Cinéma. The Father : Un chef d’oeuvre !

A LA UNE

Voyages : 3 Français sur 4 prêts à prendre une assurance annulation depuis la crise sanitaire

Compte tenu de l’instabilité et des incertitudes entrainées par la pandémie de Covid-19, voyager n’est plus aussi simple qu’avant,...

Baromètre 2020 du prénom musulman : 21,7% des naissances en France, entre 5 et 12% en Bretagne

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

Nantes. La manifestation contre le pass sanitaire attaquée par l’extrême gauche [Témoignage exclusif]

À la fin de la manifestation contre le pass sanitaire samedi 31 juillet à Nantes, un groupe d'individus affiliés...

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

On en attendait pas moins d’Anthony Hopkins. Avec The Father, de Florian Zeller (qui ne s’était pas distingué jusqu’ici par des films passionnants), on découvre un petit chef d’oeuvre du cinéma.

L’histoire de ce film est un drame qui raconte la trajectoire intérieure d’un homme de 81 ans, Anthony, manifestement malade d’Alzheimer, dont la réalité se brise peu à peu sous nos yeux. Mais c’est aussi l’histoire d’Anne, sa fille, qui tente de l’accompagner dans un labyrinthe de questions sans réponses.

Le film est parfois déroutant, parce qu’il semble avoir été tourné avec les yeux justement d’un malade d’Alzheimer. Le spectateur perd de temps à autre le fil de l’histoire, et tente de reconstituer ce puzzle, dramatique, qui n’est autre que le cerveau, en perdition, d’un homme malade, vieillissant, sur le déclin. Ce film donne cette sensation étrange que pour autres, tout est absolument logique et cohérent alors que ça ne l’est pas du tout pour nous, malades.

Anthony Hopkins incarne d’ailleurs à merveille ce nous. On est dans du cinéma, dans de l’interprétation haut de gamme, dans ce qui constitue quasiment un huis clos durant 1h40. Olivia Colman, révélée grâce notamment à l’excellente série Broadchurch, dans le rôle d’une fille qui se bat pour son père, malgré les difficultés propres à cette évolution dégénérative y compris destructive pour sa vie quotidienne, sa vie de couple, excelle également.

Le film témoigne de la difficulté, pour ceux qui disposent encore de longues années devant eux et de toutes leurs facultés mentales et intellectuelles, à gérer ceux qui, parmi les personnes les plus importantes de notre vie (ici un père) , quittent petit à petit ce monde, malades.

Il témoigne aussi de la difficulté, pour un homme, de se voir vieillir, malade, sur le déclin. De perdre petit à petit ses facultés, de se sentir mourir finalement. La scène finale est d’ailleurs particulièrement poignante, émouvante, dramatique, lorsque, pour la première fois du film, le père semble se rendre compte de sa perdition et de ses conséquences, et qu’il affronte alors ses propres peurs, ses propres démons, et qu’il en appelle …soudainement…à sa propre mère. Terrible.

The Father est un grand film, un chef d’oeuvre du cinéma. Parce qu’avec un sujet finalement banal (une maladie dégénérative), les réalisateurs parviennent à prendre aux tripes le spectateur. A lui faire comprendre ce qu’il peut réellement se passer dans la tête, à la fois d’un homme atteint de ce type de maladie, mais aussi d’une famille qui ne peut qu’affronter les conséquences, particulièrement lourdes.

Sans l’interprétation magistrale d’un Hopkins, c’est certain, cela n’aurait sans doute pas la même saveur. Lui même acteur majeur du cinéma américain, mais vieillissant, il n’a pas dû être facile pour lui d’incarner un rôle dont, finalement, il est peut être très proche dans une réalité à venir dans les prochaines années.

Si la note de 10 sur 10 ne se met pas, car la perfection n’existe pas, y compris en cinéma, on attribuera facilement celle de 9 ou de 9,5 à The Father, incontestablement l’un des grands films de ces dernières années.

A voir évidemment en version original sous titrée.

YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Fabrice Di Vizio. « Macron est plus crédible en influenceur Pfizer qu’en général des Armées ! »

Maître Fabrice Di Vizio, avocat au barreau de Nanterre, explique les raisons de son recours - soutenu par plus...

Sapeurs-pompiers en grève : «La vaccination obligatoire nous supprime notre liberté de choix»

Après le personnel soignant, des sapeurs-pompiers s’opposent à la vaccination obligatoire pour leur profession. L’un des principaux syndicats de...

1 COMMENTAIRE

  1. Anthony Hopkins est un acteur anglais, né au pays de Galles.
    Il est nommé commandeur de l’ordre de l’Empire britannique (1987) puis anobli (1993) par la reine Élisabeth II pour ses services rendus aux arts, acquérant sept ans plus tard la nationalité américaine.
    Mais c’est un acteur au jeu typiquement anglais; shakespearien et non un produit de l’Actors Studio

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

The Father, Méandre, Sons of Philadelphia, Vers la Bataille, Hospitalité : le cinéma est de retour cette semaine

The Father, Méandre, Sons of Philadelphia, Vers la Bataille, Hospitalité : le cinéma fait son retour cette semaine dans les salles obscures. Et on...