cas des parcs éoliens, la distance entre les turbines doit être d’au moins 7 fois le diamètre du rotor. »
      Donc 150m X 150m = 22.500 mètres carrés de zone d’exclusion pour chaque éolienne.
      22.500 x 17.500 = 393.750.000 mètres carrés d’éoliennes alternatives pour TENTER de remplacer 25 centrales nucléaires ^^

      1. Fessenheim c’est 2 réacteurs de 900 MW (880) => il faut donc au mini 1400 éoliennes (fatales) de 3 MW pour remplacer le nuke sur la base d’un facteur de marche de 90% ( actuellemnt 97% en Allemagne cf ElectricityMap). En france elle le FdM est un peu plus bas car on donne la priorité aux ENR ce qui est une connerie.

  5. Il y aurait une solution : tendre un gigantesque écran afin de les dissimuler, écran sur lequel serait projeté Sandrine rousseau et son doux visage qui nous sourirait accompagné de ses maximes percutantes !

  6. Ce qu’il faut bien savoir : les parcs éoliens (terrestres ou en mer) doivent être couplés OBLIGATOIREMENT à des centrales thermiques charbon-gaz. En effet, ces dernières sont réactives et permettent d’équilibrer (pour éviter la casse du réseau) à la seconde près, les fluctuations du vent qui ne souffle JAMAIS de façon constante et dont la force peut varier de 100% à 0% en quelques instants.
    Les centrales thermiques adossées aux éoliennes en proportion identique (1 MW éolien pour 1 MW thermique) fonctionnent donc en continu 365 j/an et 24h/24, de façon chaotique. Leurs turbines subissent des ralentissements-accélérations permanents qui leur font consommer davantage de fossile que si elles fonctionnaient seules, sans éoliennes, à régime stabilisé. Cette aberration écologique a été démontrée par les ingénieures Ruth Léa en Angleterre et Flora Papadelle en Grèce.
    Conclusion : les éoliennes sensées « Sauver la Planère du réchauffement » ne font qu’aggraver la pollution et ne permettent en aucun cas une diminution des émissions de CO2, c’est même tout le contraire.
    Avec leurs arguments écologiques mensongers, nos décideurs nous prennent vraiment pour des C…

  7. La loi oblige EDF à vendre 25% de sa production à ses concurrents à très bas prix, elle doit ensuite racheter ce qui lui manque au prix fort…pour Macron: une électricité 4 fois plus chère, c’est 4 fois plus de TVA et autres taxes!…Les matchs de foot ou de rugby devraient se jouer le jour au lieu d’avoir lieu la nuit, cela ferait faire des économies d’électricité…ainsi que les illuminations en spectacles!…

  8. BRAVO !!!
    C’est beau de voir notre pays avancé dans la bonne direction. Le mix énergétique français a besoin de ces éoliennes. Le vent est gratuit ! Les éoliennes tournent ! Quoi de plus beau et de plus simple !
    Arrêté d’être mécontent de tout ce qu’on propose, l’énergie 100% parfaite n’existe pas !

    1. Elle est pas belle la Vie ?
      On nous dit : « le vent est gratuit » ! Oui, il est gratuit dans les contes de fées.
      Prix de l’électricité conventionnelle (jusqu’à présent, avant le conflit russo-ukrainien) : 0.50 € le MWh
      Prix de l’éolien terrestre : 0.82 € le MWh (payé par les consommateurs sur leurs factures d’électricité)
      Prix de l’éolien en mer : de 220 € le MWh à 260 € le MWh selon contrats (démentiel !).
      Prix de l’électricité photovoltaïque : de 360 € à 400 € selon contrats (pharaonique !).
      Paiement Garanti par l’Etat aux producteurs (français, canadiens, danois, allemands, chinois etc..) quoiqu’il advienne, même si on n’a aucun besoin de cette électricité lors des surproductions et qu’il faut alors évacuer de toute urgence et à PERTE pour ne pas faire « péter » le réseau. Il est vrai qu’on ne commande pas le Vent en tournant un bouton !
      Consommateurs, ouvrez grand le porte-monnaie d’autant plus que l’Etat français a prévu sur les 20 ans à venir, 150 milliards d’euros à distribuer gracieusement à la filière éolienne. De l’argent public bien sûr, qui va remplir davantage les poches des sociétés installatrices qui bénéficient déjà de défiscalisations, prêts de la BEI et prêts à taux Zéro de l’Ademe… Elle pas belle la vie pour les promoteurs éoliens, avec l’argent des autres ?
      Elle pas belle la vie avec une électricité qui coûte la peau des fesses et qui ne cessera d’augmenter avec la fermeture du nucléaire et l’extension inconsidérée des Renouvelables intermittentes !
      Pauvre France entre les mains d’incapables, livrée à l’idéologie des Khmers Verts et à la rapacité des escrocs de la « Transition €urologique ».

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS