Une pétition pour le retour de la langue bretonne à l’Université de Nantes

A LA UNE

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

Le Collectif pour l’enseignement en breton dans les écoles publiques de Loire-Atlantique (CEBEP 44) vient de lancer une pétition pour le retour de l’enseignement du breton à l’université de Nantes.

Voici ce qu’indiquent les instigateurs de la pétition, qui a été signé par 845 personnes pour le moment :

La langue bretonne est enseignée à l’université depuis plus d’un siècle. Ainsi, des cours de breton existent dans plusieurs universités étrangères comme à Harvard (États-Unis), Cambridge (Royaume-Uni), Ottawa et Toronto (Canada), Cologne et Marbourg (Allemagne), Moscou (Russie), en plus des universités de Rennes, Brest, Lorient ou Saint-Brieuc.

Mais à Nantes, rien. Ou plutôt plus rien, depuis une décision de suppression de son enseignement à l’Université de Nantes en 2004. Pourtant, l’enseignement de la langue bretonne dans la Cité des Ducs de Bretagne s’est beaucoup développé depuis 20 ans : à la crèche, en maternelle, en élémentaire, au collège, au lycée, dans le cadre de la formation des adultes, près de 1000 personnes apprennent le breton sur le territoire de Nantes Métropole. Pour sa part, l’enquête sociolinguistique régionale de 2018 a montré que 31% des habitants de Loire-Atlantique souhaitaient savoir le breton. Dans ce même sens, les maires de Nantes en novembre 2020 et de Saint-Herblain en janvier 2021 ont écrit à la présidence de l’Université pour que cette anomalie incompréhensible cesse. L’impossibilité d’apprendre le breton à Nantes constitue un manque grave aux missions de l’université d’approfondissement et de diffusion des connaissances. De plus, l’absence de cursus Licence-Master-Doctorat est préjudiciable aux étudiants nantais qui sont obligés de changer d’académie pour pouvoir être formés, engendrant pour eux et leurs familles des coûts supplémentaires. Enfin, l’absence de cursus à l’université de Nantes signifie que les étudiants se préparant aux concours de l’enseignement ne disposent d’aucune formation puisqu’à la suite de l’université, l’Institut National Supérieur du Professorat et de l’Éducation (INSPE) de Nantes, qui prépare les étudiants aux concours de l’enseignement, ne se préoccupe en aucune manière d’enseignement bilingue alors même que, tous les ans, des postes bilingues sont proposés à ce même concours dans l’académie de Nantes.

Pour mettre fin à cette situation discriminatoire qui n’est plus acceptable, rejoignez-nous et signez cette pétition à l’attention de la Présidente de l’université de Nantes pour que cet établissement de l’enseignement supérieur assume pleinement ses responsabilités et ouvre de nouveau un cursus de langue bretonne au sein de ses Unités de formation et de recherche ouvertes à tous les étudiants, d’une part, et au sein de l’INSPE, pour la formation des futurs enseignants bilingues breton, d’autre part, dès septembre 2021.

Des élus du 44 mais aussi de Bretagne ont signé cette pétition :

Chrystelle Ardouin, conseillère municipale de la Chapelle-Launay

Eric Bainvel, conseiller municipal de Saint-Herblain

Anthony Berthelot, maire d’Indre, conseiller de Nantes Métropole

Myriam Bigeard, conseillère départementale de Loire-Atlantique

Aurélien Boulé, conseiller municipal de Nantes, conseiller de Nantes Métropole

Erwan Bouvais, conseiller municipal de la Chapelle-sur-Erdre, conseiller de Nantes Métropole, conseiller départemental de Loire-Atlantique

Gaël Briand, conseiller municipal de Lorient

Michel Canévet, sénateur du Finistère

Ghislaine Chanteau, conseillère municipale de Lavau-sur-Loire

Jean Michel Chevalier, maire de Saint-Julien-de-Vouvantes

Valérie Coussinet, conseillère municipale de Nantes

Ronan Dantec, sénateur de Loire-Atlantique

Olivier Demarty, maire de Crossac

Christophe Dougé, conseiller régional des Pays de la Loire, maire de Montrevault-sur-Evre

Morvan Dupont, conseiller municipal d’Orvault

Jacky Flippot, conseiller municipal de Blain

Myriam Gandolphe, adjointe au maire de Saint-Herblain

Guillaume Garot, député de Mayenne

Caroline Glon, conseillère municipale de La Baule

Aziliz Gouez, conseillère municipale de Nantes, vice-présidente de Nantes Métropole

Jean-Sébastien Guitton, maire d’Orvault, vice-président de Nantes Métropole

Freddy Hervochon, vice-président du conseil départemental de Loire-Atlantique, adjoint au maire de Bouaye

Tanguy Kermorgant, conseiller municipal des Sorinières

Joël Labbé, sénateur du Morbihan

Michel Laur, conseiller municipal de Thouaré-sur-Loire

Isabelle Le Bal, conseillère régionale de Bretagne

Florian Le Teuff, adjoint à la mairie de Nantes, conseiller de Nantes Métropole

Jean-Claude Lemasson, maire de Saint-Aignan-de Grand-Lieu, vice-président de Nantes Métropole

Léna Louarn, vice-présidente du conseil régional de Bretagne

Marie-Madeleine Lucas, conseillère municipale de Pontivy

Pierre Emmanuel Marais, adjoint à la maire Nantes

Michel Ménard, conseiller départemental de Loire-Atlantique

Paul Molac, député du Morbihan

Jean-Marie Morel, adjoint au maire de la Haye-Fouassière

Franck Nicolon, conseiller régional des Pays de la Loire

Christine Noblet, conseillère municipale de Saint-Herblain

Matthieu Orphelin, député du Maine-et-Loire

Nicolas Oudaert, maire du Gâvre

Primaël Petit, conseiller municipal de Saint-Herblain, conseiller de Nantes Métropole

Pascal Pras, maire de Saint-Jean-de-Boiseau, vice-président de Nantes Métropole

André Salaün, conseiller municipal de Saint-Sébastien-sur-Loire, conseiller de Nantes Métropole

Jean-François Tallio, conseiller municipal de Saint-Herblain

Malika Tararbit, vice-présidente du conseil départemental de Loire-Atlantique

Hélène Thomy, adjointe au maire de Saint-Sébastien-sur-Loire

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Florian Philippot réagit à la manif anti-Pass Sanitaire sur BFMTV

Florian Philippot réagit à la manif anti-Pass Sanitaire sur BFMTV https://www.youtube.com/watch?v=NXtvjpY8aOg Photo d’illustration : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et...

Rennes. Wilhem Houssin, un père de famille tabassé à mort par une « une bande de jeunes »

Wilhem Houssin était un père de famille de 49 ans. Il a été tué lors d'une agression gratuite par une...

Articles liés

Université de Nantes : une formation en archéologie contemporaine

Il y a 77 ans, les Alliés débarquaient en Normandie. De moins en moins d'anciens combattants sont là pour relater ce qu'ils ont vécu...

Entretien avec Marc Le Bourhis à propos de l’incendie de la cathédrale de Nantes

Le 18 juillet 2020, la cathédrale de Nantes était en proie à un incendie. Les flammes ont notamment détruit le grand orgue dont la...

FC Nantes – FC Lorient : le résumé de la rencontre (0-1)

Ce mercredi, le FC Nantes affrontait le FC Lorient, au Stade Moreau-Defarges de La Baule pour le cinquième match amical des hommes d'Antoine Kombouaré....

Langues régionales. Une plainte déposée à l’ONU contre les discriminations de l’État français

L'ONU peut-elle sauver les langues régionales de France ? Le Réseau européen pour l’égalité linguistique compte en tous cas sur l'aide de l'organisation :...