Une chrétienne pakistanaise de 14 ans, mariée de force à un musulman, espère un miracle à Pâques

A LA UNE

Isabelle Le Callennec (Hissons haut la Bretagne) : « être la région du plein emploi durable, d’une transition écologique aboutie, d’une cohésion sociale à...

La campagne électorale pour les élections régionales bat son plein. Après avoir interrogé Daniel Cueff (« Bretagne ma vie...

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

ADF International, organisation juridique confessionnelle qui protège les libertés fondamentales, alerte sur le cas d’une chrétienne pakistanaise, mariée de force, qui espère un miracle à Pâques.

 Maira (Nom modifié pour des raisons de sécurité) aime chanter des hymnes lors des célébrations de Pâques dans son église. Cette année, elle est obligée de se cacher plutôt que de participer aux célébrations. Agée de 14 ans, elle a été enlevée, mariée de force à un homme musulman beaucoup plus âgé, et doit maintenant attendre dans la clandestinité après s’être échappée. La « conversion » forcée par le mariage touche chaque année environ 1 000 filles issues de minorités religieuses au Pakistan.

Maira a elle-même fait l’expérience de cette dangereuse réalité. Elle a échappé à son ravisseur, après qu’il l’ait brutalisée, soumise au chantage, épousée et forcée à quitter sa foi chrétienne. Lorsqu’elle a demandé justice, la Haute Cour de Lahore a d’abord ordonné qu’elle soit rendue à son ravisseur. En collaboration avec l’avocate locale Sumera Shafiq, ADF International cherche à faire annuler son certificat de mariage. Elle se cache avec sa famille depuis plusieurs mois, dans l’attente de nouvelles concernant son appel.

«Personne ne devrait être persécuté à cause de sa foi. Nous avons observé une augmentation de violence contre les minorités chrétiennes autour des fêtes telles que Noël et Pâques. Les femmes sont particulièrement vulnérables. À l’heure où la communauté internationale met l’accent sur la violence à l’égard des femmes, il est essentiel de reconnaître que les femmes chrétiennes sont victimes de violations de leurs droits en raison de leur foi, notamment de violences extrêmes, de menaces, d’asservissement, d’enlèvements, de mariages forcés et de viols. Il est impératif que tout soit fait pour protéger les droits des femmes et des filles vulnérables en mettant fin aux persécutions fondées sur la foi », déclare Tehmina Arora, directrice du plaidoyer, Asie, pour ADF International.

La communauté internationale doit protéger les filles comme Maira

Le Pakistan est reconnu comme l’un des endroits où il est le plus dangereux pour une femme d’être chrétienne. La pratique des « conversions » forcées touche de manière disproportionnée les minorités religieuses et s’effectue généralement par le biais d’enlèvements, de violences sexuelles et de chantage. Les autorités locales sont souvent complices dans de tels cas. Malheureusement, les tribunaux ont souvent omis de faire respecter la loi sur la restriction du mariage des enfants, qui fixe l’âge légal du mariage pour les filles à 16 ans.

« La communauté internationale doit agir pour empêcher des violations aussi graves des droits fondamentaux au Pakistan. Le cas de Maira est un exemple bien trop fréquent de ce à quoi les minorités religieuses sont confrontées dans le pays. Cela ne peut plus passer inaperçu. Chacun a le droit de choisir et de vivre librement sa foi sans craindre la violence. Tous les États doivent veiller à ce que leurs lois et leurs politiques soient conformes à leurs engagements de protéger la liberté de religion en vertu du droit international », explique Paul Coleman, directeur exécutif d’ADF international.

Crédit photo : ACN
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Espagne. Près de 6 000 migrants arrivés en moins de 24 heures à Ceuta depuis le Maroc [Vidéo]

Suite à des tensions diplomatiques entre l'Espagne et le Maroc, l'enclave de Ceuta a vu près de 6 000...

Chine. Une réplique grandeur nature du Titanic en cours de construction pour un parc à thème

La Chine construit une réplique grandeur nature du Titanic dans le cadre d'une attraction touristique dans un parc à...

Articles liés

Tyrannie sanitaire. Il chasse la police de son église pendant les Fêtes de Pâques (Canada)

Le pasteur Artur Pawlowski a dit qu'il avait qualifié les forces de l'ordre de "nazis" parce que cela ressemblait au genre de raid armé...

Des oeufs de Pâques. Oui mais pourquoi ?

Pour les chrétiens, Pâques constitue un événement majeur de l'année, symbolique de la vie après la mort. Ce jour-là, ils célèbrent la résurrection du...

Gouel Pask laouen deoc’h ! Joyeuses Pâques !

La rédaction de Breizh-info souhaite de joyeuses fêtes de Pâques à tous ses lecteurs, à leurs familles et à leurs amis.  Crédit photo : La...

Condamné à mort pour conversion au christianisme : le droit d’asile en France refusé à un Iranien et sa femme

Un Iranien converti au christianisme, condamné à mort dans son pays, a demandé l'asile en France avec sa femme et ses enfants. Une demande...