Où trouver de bonnes dragées à Nantes ?

A LA UNE

Les origines de la dragée sont anciennes et même intemporelles. En grec ancien, τράγημα  (tragema) signifie « friandise » et désignait un mets servi en guise de dessert, en fin de repas. A Rome, Julius Dragatus, confiseur de la famille des Fabius, aurait inventée la dragée par accident, en laissant tomber une amande dans une jarre de miel.

Bien plus tard, la dragée reparaît au XIIIe siècle en France, vers 1220 à Verdun, où un apothicaire constate qu’enrober des amandes dans du sucre et du miel durci à la cuisson favorise leur conservation. La dragée devient rapidement un symbole de la ville, et le sucre de canne rapporté par les croisées est rapidement préféré au miel en raison de l’aspect lisse qu’il donne à la dragée.

Bonne pour rafraîchir l’haleine et améliorer la digestion, la dragée se répand aussi pour favoriser la fertilité, et se retrouve aux repas de famille et aux communions. Henri III en reçoit lors de son sacre en 1574, puis Henri IV lorsqu’il passe à Verdun en 1603. En même temps, elle se diffuse en Hollande, dans l’Empire Ottoman et en Russie. La famille de Médicis l’introduit dans les grandes cours d’Europe.

La recette est modernisée en 1750 par le dragiste parisien Pecquet qui invente une dragée lisse en faisant cuire du sirop de sucre autour d’amandes dans une bassine qu’il fait tourner un jour durant – Paris détrône Verdun et devient la capitale des dragées. En 1840 Moulefarine modernise le processus, puis à la fin du XIXe les dragistes Peysson, Jacquin et Delaborde inventent la turbine à dragées.

L’expression « tenir la dragée haute », en vogue depuis le XVIIIe, témoigne de la diffusion des dragées dans la société française – elle tient son origine d’un jeu pour enfants où ceux-ci devaient attraper une dragée suspendue sur un fil. Celui qui le tenait et l’agitait avait le contrôle sur ses petits camarades.

On peut à nouveau trouver des dragées Pécou à Nantes

Après la cessation d’activité de la maison des Baptêmes rue Guépin, il n’était plus possible de trouver des dragées de qualité à Nantes. Situé dans la même rue (Guépin) le comptoir NanThé du Café propose depuis le 26 mars dernier des Dragées Pécou, que l’on trouvait à la Maison des Baptêmes.

La maison Pécou, située à Montauban, emploie 60 personnes et est spécialisée dans la dragée – 30% de la production française. Elle a été fondée en 1880 et reste un spécialiste incontesté de la dragée de baptême. Le comptoir NanThé du Café propose des dragées de 9 à 15€ le paquet, ainsi que d’autres références de la Maison Pécou, notamment des œufs en chocolat ou des œufs de goéland.

Le comptoir Nanthé du Café propose aussi une gamme importante de thés, cafés ainsi que les accessoires (cafetières, machines etc.) et torréfie sur place.

Comptoir Nanthé du Café, 6 rue Guépin 44000 Nantes, du mardi au samedi 10h30-14h, 15-19h. 09-83.00.32.72

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Le migrant clandestin étant rentré sur la pelouse lors d’OM-PSG…laissé libre

Dimanche soir avait lieu le match entre l'Olympique de Marseille et le PSG, pour le compte du championnat de...

Rennes Métropole. Ces 33 maires de gauche qui veulent toujours plus de migrants en Bretagne et en France

Alors que les sondages, comme les intentions de vote, témoignent chaque jour d'un souhait majoritaire des Français d'en finir...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés