Apprendre le Breton en 90 jours ? Possible avec eienn.bzh

A LA UNE

Apprendre le Breton en 90 jours ? C’est que que propose la plateforme eienn.bzh qui présente ainsi l’initiative sur son site :

Au début du siècle passé on estime qu’un million de personne parlaient quotidiennement breton. Cette langue, c’est suite aux invasions de l’île de Bretagne par les Anglo-Saxons que les Bretons ont accosté en Armorique en emportant avec eux leurs langue et leur culture romano-celtique. Face aux Francs ils se considèrent d’ailleurs encore comme des citoyens romains, aujourd’hui l’empire n’est plus, mais on parle toujours breton ! L’autre grand groupe en Bretagne, parlant des dialectes Gallo-Roman, sont restés majoritaires à l’Est de la Bretagne (aujourd’hui ‘Haute-Bretagne’) et parleront le gallo, une langue d’oïl plus proche du français bien qu’aussi influencée par le Breton. La langue Bretonne est restée majoritaire à l’Ouest, donnant naissance à une très grande diversité interne (linguistique, vestimentaire etc…).

Le breton, toujours majoritaire en Basse-Bretagne jusqu’à très récemment va subir de plein fouet des changements majeurs de la société Bretonne. Premièrement une politique scolaire de francisation agressive, sinon traumatisante pour la jeunesse bretonne de l’époque. La méthode utilisée, comme dans de nombreuses colonies de l’époque, le racisme en moins dira-t-on, fut l’apprentissage de la honte de sa langue maternelle, et le mépris de tout ce qui n’était pas franco-français, pour ne pas dire parisien. Les deux guerres mondiales ont également joué un rôle majeur dans ce qu’on peut appeler une politique d’éradication culturelle bretonne, sous couvert du progrès. Au sortir de la deuxième guerre mondiale quasiment plus personne n’éduquait ses enfants dans ce qui était encore la langue maternelle de la majorité des gens du pays.

Personne… à l’exception d’une poignée d’irréductibles Bretons, qui étaient trop conscients de la valeur et de la richesse portées par cette langue. Et depuis, d’autres les ont rejoint, en refusant la honte qu’on leur imposait encrore et ils ont travaillé, et continuent de travailler pour la réhabilitation de leur culture. Des écoles aux colonies de vacances, des chéquiers aux livrets de familles, sans oublier les panneaux de signalisation et même Facebook ; les racines de la langue étaient trop profondément ancrées pour que les Bretons ne se réapproprient pas leur culture au quotidien, l’eussent-il jamais vraiment perdue.

Ici, avec Eienn nous pensons que c’est à vous d’écrire la suite de cette histoire, jour après jour, podcast après podcast, rencontre après rencontre… A vous de jouer ! Bec’h de’i!

La méthode eienn expliquée

Alan Kersaudy, 23 ans, de Douarnenez, explique la méthode : « Notre méthode contient actuellement trois mois de formation ‘semi-intensive’, basée sur des podcasts d’un dizaine de minutes, semblables à ceux de la démo. Nous travaillons dur pour créer plus de contenu et dans d’autres dialectes, mais si votre but est d’acquérir rapidement des bases solides vous n’avez rien à perdre à vous lancer dès aujourd’hui. Nous appliquons une politique ‘satisfait ou remboursé’, donc si la méthode ne vous convient pas vous pourrez toujours nous envoyer un email et demander un remboursement. N’hésitez pas non plus à prendre le temps de nous envoyer vos questions et remarques par email, nous avons hâte de vous lire, mais surtout, nous avons hâte de vous entendre parler breton, alors abonnez-vous vite ! »

Le principe inspiré d’une méthode galloise intitulée Say something in Welsh: apprendre la langue bretonne en écoutant la prononciation de tel ou tel mot, avant de le répéter jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’erreur. En y ajoutant de l’écrit et des notes explicatives parallèles aux enregistrements.

Le coût ? 10€ par mois. Et une semaine d’essai gratuite. Qu’est-ce que vous attendez pour vous y mettre ? C’hoant am eus deskiñ komz brezhoneg bremañ.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Cyclisme. Le britannique Leo Hayter remporte la deuxième étape du Tour de Bretagne entre Corlay et Rosporden

Seconde étape du Tour de Bretagne ce mardi, et quelle étape ! Une deuxième étape remportée par le britannique...

Jugée pour avoir abandonné ses 68 animaux dans une ferme près de Carhaix

L'association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux » a porté plainte contre une femme qui...

Articles liés