Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Ludwig Brühl (ADF International) « La cancel culture en Occident se manifeste souvent sous la forme d’une censure sévère, mais peut aller jusqu’à une condamnation à mort, dans d’autres parties du monde» [Interview]

Ludwig Brühl est chargé de communication à l’ADF International, une organisation juridique à but non lucratif qui développe des alliances et se concentre sur la liberté d’expression, la vie, la famille et la liberté religieuse. ADF International travaille avec diverses institutions et tribunaux internationaux et est présent à Bruxelles (institutions de l’UE), Strasbourg (CdE et CEDH), New York (siège de l’ONU), Genève (Conseil des droits de l’homme de l’ONU), Vienne (OSCE), Amérique du Sud (Cour interaméricaine des droits de l’homme et Commission des droits de l’homme), ainsi qu’avec des bureaux à Londres et Washington DC.

Notre confrère Alvaro Pena a réalisé un entretien que nous avons traduit et que nous vous proposons ici.

Qu’est-ce que l’ADF International et quels sont ses objectifs ?

Ludwig Brühl : ADF International est une organisation confessionnelle de défense juridique qui protège les libertés fondamentales et promeut la dignité inhérente à toute personne. Notre objectif est d’obtenir des changements significatifs dans la législation et la culture dans le monde entier afin que la liberté religieuse prévale, que chacun puisse s’exprimer librement, que les droits parentaux soient garantis, que la vie soit sauvegardée et que le mariage et la famille soient protégés.

L’un de vos objectifs est la liberté religieuse, mais nous constatons que dans des pays comme le Nigeria, des chrétiens sont tués pour leur foi dans l’indifférence des médias. Comment faire pression sur les instances internationales pour qu’elles agissent ?

Ludwig Brühl : L’indifférence des médias face aux persécutions religieuses est vraiment lamentable. Ce dont nous avons besoin, c’est que les individus, les ONG et les autres organisations, ainsi que les gouvernements eux-mêmes, redoublent d’efforts pour défendre les personnes persécutées dans le monde entier. Grâce à nos activités de plaidoyer auprès des institutions internationales, nous nous engageons aux plus hauts niveaux de la législation et de la gouvernance et espérons ainsi susciter des changements dans le monde entier. Par exemple, grâce à notre statut consultatif auprès des Nations unies, notre équipe de défenseurs au Conseil des droits de l’homme à Genève peut faire entendre sa voix au sein de l’organe intergouvernemental composé de 47 États, responsable de la promotion et de la protection de tous les droits de l’homme dans le monde. Nous contribuons fréquemment au processus d’examen périodique universel, qui oblige les pays à rendre compte de leurs engagements en matière de droits de l’homme.

Nous utilisons ce mécanisme pour attirer l’attention sur les problèmes urgents en matière de liberté religieuse et proposer des solutions fondées sur le droit international. Nous sommes également accrédités auprès de la Commission et du Parlement européens et participons à la plateforme des droits fondamentaux de l’UE afin de soutenir son action en faveur de la liberté religieuse. Il arrive souvent que si les gouvernements s’en préoccupent, les médias s’en préoccupent aussi, et vice versa. De cette façon, ils font pression les uns sur les autres, appelant au changement et l’influençant.

Vous défendez actuellement Yahaya Sharif-Aminu, un musicien condamné à mort dans l’État de Kano (Nigeria) en vertu de la loi sur le blasphème. Yahaya attend un nouveau procès, mais son objectif est de faire déclarer la loi sur le blasphème inconstitutionnelle. Est-ce possible ?

Ludwig Brühl : L’histoire de Yahaya est loin d’être un incident isolé. La criminalisation du blasphème au Nigeria a des conséquences dangereuses pour l’ensemble du pays. Dans un pays de plus de 200 millions d’habitants, presque également partagé entre chrétiens et musulmans, les lois sur le blasphème sont l’un des principaux moteurs des tensions sociales. Ces lois punissent les innocents qui expriment leurs croyances, empêchent les gens de partager leur foi et perpétuent la violence sociale.

L’affaire Yahaya pourrait créer un précédent en ce sens qu’elle pourrait permettre d’annuler les lois sur le blasphème qui menacent les droits de toutes les minorités religieuses au Nigéria, et en particulier des chrétiens. Nous espérons que la Cour suprême déclarera enfin que les lois sur le blasphème sont inconstitutionnelles et constituent une violation directe du droit international en matière de droits de l’homme. 71 des 195 pays du monde ont des lois sur le blasphème. Dans plusieurs de ces pays, les violations de ces lois sont passibles d’une peine de prison, voire de la peine de mort. Le Nigeria a une voix influente dans toute l’Afrique et le monde musulman – c’est l’occasion de montrer la voie vers l’abolition des lois draconiennes sur le blasphème qui engendrent de profondes violations des droits de l’homme dans le monde entier.

L’arrestation d’Isabel Vaughan-Spruce à Birmingham pour avoir prié en silence devant une clinique d’avortement est un cas que l’on ne peut que qualifier d’orwellien. Peu après, le père Sean Gough a été arrêté pour les mêmes raisons. Tous deux ont été acquittés, mais ne sommes-nous pas de plus en plus proches du “crime de la pensée” décrit par Orwell dans son roman “1984” ?

Ludwig Brühl : En effet. Il est extrêmement préoccupant qu’Isabel Vaughan-Spruce et le père Sean Gough aient été arrêtés uniquement pour le contenu de leurs pensées. La prière silencieuse est probablement l’action intérieure la plus privée que l’on puisse manifester. Dans une société libre et équitable, chacun se sent parfois mal à l’aise lorsqu’il est confronté à une pensée ou une idée différente. Une partie du maintien de ce type de société consiste à permettre une véritable diversité d’opinions sur la place publique. Si quelqu’un peut trouver désagréable l’idée d’une prière silencieuse devant un centre d’avortement, cela ne signifie pas qu’il est juste d’arrêter et de restreindre les droits et libertés d’autrui. Gardons à l’esprit qu’un manifestant pour le climat se tenant à côté d’Isabel ou du père Sean n’aurait pas été arrêté.

Isabel a été arrêtée pour la nature de ses pensées. C’est pourquoi les zones de censure (appelées “zones tampons”) sont si dangereuses. Le harcèlement est déjà illégal au Royaume-Uni. Les zones de censure n’interdisent pas le harcèlement. Elles interdisent d’autres formes de comportement qui sont tout à fait légales et protégées par la législation sur les droits de l’homme au titre de la liberté d’expression, de pensée et de réunion, y compris les offres vitales d’aide aux femmes. La loi devrait pouvoir faire la différence entre la prière silencieuse et discrète et les offres d’aide charitables, d’une part, et le harcèlement criminel et l’intimidation, d’autre part. Les zones de censure confondent tout cela, ce qui n’est pas acceptable dans une société libre.

Dans les dictatures, comme en URSS, les crimes politiques étaient définis de manière exagérée et pompeuse. A ce sujet, je voulais vous interroger sur le cas du député mexicain Gabriel Quadri qui a été qualifié de “violeur politique de femmes”.

Ludwig Brühl : Oui, le cas de Gabriel Quadri est extrêmement préoccupant. L’ancien candidat à la présidence et actuel membre du Congrès mexicain a été condamné en tant que “violeur politique de femmes” pour avoir exprimé son inquiétude quant au fait que des hommes qui s’identifient comme des femmes ont pris des places réservées aux femmes au Congrès. Depuis 2019, le Mexique dispose d’une loi exigeant une représentation 50/50 des hommes et des femmes au Congrès. Lors des élections de 2021, deux sièges du Congrès réservés aux femmes ont été attribués à des hommes s’identifiant comme des femmes. M. Quadri a tweeté au sujet des sièges du Congrès, faisant valoir qu’il est injuste que des hommes profitent de la loi pour accéder à des postes politiques réservés aux femmes. Les tweets couvraient largement les questions relatives à l'”idéologie trans”, ne contenaient pas de langage grossier, ne nommaient aucune personne en particulier et ne constituaient en aucun cas une incitation à la violence.

Mais pour avoir défendu les chances des femmes, il pourrait maintenant subir de graves conséquences personnelles et professionnelles.

La plus haute cour électorale du Mexique a jugé que les déclarations faites par Quadri sur Twitter au sujet de la situation étaient discriminatoires et lui a ordonné de supprimer ses tweets, de présenter des excuses publiques obligatoires et d’être enregistré comme contrevenant à la politique de genre – des mesures de censure qui portent clairement atteinte à ses droits civils et politiques en tant que citoyen mexicain et qui violent son droit international à la liberté d’expression. En résumé, Quadri a été condamné en tant qu’auteur de “violence politique fondée sur le genre” sur la seule base de ses tweets non violents. Ayant épuisé toutes les possibilités de justice au Mexique, il porte son affaire devant la Commission interaméricaine des droits de l’homme avec le soutien de l’ADF International. Dans une société libre, il n’y a pas de place pour punir des individus qui partagent leurs opinions pacifiques et honnêtes sur les questions importantes de notre temps.

Ce qui est arrivé à Quadri est devenu monnaie courante au Mexique aujourd’hui. Il s’agit d’une conséquence inévitable des lois problématiques du Mexique, qui créent une culture de la violence et de la discrimination. En poursuivant et en pénalisant Quadri pour avoir soulevé une question d’intérêt public sur Twitter, l’État mexicain met fin à la possibilité d’avoir des conversations critiques sur des questions qui ont un impact profond sur les droits des femmes et sur l’ensemble de la société. Les organismes internationaux ont à plusieurs reprises appelé le Mexique à corriger son approche de la liberté d’expression. (Voir le rapporteur spécial de la CIDH pour la liberté d’expression, la résolution du Parlement européen, le rapporteur spécial des Nations unies sur les défenseurs des droits de l’homme). Mais de telles choses ne se produisent pas seulement au Mexique. Nous constatons une tendance mondiale à réduire au silence certains types de discours qui touchent aux questions fondamentales de l’existence humaine. Prenons l’exemple de la Finlandaise Päivi Räsanen, parlementaire de longue date, qui a été accusée de “discours de haine” pour avoir publié des textes bibliques sur Twitter.

Elle a été jugée par le procureur de l’État pour “agitation ethnique”, une infraction passible d’une peine maximale de deux ans d’emprisonnement, pour avoir remis en question le parrainage officiel de l’événement LGBT “Pride 2019” par sa propre église, en l’accompagnant d’une image d’un texte biblique.

Alors oui, ces types de commentaires et de questions font l’objet d’une réponse disproportionnée de la part des autorités qui cherchent à censurer certains types d’expression.

La censure devient de plus en plus courante et la cancel culture en est le meilleur exemple. Pouvons-nous lutter contre cette cancel culture ?

Il est impératif de se fortifier contre la cancel culture en refusant pacifiquement de se retirer de la conversation. Chacun a le droit de vivre selon ses convictions, ce qui inclut le droit d’exprimer ses croyances. Il est essentiel que chaque personne de conviction s’efforce de protéger et de préserver ce droit contre la menace de la culture de l’annulation, et que nous nous ralliions à ceux qui sont “annulés” pour avoir exprimé pacifiquement leurs opinions. Nous devons également être conscients que la cancel culture en Occident se manifeste souvent sous la forme d’une censure sévère, mais peut aller jusqu’à une condamnation à mort, dans d’autres parties du monde. Nous devons résister avec vigilance à la censure sous toutes ses formes, sachant à quel point la situation peut devenir grave lorsque nous permettons au gouvernement de déterminer ce que nous pouvons et ne pouvons pas dire.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Une réponse à “Ludwig Brühl (ADF International) « La cancel culture en Occident se manifeste souvent sous la forme d’une censure sévère, mais peut aller jusqu’à une condamnation à mort, dans d’autres parties du monde» [Interview]”

  1. Lilien dit :

    Que dire ? Que penser ? Sinon que nous sommes, désormais, dans un monde plus que jamais infesté, et que nous devons d’urgence nous en remettre à Dieu, à sa Résurrection en ce temps de Pâques, l’implorer pour nous-mêmes, implorer la Vierge Marie, certes, mais aussi prier dans l’espoir de sauver tant de personnes qui choisissent si follement, la damnation. Non ?

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Sociétal

L’hôpital psychiatrique du Morbihan se barricade contre les dealers

Découvrir l'article

Histoire, International

Lettonie. A Riga, le musée des occupations ouvre grand les yeux sur les conséquences du communisme et du nazisme

Découvrir l'article

Sociétal

La liberté de la presse en danger ? – Entretien avec Emmanuel Pierrat

Découvrir l'article

International

Royaume-Uni et crime de la pensée. Une britannique arrêtée….pour avoir prié en silence devant une clinique d’avortement

Découvrir l'article

Santé

Martine Wonner, médecin psychiatre et ancienne députée parle des Libertés.

Découvrir l'article

Tribune libre

Bretagne. Un combat pour la liberté, un combat pour la civilisation  ! [L’Agora]

Découvrir l'article

A La Une, International, Sociétal

Hongrie. « Ils finiront là où leurs prédécesseurs ont fini » : Viktor Orbán compare les dirigeants de Bruxelles à l’URSS [Vidéo]

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

Communisme. Goulag – Une histoire soviétique

Découvrir l'article

A La Une, International

Daria Douguine : la guerre en Ukraine, « un choc des civilisations mondialiste et eurasienne » [Interview]

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

Histoire. Le secret des archives de Moscou

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky