Chronique littéraire. « Le cas Van Noorden » de Raphaël Passerin

A LA UNE

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Rennes : quand une association subventionnée pratique des réunions « non-mixtes »

Tous les rennais connaissent le CRIDEV, anciennement « Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Solidarité entre les...

Dinard. A la rencontre de Céline Tacher, bretonne élue au comité central du Rassemblement national (RN)

Céline Tacher a 22 ans. Originaire de Dinard en Bretagne elle habite maintenant Paris pour les études et le...

Vannes, Lanester. Retour en vidéo sur les manifestations contre le Pass sanitaire

Des milliers de personnes ont défilé samedi 17 juillet dans les principales grandes villes bretonnes comme dans toute la...

Covid-19. « La contamination et la mortalité sont, à l’été 2021 et après 3,6 milliards de doses de vaccins injectées, beaucoup plus élevées qu’à...

Ci-dessous le point mensuel de D. Delawarde au sujet de la progression du Covid19 dans le monde. La contamination et...

Voilà un thriller policier jubilatoire. Il s’agit du second livre de Raphaël Passerin après « Prince de Galles ». Au retour de vacances, un voisin sent une odeur pestilentielle provenant de l’appartement du dessus. Les pompiers enfoncent la porte et trouvent 4 cadavres dont un seul est intact, les autres ayant été ouverts comme des bêtes. Parmi eux se trouve le propriétaire de l’appartement Audric Hebert un professeur de lycée, le seul que la police a identifié.

Le roman revient sur ce qui s’est passé les jours qui précèdent. 4 Amis de longue date avaient prévu de se revoir dans l’appartement d’Audric : Victor Venin un écrivain venu avec une conquête récente Léa journaliste au Monde, Carl Van Noorden qui a passé les 7 dernières années au Canada et est de retour pour deux jours afin de participer à un colloque portant sur sa thèse, Tony Casal un syndicaliste de l’éducation nationale. Celui-ci aurait dû être accompagné par sa femme Julie, mais celle-ci vient de le quitter une nouvelle fois.

Tony a beaucoup bu pour oublier ses déboires sentimentaux et il continue à le faire, arrivé chez son ami. Audric prévient que Carl passera plus tard et les autres sont dépités, surtout Tony qui, il y a 7 ans, a prêté des fonds à Van Noorden. À discuter avec ses invités, Audric oublie sur le feu le lapin qu’il avait l’intention de servir, de ce fait, il n’y a rien à manger. Pas grave, on commandera des sushis.

Léa en allant aux toilettes se trompe de porte et découvre le cadavre de Carl dans une des chambres. En réalité, il était arrivé à l’avance et avait prévu de préparer son intervention du lendemain avant de surprendre ses amis. Au vu du corps, Audric s’affole, il a peur qu’on l’accuse de meurtre puisqu’il est resté seul avec la victime. Armé d’un revolver et d’un sabre, il prend ses convives en otages et veut éclaircir les circonstances du drame avant d’appeler la police. Arrive sur ses entrefaites Sadegh Hossein Yavari, jeune iranien lecteur de romans policiers, étudiant en droit qui a raté deux fois l’examen du barreau et accessoirement livreur de sushis. Après avoir nié avoir passé commande, Audric engage contre 1000 € Sadegh pour résoudre le crime. Celui-ci accepte cette proposition originale et se prend au jeu. Il interroge les protagonistes et cherche d’éventuels mobiles. Tony en a un, car outre l’argent prêté, sa femme Julie était la maîtresse de Carl. Victor Venin lui est un écrivain pervers, dont les livres parlent de ses expériences et de son vécu. A-t-il tué pour obtenir la matière d’un nouveau roman ? Léa s’enferme aux toilettes avec le second roman  de Venin sur une prostituée du bois de Vincennes. Elle finit par déchirer l’exemplaire qu’elle a entre les mains tellement il est malsain. Au fil de l’enquête de Sadegh, apparaît une affaire qui s’est déroulée 7 ans auparavant. Ayant choisi de composer une thèse sur un obscur livre de Flaubert « le voyage en Égypte », Carl a préféré acheter le travail d’un devancier égyptien qui avait écrit sur le même thème 40 ans avant lui. Pour ce faire, il a détourné des fonds avec la complicité d’Audric. Percé à jour, Carl a dû rembourser (en empruntant à Tony) et s’est exilé au Canada où il s’est refait une virginité au point d’être invité à parler de sa thèse. Complice du détournement Audric a été, lui aussi, chassé de l’université et a dû se rabattre sur l’enseignement secondaire.

Sadegh va élargir son enquête et continuer ses investigations dans tout Paris pour résoudre cette énigme surtout qu’en revenant à l’appartement, il trouve les 3 amis morts. L’énigme est donc totale, mais on peut faire confiance à l’opiniâtreté de Sadegh pour découvrir la vérité.

Le style de Raphaël Passerin est agréable, le roman est bien écrit, on sent un véritable écrivain et on ne peut que vous recommander cette lecture, vous passerez un excellent moment.

Christian de Moliner

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Pourquoi la gestion de la crise COVID est un scandale [ L’Agora]

Au début de la crise COVID, en janvier 2020, les services de l’État ont assuré aux Français qu’ils étaient...

Une directrice d’école de Leeds, au Royaume-Uni « Les blancs font partie des groupes ethniques minoritaires… c’est merveilleux »

« Nos religions sont peut-être différentes, mais les messages de bonté, de rassemblement et de charité sont tous les...

Articles liés

Michel Geoffroy : « Nos concitoyens ont parfaitement conscience que l’assimilation ne fonctionne plus et que l’immigration tourne à la catastrophe » [Interview]

Michel Geoffroy, que les lecteurs de Breizh-info.com connaissent bien, vient de publier un ouvrage important intitulé Immigration de masse, l'assimilation impossible, aux éditions La...

Combien de temps les Français consacrent-ils à la lecture chaque semaine ?

Pour beaucoup, la lecture a été un refuge cette année, et près de 23% des Français s’y sont mis. Suite aux confinements successifs et...

Jean-François Chemain : « La République française se vit depuis le début, comme une religion » [Interview]

Jean-François Chemain vient de publier Non, la France ce n'est pas seulement la République (éditions Artège). Ce dernier, âgé de 60 ans, a mené une...

Les loups-garous d’Argentine, Biotope, Week-ends à l’Ouest, Histoire secrète de la droite française, Chroniques d’un peuple oublié : la sélection littéraire hebdo

Les loups-garous d'Argentine, Biotope, Week-ends à l'Ouest, Histoire secrète de la droite française, Les fossoyeurs de la République : voici la sélection littéraire hebdo Les...