L’État, ennemi numéro 1 de l’épargnant. Comment livrer bataille intelligemment ?

A LA UNE

Voyages : 3 Français sur 4 prêts à prendre une assurance annulation depuis la crise sanitaire

Compte tenu de l’instabilité et des incertitudes entrainées par la pandémie de Covid-19, voyager n’est plus aussi simple qu’avant,...

Baromètre 2020 du prénom musulman : 21,7% des naissances en France, entre 5 et 12% en Bretagne

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

Nantes. La manifestation contre le pass sanitaire attaquée par l’extrême gauche [Témoignage exclusif]

À la fin de la manifestation contre le pass sanitaire samedi 31 juillet à Nantes, un groupe d'individus affiliés...

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Avec un surcroît d’épargne de près de 200 milliards d’euros des ménages français, l’État, non sans raison, cherche à faire recalculer ces sommes colossales dans l’économie réelle. Certains veulent taxer, d’autres inciter à dépenser, d’autres réfléchir encore à des stratégies plus opaques mais non moins efficaces. Ce phénomène de taxation de l’épargne n’est pas nouveau. Là où individuellement nous concevons l’épargne comme un moyen de se sécuriser pour l’avenir – comme si nous pouvions prévoir de quoi il sera fait – à l’échelle d’un pays l’épargne représente surtout un blocage de la circulation du capital.

Des investissements ne peuvent être réalisés faute de cette trésorerie bloquée. Alors, quoi de plus naturel pour un État que de chercher à rectifier le tir ?

Charles Gave évoque avec intelligence et érudition la relation que l’État entretien avec l’épargne. On y comprend notamment pourquoi ce phénomène n’est pas récurrent et pourquoi il est de l’intérêt de tous de chercher à protéger son épargne de l’État dans lequel on vit.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Occupation d’Arbonne : les agriculteurs basques s’invitent chez la propriétaire parisienne

Les terrains d'Arbonne au Pays Basque Nord cristallisent la contestation autour de la hausse du foncier et de l'immobilier...

Ober anaoudegezh gant Bro ar Gwin e Liger-Atlantel

E-pad ar vakañsoù e-lec'h mont da vro-Euskadi evel boaz e c'hell ar vretoned kar o bro ober anaoudegezh gant...

Articles liés

La planète financière se noie dans la fausse monnaie – Politique & Eco 305 avec Pierre Jovanovic

Ultimes conséquences de la planche à billet, les banques en situation précaire, l’or acheté en masse par les états et voilà l’inflation qui pointe....

Nos économies sur la voie d’une «soviétisation» ?

Cette semaine dans C’est Cash, Estelle Farge et Olivier Delamarche s’intéressent à la «soviétisation de l’économie». Face aux mesures prises par les Etats occidentaux...

Économie. Livrets réglementés : le niveau d’épargne des Français atteint des records

Les Français ont massivement épargné au mois de mai 2021. À tel point que les livrets réglementés, avec une nouvelle fois une collecte positive,...

Sciences économiques ou économie politique ? Politique d’abord !

Ci-dessous le texte d'introduction du colloque de l'Institut Iliade qui s'est tenu la semaine dernière à Paris, introduction signée Jean-Yves Le Gallou. Le terme économie politique apparaît...