Crise économique, troubles sociaux, aggravation de la délinquance, comment vous protéger chez vous ?

A LA UNE

Baromètre 2020 du prénom musulman : 21,7% des naissances en France, entre 5 et 12% en Bretagne

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

Nantes. La manifestation contre le pass sanitaire attaquée par l’extrême gauche [Témoignage exclusif]

À la fin de la manifestation contre le pass sanitaire samedi 31 juillet à Nantes, un groupe d'individus affiliés...

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

Au fil des années, de plus en plus d’entités internationale, ambassades, bases militaires, bureaux de représentation d’organisations internationales et même des ONG ou des hôtels ont été la cible de groupes ou d’individus impliqués dans des troubles sociaux ou politiques dans des pays en voie de développement et dans chacun de leurs bâtiments sur place il est devenu coutume de concevoir des outils de plus en plus sophistiqués afin de protéger le personnel, les VIP ou les clients.

Si vous vous rappelez les attentats de Bombay les terroristes sont passés par les entrées de service ne laissant que peu de chance aux clients et au personnel qui n’avaient ni la capacité de fuir ni celle de se défendre.

D’habitude ces scènes se passaient dans les pays réputés instables où les putschs sont monnaie courante mais depuis quelques années on a vu en Occident lors de manifestations des ministères, des bâtiments d’institutions nationales pris d’assaut comme ici à Paris en 2015 ou au Capitole de Washington il y a quelques semaines voire même des assauts terroristes comme au Bataclan vu ici lors de la reconstitution de l’attentat.

Aujourd’hui, avec la pandémie de coronavirus dont la crise économique sera l’inévitable issue, les conséquences pour chacun d’entre nous seront à coup sûr une forte dégradation de la sécurité collective et personnelle.

Personne ne peut penser sérieusement que les évènements en cours ne vont pas provoquer des tensions dans une société fortement morcelée et la mansuétude contemporaine à l’égard des criminels ne pourra quaccentuer la dérive.

Elle se traduira notamment par une recrudescence de home-jacking pour des vols de bijoux ou de voitures, certains pouvant être d’une violence extrême avec des prises d’otages éventuelles.

Imaginez en plus faire face à des troubles sociaux d’envergure comme ce fut le cas aux USA à l’été de l’année dernière alors même que pour un motif aussi futile qu’un match de football on pille des magasins à Paris et suite à un confinement serré aux Pays-Bas on assiste aux pires émeutes dans ce pays depuis un demi siècle.

Il ne faudrait pas grand chose pour pousser les gens à commettre des exactions de ce type en suscitant des troubles totalement fabriqués mais tout ceci n’est bien sûr que fiction et les personnages et les situations de notre récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite…

Mais puisqu’il faut bien tout prévoir comment les propriétaires de ces lieux collectifs ou privés mais aussi ceux qui les fréquentent envisagent ils de se protéger de ces nouvelles menaces … Tout le monde n’a pas la possibilité de se payer une île.

Alors si vous décidez de rester chez vous et à moins d’avoir une armée privée à entretenir à votre service, il vous faudra utiliser d’autres moyens.

Vous le savez déjà , même pour un simple cambriolage les alarmes connectées à des centraux n’ont aucun intérêt puisque les agents de ces sociétés qui sont éventuellement dans les environs n’ont pas le pouvoir officiel d’agir sur les lieux et l’intervention des policiers se situe toujours après les faits, rarement en flagrant délit et cela à condition que le système fonctionne..

Il n’y a donc que trois alternatives :

  • Vous défendre selon vos capacités – Imaginez vous dans la peau de ce couple de Saint Louis aux USA au moment des manifestations BLM – mais ne perdez pas de vue que la notion de légitime défense en France en limite assez largement les possibilités.

  • Se soumettre avec les conséquences que cela peut avoir en termes de violences éventuelles.
  • Dissimuler sa présence par des dispositifs intelligents et discrets.

La dernière solution est peu connue car depuis 70 ans les institutions policières et judiciaires, le fonctionnement efficient de la société en avaient peu à peu supprimé l’éventualité, mais aujourd’hui elle devient une exigence dans une société où les réponses face à l’insécurité sont de moins en moins lisibles puisque la plupart du temps on se contente de le régler après soit par une enquête policière a posteriori soit par une réponse judiciaire dans un délai plus ou moins long et qui, si elle permettra peut être de juger les auteurs ne vous ressuscitera certainement pas.

En l’absence d’une véritable reconnaissance de la légitime défense et on a en mémoire les condamnations récentes à de la prison ferme de personnes s’étant opposés à des cambrioleurs mais dont on a pas reconnu la légitimité de la défense pour un défaut de…. proportionnalité !

Notez que plus de 90% des affaires de légitime défense finissent devant un juge ce qui prouve bien qu’elle ne va pas de soi puisqu’elle nécessite des preuves souvent basées sur cette fameuse proportionnalité, par exemple on ne reconnaitra pas la légitime défense si vous répondez à un coup de poing par une arme à feu.

Une agression qu’elle soit vécue à l’extérieur du domicile ou à l’intérieur engendre une panique, un état de stress intenses chez la victime avec pour conséquences :

Une paralysie empêchant toute velléité de se défendre, la victime peut alors à peine bouger, on pourra cyniquement signaler qu’à ce stade aucun dérapage n’étant plus possible la tâche du juge en sera facilitée.

Deuxième possibilité, la victime, soumise à un stress intense n’arrive pas à mesurer sa réaction et riposte avec le seul impératif qui lui vient à l’esprit, celui de mettre fin par tous les moyens possibles à cette agression.

Peut-on exiger qu’elle fasse preuve de mesure alors que la situation la dépasse ?

L’honnêteté devrait être de reconnaitre que dans la quasi totalité des cas les victimes vont réagir de cette manière pour éviter d’être blessées ou tuées sans chercher à savoir si leur défense est proportionnelle.

En caricaturant il faudrait avoir une bombe lacrymogène dans une poche et un revolver dans l’autre et sortir celle qui convient au moment précis de l’agression.

Larticle 122-5 du Code pénal ne contenant aucune disposition sur cet effet de stress ressenti par la victime, ce sera donc au juge d’en décider.

En pratique on sait que les tribunaux balayent la plupart du temps l’argument de la légitime défense en expliquant que la riposte était disproportionnée par rapport à l’agression, éliminant au passage la situation de panique vécue par la victime.

Même en admettant que la proportionnalité soit reconnue, la victime ne sera jamais assurée d’être reconnue dans son droit.

En l’absence de la possibilité de se défendre légalement il reste donc la troisième alternative devenue à la fois logique et efficace car ne dépendant que de vous et pas de systèmes connectés qu’il est facile à brouiller et dont l’avenir parait bien compromis au vu de la fragilité des réseaux en cas de crise.

Comment peut on prétendre qu’une camera va vous protéger d’un cambriolage parce qu’elle vous permettrait de voir le cambrioleur cagoulé de votre lieu de vacances ? A part gâcher vos vacances, quel est vraiment l’intérêt ?

Rappel : les alarmes connectées installées depuis trente ans ont elles permis de réduire le nombre de cambriolages en France ? Non bien sûr

Dans le cas d’une intrusion à domicile en votre présence de quoi aurez vous besoin :

1/ D’être prévenu quelques secondes avant d’être sous la menace des intrus.

2/ De pouvoir vous dissimuler quelques heures, éventuellement quelques jours.

Vous vous rappelez ce thriller avec Jodie Foster ? on vous explique !

Original Cinema Quad Poster – Movie Film Posters

Les panics rooms ou littéralement pièces anti paniques sont spécialement conçues pour fournir un havre sécurisé durant un temps que vous pouvez vous même définir en lui conférant plus d’autonomie avec un stock d’eau, d’aliments et un réseau de communications indépendantes intégrées à son infrastructure.

Ces salles sont aussi adaptées en tant que centre de commandement en cas de catastrophe, de guerre, d’attaque terroriste ou de troubles civils. Avec les conséquences de la pandémie actuelle est il raisonnable de penser que la situation sécuritaire ne va pas se détraquer à l’issue de la crise sanitaire ? Auquel cas de telles implantations pourraient devenir indispensables pour un nombre croissant de français.

Cette installation peut se greffer sur une pièce existante dans une maison, un bâtiment industriel, une grange, un hangar ou tout autre dépendance.

En dehors des communications elle peut être équipée d’une unité de filtration d’air frais d’un éclairage de secours et fournir un environnement extrêmement sûr pour plusieurs personnes et tout cela pour un prix extrêmement abordable, comme les propriétaires au Royaume-Uni ont pu s’en rendre compte.

En utilisant uniquement des composants certifiés, il est possible de concevoir et construire ou aménager une panic room pour répondre à ces exigences et offrir une protection balistique, ce niveau de sécurité offre une totale tranquillité d’esprit si votre maison est considérée comme une cible potentiellement lucrative par des voleurs, des ravisseurs ou même des terroristes.

Ici par exemple un mur de sécurité est construit sur les quatre côtés de la pièce avec une combinaison de matériaux pour offrir une résistance optimale. Ils comprennent des ensembles de poutrelles métalliques, un contreplaqué de 18mm d’’épaisseur, un treillis de sécurité testé selon la norme SR3 ( résistance au pied de biche, à la hache) et conforme au niveau de protection balistique GRP BR4 (44 Magnum) . Des plaques de plâtre sont ensuite appliquées pour fournir une finition parfaite et discrète qui peut être peinte ou tapissée pour ressembler à n’importe quel mur intérieur ordinaire.

Chaque pièce a également un plafond fabriqué exactement de la même manière que les murs et l’ensemble est équipé d’un jeu de portes ( blindées) avec serrures haute sécurité et en option un mécanisme de fermeture automatique.

Le résultat ?

Une Panic Room inviolable capable de vous protéger en cas d’invasion de votre domicile ou de troubles civils et pour une somme beaucoup moins importante que vous ne pouvez l’imaginer

Cela vous intéresse ? Contact : [email protected] ou [email protected]

Cet article n’a pas été rédigé par la rédaction de Breizh-info.com

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

En Bretagne, des cafés et bistrots entrent en résistance contre le pass sanitaire et la tyrannie

Il y a des en France et en Bretagne des millions de personnes qui ne se rendront pas face...

Gétigné (44). Un migrant interpellé après qu’un homme ait été poignardé dans le dos

Un migrant a été interpellé après qu'un homme ait été poignardé dans le dos à Gétigné, en Loire-Atlantique. Au...

2 Commentaires

  1. Tant que les juges français considéreront qu’un petit vieux de 70 ans attaqué à coup de poing par 3 vigoureux jeunes hommes doit se défendre de la même manière, les attaques à domicile prendront de l’ampleur

  2. Construire son propre bunker , quelle drôle d’idée !!! Encore faut – il avoir le temps d’aller s -y réfugier ; les sirène ne vous ayant pas donné l’alerte … ! Disposer de quelques armes ( Gourdins, sabres de collection, dagues , lance fusée etc.. ) soigneusement dissimulées en divers endroits .. et savoir s’en servir , car trop de personnes ont peur des armes (?) me semble la meilleure solution tant que l’agresseur n’est pas entré dans le « cercle de sécurité « entravant toute réaction .!

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Insécurité. 7 Français sur 10 craignent d’être cambriolés pendant les vacances

Alors que nombre de Français vont prendre la direction des vacances, l’Ifop publie une enquête qui mesure leur expérience et leur crainte d’être l’objet de...

Saint-Nazaire. Une statue classée du XVIIe siècle volée dans une église

Une des quatre statues du retable XVIIe de l’église Saint-Nazaire a été volée dans l’église du même nom, en plein centre de Saint-Nazaire, entre...

Covid-19. Des prêts participatifs soutenus par l’État pour les PME et les ETI face à la crise

Certaines entreprises françaises vont pouvoir bénéficier d'une nouvelle aide de la part de l'État, qui propose la souscription de prêts participatifs. 8 000 PME...

Sondage Ifop/Aladom. Une France traumatisée par la crise liée au Covid-19 et à la tyrannie sanitaire ?

Le triste anniversaire de l’instauration du premier confinement (17 mars en France) est l’occasion de tirer le bilan de l’action des autorités face à...