Emmanuel Macron giflé lors de son déplacement dans la Drôme

A LA UNE

Emmanuel Macron a été giflé ce mardi 8 juin lors de son déplacement dans la Drôme, comme on peut le voir dans cette vidéo. Alors qu’il s’approchait d’une foule massée derrière des barrières de sécurité pour les saluer, un homme lui a asséné une gifle en prononçant « à bas la Macronie ! », à l’exception de ce qui semble finir par « A bas la Macronie ! ». Il a été maîtrisé dans la foulée, non sans un léger temps de retard.

Deux personnes ont été interpellées. Les services dé sécurité ont plaqué l’auteur du coup au sol. L’homme, âgé de 28 ans, a été placé en garde à vue avec celui qui l’accompagnait pour violences sur personne dépositaire de l’autorité publique.

Damien T., auteur présumé de l’agression du président de la République, et Arthur C. ont été interpellés par les gendarmes du Peloton de Surveillance et d’Intervention de la Gendarmerie (PSIG) de Valence.

Ils sont présentés, de source informée, comme des «gilets jaunes». On les soupçonne d’avoir participé à un rassemblement non déclaré qui a eu lieu plus tôt. Une manifestation de 25 personnes à Valence vers midi qui réunissaient des agriculteurs, des Gilets jaunes et des militants d’ultra-gauche. Ces manifestants ont été repoussés et sont partis vers Tain-l’Hermitage, là ou a eu lieu l’agression. Toutes les personnes présentes dans le périmètre du président de la République au moment de la gifle avaient été fouillées avant d’avoir accès la zone selon Le Figaro.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Météo. Attention gros coup de vent en Bretagne dès mercredi

L'automne s'installe. Les Miz Du arrivent. Et au préalable, les coups de tabac sur la Bretagne aussi. Une grosse...

Langue bretonne. Le réseau Diwan mobilisé de Quimper à Nantes pour le versement du forfait scolaire

Le réseau Diwan avait appelé à la mobilisation le weekend dernier afin de garantir le versement du forfait scolaire...

8 Commentaires

  1. On n’a jamais été aussi libre, dans cette partie Ouest de l’espace commercial Schengen, mais pas autant que le 21 janvier 1793, place de la Concorde à Paris, vers 10 heures du matin, date à laquelle le Président de l’époque avait lui aussi reçu un coup à la tête, un peu vif, et qui lui a fait très mal.

  2. « Toutes les personnes présentes dans le périmètre du président de la République au moment de la gifle avaient été fouillées avant d’avoir accès la zone »

    Malheureusement, on ne leur a pas coupé les mains et voilà ce qui arrive quand on est des amateurs.

    Elle est où, maman?

    Elle est où?

  3. Le Figaro titre : « Gifle : Emmanuel Macron dénonce des faits «isolés» d’«individus ultraviolents» ».

    Écoutez Brigitte (vous permettez que je vous appelle Brigitte?), votre enfant là, y faut lui dire des trucs et des machins.

    Et puis il faut l’occuper avec, par exemple, des trains électrique, des legos, Y a aussi de très bon films pour la jeunesse sur youtube qu’il est tout à fait capable de comprendre, même à son age.

    Et puis je crois qu’il ne faut pas le laisser seul, c’est pas bon. on sent que c’est un enfant qui est très seul.

    Et puis surtout , il faut le préparer à l’age adulte, parce qu’il ne restera pas toujours petit, il va grandir et il devra affronter la réalité, trouver un boulot sérieux, fonder une famille et avoir des enfants.

  4. Chaque fois que j’ai vu cette vidéo sur différent site, j’ai ri 🎃.
    Les commentaires remettant les sondages propagande à l’heure.
    Ce monsieur est une jouvence.

    Vous êtes très drôle Droal.🌿

  5. Toute la classe politique installée grassement dans ses prébendes, de la France insoumise au Rassemblement national s’est offusquée d’un tel geste. Pensez donc, un soufflet asséné au représentant du CAC 40, des oligarchies financières et des décideurs mondialistes d’outre-Atlantique.
    Mais pour les Gilets Jaunes matraqués à outrance, les Identitaires dissous pour avoir brandi des banderoles, les écrivains et blogueurs nationalistes condamnés à la prison ferme et à l’expatriation comme pour tout autochtone écœuré de voir notre pays humilié et livré à une double occupation par les soins des gens de son espèce, il en va tout autrement. Ce camouflet, il l’a bien cherché et mérité…. Et dans notre temps de désolation, c’est un petit réconfort de revoir en boucle cette scène d’anthologie….,on ne s’en lasse pas !

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés