« La taxe Gafa pèse désormais sur les PME françaises ! »

A LA UNE

Baromètre 2020 du prénom musulman : 21,7% des naissances en France, entre 5 et 12% en Bretagne

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

Nantes. La manifestation contre le pass sanitaire attaquée par l’extrême gauche [Témoignage exclusif]

À la fin de la manifestation contre le pass sanitaire samedi 31 juillet à Nantes, un groupe d'individus affiliés...

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

Google a choisi de répercuter la taxe Gafa sur ses tarifs publicitaires en France, qui augmenteront de 2% à compter du 1er mai 2021. La crainte chez les PME est désormais que la démarche initiée par le géant du numérique américain ait des effets plus que néfastes sur les PME françaises au coeur d’une période déjà compliquée.

La sentence est tombée le 2 mars. Attendue et redoutée par bon nombre d’entreprises françaises. Le géant américain a, en effet, pris la décision de facturer des frais additionnels pour les annonces diffusées en Espagne et en France à compter du 1er mai 2021 : une hausse de 2% dont l’objectif est de « couvrir une partie des coûts associés au respect de la réglementation concernant la taxe sur les services numériques en France », a expliqué Google dans un message adressé à tous ses annonceurs.

Entre parenthèses, la filiale de la société Alphabet cherche à compenser les pertes liées à la taxe de 3% sur le chiffre d’affaires réalisé dans l’Hexagone des géants du numérique, adoptée en juillet 2019 par le Parlement français et autrement appelée taxe Gafa (acronyme désignant Google, Amazon, Facebook et Apple).

Jugée discriminatoire par les États-Unis, cette taxe Gafa fut rapidement gelée – le temps d’une longue négociation menée par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en vue de créer un impôt mondial sur les multinationales -, avant d’être de nouveau appliquée en octobre 2020, défendue à maintes reprises par Bruno Le Maire, ministre de l’Économie. Une taxe aux conséquences sombres pour de nombreuses entreprises françaises, selon Arnaud Hacquart, président d’Imodirect.

« Ce ne sont pas les Gafa qui vont payer cette taxe, mais bien les entreprises françaises »

« Bien évidemment, et il fallait s’y attendre, ce ne sont pas les Gafa qui vont payer cette taxe, mais bien les entreprises françaises qui, en pleine crise de la Covid-19, sont obligées et incitées à innover sur Internet », regrette le fondateur de l’agence immobilière 100% en ligne. « Or, ces entreprises n’ont d’autre choix que d’utiliser les Gafa ».

Arnaud Hacquart craint désormais que les autres Gafa justement suivent la démarche initiée par Google. Et que les entreprises à taille humaine soient dans l’obligation de supporter toutes ces charges supplémentaires au lieu d’investir ces montants dans la relance de l’économie. « Rendez-vous compte : à compter du 1er mai, Google va nous facturer 2% sur l’ensemble du chiffre d’affaires que nous lui faisons faire », insiste le président-fondateur d’Imodirect. « C’est énorme ! ». L’intéressé précise : « une fois de plus, on se trompe de cible. Non seulement, à terme, on ne va pas taxer les Gafa, mais on va développer plus encore leur chiffre d’affaires. À l’inverse, une nouvelle taxe déguisée pèse désormais sur les PME françaises. Merci Monsieur Le Maire… ».

Photo d’illustration : DR
[cc] BREIZH-INFO.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Nantes. Le Scénario : manger des anguilles près de Talensac

Il ne paie pas de mine, Le Scénario, dans le milieu de la rue de Bel Air, en face...

OSS 117, Fendas, American Nightmare 5, Ice Road, Dream Horse, De bas étage : la sélection cinéma de la semaine

OSS 117, Fendas, American Nightmare 5, Ice Road, Dream Horse, De bas étage : voici la sélection cinéma de...

Articles liés

Baromètre 2020 du prénom musulman : 21,7% des naissances en France, entre 5 et 12% en Bretagne

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en France depuis 1900, (fichiers téléchargeables ici). Pour...

La démocratie directe suisse est-elle populiste ? Par François Garçon

François Garçon est président de Démocratie directe pour la France. Dans son livre "France, démocratie défaillante - Il est temps de s'inspirer de la...

Le rapport de gestion : non obligatoire mais indispensable pour les PME

Depuis 2018, les PME en-dessous de certains seuils n'ont plus l'obligation de publier un rapport de gestion. Pour Claude Saunal, associé Absoluce, toutes les entreprises ont...

Tyrannie sanitaire. « Le peuple français ne se laissera pas faire ». La lettre ouverte d’un citoyen

Michel Massonier nous adresse une lettre ouverte adressée aux députés français en réaction aux mesures tyranniques qu'Emmanuel Macron a annoncé récemment avec la mise...