Suède. Une analyse de l’explosion des viols commis par les immigrés

A LA UNE

Elle s’appelle Ayaan Hirsi Ali. Elle est chroniqueuse de UnHerd magazine numérique d’idées, de culture et d’opinions. Elle est également chargée de recherche à la Hoover Institution de l’université de Stanford, fondatrice de la Fondation AHA et animatrice du podcast Ayaan Hirsi Ali. Son nouveau livre s’intitule Prey : Immigration, Islam, and the Erosion of Women’s Rights.

Elle vient de publier une analyse de l’explosion des viols commis par les migrants en prenant l’exemple de la Suède. Nous avons traduit cette analyse pour vous, ci-dessous. Pour le débat.

La crise migratoire européenne de 2015 a-t-elle été suivie d’une recrudescence des crimes sexuels et du harcèlement sexuel ? C’est une question délicate ; une question que beaucoup de gens préféreraient ne pas se voir poser, et encore moins y répondre.

Mais du fait de cette réticence collective, la discussion autour de cette question a souvent été isolée à deux extrêmes. D’une part, la discussion a été dominée par la droite populiste. En réponse aux agressions sexuelles de Cologne lors de la nuit de la Saint-Sylvestre 2015-16, par exemple, les partisans allemands d’Alternative für Deutschland ont provoqué des émeutes et ont appelé à des expulsions massives. Pendant ce temps, à l’autre extrémité du spectre, la réponse de nombreux libéraux et progressistes européens a été celle des trois singes savants : « Ne pas voir le mal, ne pas entendre le mal, ne pas dire le mal ».

Mais pourquoi ce débat devrait-il se limiter à ces deux extrêmes ? Une bonne analyse sociologique exige certainement que des recherches empiriques rigoureuses puissent être menées sur des phénomènes complexes, en particulier lorsqu’ils sont controversés et politiquement sensibles. Après tout, ce n’est qu’à cette condition qu’ils peuvent être mieux compris et que les mesures de politique publique peuvent être formulées et ciblées de manière appropriée.

Lors de mes recherches pour mon nouveau livre Prey, j’ai été constamment frustrée par le manque de données fiables sur presque tous les aspects de la relation problématique entre migration de masse et violence sexuelle. Les statistiques étaient soit un enchevêtrement de définitions changeantes de l' »agression sexuelle », soit – dans le cas d’un certain nombre de pays, dont la Suède – elles n’étaient pas disponibles du tout.

Cette situation a changé grâce au travail des spécialistes en sciences sociales Ardavan Khoshnood, Henrik Ohlsson, Jan Sundquist et Kristina Sundquist. Dans un récent numéro de la revue Forensic Sciences Research, ils ont publié un article intitulé « Swedish rape offenders« , dans lequel ils analysent les caractéristiques des individus âgés de 15 à 60 ans qui ont été condamnés pour « viol+ » contre des femmes en Suède entre 2000 et 2015. Le terme « viol+ » désigne ici à la fois les actes de viol et les tentatives de viol, y compris les cas aggravés.

Les chercheurs ont constaté qu’au cours de cette période, un total de 3 039 délinquants ont été condamnés pour viol+ contre une femme en Suède – dont la quasi-totalité (99,7 %) étaient des hommes. Selon les chercheurs, les délinquants nés en Suède et dont les parents sont nés en Suède représentaient 40,8 % des délinquants. Mais, fait frappant, près de la moitié des délinquants étaient nés hors de Suède (47,7 %). Parmi ces délinquants nés à l’étranger, 34,5 % étaient originaires du Moyen-Orient ou d’Afrique du Nord, et 19,1 % du reste de l’Afrique. Par conséquent, en pourcentage de tous les auteurs condamnés, 16,4 % étaient des personnes nées à l’étranger originaires du Moyen-Orient/Afrique du Nord et 9,1 % étaient des personnes nées à l’étranger originaires d’Afrique (hors Afrique du Nord).

Dans quelle mesure s’agit-il d’une surreprésentation ? Sur la base des registres de population tenus par l’agence officielle Statistics Sweden (SCB), environ 20 % (19,7 %) de la population suédoise sont des personnes nées à l’étranger. Parmi les personnes condamnées pour viol et viols perpétrés, les personnes nées à l’étranger représentent 47,7% des condamnés – elles sont donc surreprésentées par un facteur de 2,4.

En outre, si l’on rassemble diverses statistiques, on constate que 565 902 personnes nées à l’étranger et vivant en Suède sont nées en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, ce qui représente 4,9 % de la population suédoise. Pourtant, 16,4 % des personnes condamnées pour viol ou tentative de viol sont des personnes nées à l’étranger et originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, soit une surreprésentation d’un facteur 3,3. Et ce chiffre s’élève à 4,7 si l’on considère l’ensemble des citoyens africains nés à l’étranger (hors Afrique du Nord).

De telles statistiques doivent, bien entendu, être manipulées avec précaution. Il existe en effet plusieurs risques à prendre en compte lorsqu’il s’agit d’un sujet aussi sensible et politique. Le premier, et peut-être le plus évident, est de condamner des groupes entiers, des catégories entières de personnes jugées « coupables » sur la base du comportement criminel de quelques-uns. Je pense que c’est une erreur, tant sur le plan éthique qu’analytique, notamment parce que l’écrasante majorité des hommes nés à l’étranger et vivant en Suède ne sont pas coupables de crimes. Il va sans dire que le groupe dans son ensemble ne peut être condamné pour les actions d’un très petit pourcentage.

Le deuxième risque, cependant, est d’adopter une approche totalement opposée ; de rejeter le lien entre migration et violence sexuelle par une relativisation excessive. En Allemagne, par exemple, un rapport officiel a mis en garde contre le fait que, puisque tous les suspects criminels ne sont pas identifiés, les comparaisons entre groupes de population ne sont pas possibles. Le rapport note ensuite que les non-allemands vivant en Allemagne sont plus souvent des hommes, plus pauvres, moins éduqués et plus susceptibles de vivre dans des zones urbaines. Toutes ces caractéristiques, mettent en garde les auteurs du rapport, sont associées ou corrélées au comportement criminel en général, ce qui rend impossible – selon ces criminologues – d’établir des comparaisons significatives sur la prévalence plus élevée des non-Allemands dans les affaires criminelles.

Mais une telle approche n’est pas seulement naïve ; elle ignore également l’existence d’une tendance plus large. Les auteurs suédois eux-mêmes déclarent que leurs conclusions « sont conformes aux études suédoises précédentes… [et] sont également conformes aux études internationales menées, entre autres, en Suisse, ainsi que dans les pays voisins de la Suède, à savoir la Norvège, la Finlande et le Danemark ».

La surreprésentation documentée dans tous les pays, et sur une longue période, offre donc de réels motifs de préoccupation. Discuter de cette question ne consiste pas à opposer les « étrangers » aux « autochtones », ni à attribuer une culpabilité collective. Il s’agit d’explorer, aussi soigneusement que possible, la nature de la violence sexuelle qui a lieu aujourd’hui afin de défendre les droits fondamentaux de toutes les femmes en Europe. Nous devons prendre au sérieux la possibilité que certaines normes divergentes fondées sur des hypothèses erronées concernant la sexualité des femmes, qu’elles soient d’origine culturelle ou religieuse, jouent un rôle dans ces crimes. Une surreprésentation de cette ampleur ne peut être simplement attribuée à un désavantage socio-économique, à l’aliénation ou à l’agressivité des jeunes.

Mais il faut également mentionner un troisième risque lié à l’analyse des agressions sexuelles : la difficulté de les examiner d’un point de vue criminologique. Certains mettront en garde contre le fait que les chiffres de l’étude suédoise ne concernent que les individus qui ont été condamnés – et ignorent donc les nombreux cas de viols qui ne sont pas signalés à la police au départ, ou ceux pour lesquels les preuves sont insuffisantes pour établir, devant un tribunal, la culpabilité d’un suspect.

Se pourrait-il que les personnes nées à l’étranger en Suède fassent l’objet de poursuites pour viol et tentative de viol de la part des autorités ? Ou se pourrait-il que les victimes de viols et de tentatives de viols en Suède signalent de manière disproportionnée les crimes dont les auteurs sont nés à l’étranger ? Jusqu’à présent, personne n’a pas tranché, mais je n’ai trouvé aucune preuve convaincante pour étayer l’une ou l’autre de ces hypothèses.

Quelle que soit la vérité, une chose que nous savons, c’est que les statistiques européennes sur les caractéristiques des délinquants sexuels constituent actuellement un ensemble complexe et disparate de données ; elles sont souvent difficiles à trouver, parfois entourées de secret. Les données sur les agresseurs sont particulièrement rares. Et cela peut être dangereux. Car lorsque l’information est inaccessible ou obscure, les théories les plus farfelues peuvent fleurir dans les coins les plus sombres de l’internet, où les contraintes déontologiques sont inexistantes.

Les auteurs de cette étude suédoise ont donc rendu un précieux service en faisant la lumière sur un sujet atrocement douloureux. Nous ne pouvons qu’espérer qu’elle serve de modèle aux chercheurs d’autres pays européens, afin que des mesures plus efficaces puissent être élaborées pour sauvegarder les droits de toutes les femmes, qu’elles soient nées à l’étranger ou dans le pays. « Ne pas voir le mal, ne pas entendre le mal, ne pas parler du mal » n’est pas une réponse politique légitime à une vague de criminalité qui a ruiné ou entaché la vie de dizaines de milliers de personnes.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

DUELS. Nikita Khrouchtchev vs Mao Zedong

Dans cet épisode de DUELS historiques, l'Echiquier mondial se penche sur deux figures emblématiques du communisme. Leur antagonisme idéologique...

Covid-19, l’épidémie qui nous mène au totalitarisme

En été 2020, ce sera derrière nous", qu'ils disaient... Un an et demi plus tard, la dictature sanitaire est installée...

Articles liés