Ensauvagement en Bretagne. Coups de couteau à Saint-Malo, « Uber shit » à Vannes

A LA UNE

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

La Bretagne, région française la plus impliquée dans la traite des Noirs ?

Des Bretons ont joué un rôle massif dans le commerce des esclaves, un business florissant de l'époque des Lumières....

À Saint-Malo, une violente rixe entre deux bandes rivales a fait plusieurs blessés, notamment à coups de couteau. Quand, du côté de Vannes, c’est une nouvelle fois le trafic de drogue qui occupe l’actualité judiciaire.

Saint-Malo : coups de couteau et de marteau à la Découverte

L’ensauvagement de la Bretagne se poursuit, y compris dans des villes plutôt épargnées par le phénomène. C’est le cas de Saint-Malo, où un violent règlement de comptes entre plusieurs individus a eu lieu samedi 6 février en milieu d’après-midi. La scène s’est déroulée rue du Poitou, à proximité du quartier de la Découverte. Ce dernier, longtemps réputé sensible avant de connaître un vaste plan de rénovation urbaine, n’en a donc visiblement pas terminé avec ses vieux démons.

À l’origine de cette rixe, il y a l’arrivée d’une dizaine de « jeunes » en voiture depuis Rennes et venus s’en prendre à une bande rivale, poursuivant leur cible jusque dans une cave. Loin d’être une simple algarade, les assaillants se battent à coups de couteau, de marteau ou encore de batte de base-ball tandis que les affrontements se termineront devant la gare située non loin de là.

À l’issue de cette attaque, trois individus mineurs âgés de 16 à 17 ans seront transportés à l’hôpital Saint-Malo. Si deux s’en sortiront avec des durées d’Incapacité Temporaire Totale (ITT) de cinq et 15 jours, un troisième était toujours hospitalisé le 7 février suite à des blessures au dos et à la cuisse. Et a écopé quant à lui de 21 jours d’ITT.

En parallèle, trois autres mineurs ont été interpellés par la BAC (Brigade anti-criminalité) puis placés en garde à vue, laquelle a été prolongée de 24 heures par le parquet de Saint-Malo ce même 7 février. Les individus sont poursuivis pour « violences avec armes en groupe, ayant engendré plus de 8 jours d’ITT » précise Christine le Crom, procureure de la République de Saint-Malo citée par France 3.

Si les raisons de ce règlement de compte sont encore obscures, une dette sur fond de trafic de stupéfiants n’est pas à exclure.

À Vannes, un réseau « Uber shit » démantelé

De trafic de stupéfiants, il en a aussi été question à Vannes la semaine dernière, lorsque la brigade de la police de la ville a démantelé un réseau « Uber shit » le 2 février. Le principe était simple et plutôt bien rodé : la drogue proposée via le réseau social Snapchat était ensuite acheminée aux clients par un service de livraison dans un rayon de 50 km autour de la préfecture morbihannaise.

Après une enquête préliminaire ouverte au mois de novembre dernier, les investigations ont donc permis l’interpellation de trois individus âgés de 19 ans à 23 ans à leur domicile tandis que les perquisitions réalisées ont conduit les policiers à mettre la main sur de la drogue et de l’argent liquide. Au total, les enquêteurs ont saisi 700 g de résine de cannabis, 200 g de d’herbe, une balance électronique mais aussi des sachets de conditionnement ainsi que des documents de commande et de comptabilité. Plus surprenant, 3 500 € en espèces ont également été découverts au domicile de deux parents des interpellés. Des parents qui connaissaient la provenance de cet argent…

Cette entreprise de livraison de drogue à domicile comptait plus d’une cinquantaine de clients selon les informations retrouvées par les policiers. De quoi assurer aux trafiquants un chiffre d’affaires évalué entre 500 et 800 € par jour.

Tandis que les trois interpellés, déjà défavorablement connu des services de police et ayant entre-temps reconnu l’intégralité des faits, devaient passer en comparution immédiate devant le tribunal de Vannes le 5 février, l’affaire a finalement été renvoyée à leur demande.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Super Thursday. On vote ce jeudi en Angleterre, en Ecosse et au Pays de Galles lors d’élections cruciales

Le Royaume-Uni vote ce jeudi 6 mai. Tout le Royaume-Uni ? Non, car l'Irlande du Nord ne participe pas...

Terrorisme, la menace sans fin. Nouveau numéro de la revue Conflits

C'est un sujet particulièrement d'actualité que traite la revue de Géopolitique Conflits, ce mois-ci. Avec un dossier consacré au...

Articles liés

Lannion. 2 dealers dormiront en prison ce soir

Mardi 30 mars à Lannion et Rospez, une opération de gendarmerie a été menée par la compagnie de Guingamp, avec pour finalité l'interpellation de quatre personnes...

Rennes. Cinq personnes interpellées en lien avec le trafic de drogue

Le journal Ouest France révèle que tôt ce 24 mars, cinq personnes ont été arrêtées par le Raid, dans le quartier de Villejean. « Ces...

Saisie record de cocaïne dans le golfe de Guinée par la Marine nationale

Le dimanche 21 mars 2021, sous la direction du préfet maritime de l'Atlantique et du procureur de la République de Brest, la Marine nationale...

Nantes. Des saisies de drogue par la police dans toute l’agglomération

La police poursuit son travail de longue haleine contre les lieux de deal dans l’agglomération nantaise – ce qui suppose de fréquentes opérations contre...