Livre blanc de la sécurité : quand la Gauche rennaise veut plus de policiers !

A LA UNE

Nantes. La manifestation contre le pass sanitaire attaquée par l’extrême gauche [Témoignage exclusif]

À la fin de la manifestation contre le pass sanitaire samedi 31 juillet à Nantes, un groupe d'individus affiliés...

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

C’était un engagement de la municipalité écolo-socialiste de Rennes : Les ateliers organisés au mois d’avril, qui ont réuni 130 habitants, et les résultats de l’enquête téléphonique conduite début 2021 auprès de 800 habitants représentatifs de la population, ont abouti à la rédaction d’un Livre blanc de la sécurité et de la tranquillité publique, qui a été présenté ce mercredi 7 juillet au Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance. Ce Livre blanc est sensé alimenter la nouvelle Stratégie territoriale de sécurité et de prévention de la délinquance 2021-2026, co-signée par la Ville de Rennes et ses partenaires (État, Parquet, Département, Éducation nationale). Cette nouvelle Stratégie territoriale sera présentée au conseil municipal à la rentrée 2021.

Or, les habitués des délires libertaires de EELV peuvent bondir en lisant ce rapport :

Tout d’abord le chapitre intitulé « parmi les attentes des habitants » est éloquent :

Un déploiement dans les quartiers d’effectifs supplémentaires de policiers de manière plus systématique et visible.

  • Des modalités d’intervention policière (notamment pour la Police Municipale) plus en lien avec la population (îlotage à pied, prise de contact, permanences d’information en proximité).
  • Un renforcement de la présence d’éducateurs et de médiateurs, notamment aux abords des écoles.
  • Le contrôle et la verbalisation plus fréquente de certaines interdictions, notamment celles relatives à la consommation et au transport d’alcool sur l’espace public.
  • La nécessité de soutenir les parents d’enfants exposés à la délinquance.
  • Une plus forte réactivité des réponses policières face aux problèmes de nuisances de voisinage ou de tapage sur l’espace public.
  • Une information renforcée sur le travail mené par les différents services et un travail sur la qualité de la relation police-population.

Plus de flics et de contrôles donc ! On cherche en vain les « zones sans police » prônée par les écolos sous influence Black Lives Matter ou les dénonciations des « contrôles au faciès » voire la demande « d’élargissement des trottoirs ».

Car le livre blanc constate lui aussi une « délinquance globale en hausse » (page 4). Et la suite est tout aussi étonnante. Parmi les délinquants, le livre blanc note page 5 :

Que la part des mineurs parmi les personnes mises en cause a connu une hausse constante depuis 2010 (en 2010, 12.6% des personnes mises en cause étaient mineures), avec une augmentation notable en 2016 et 2017 (27%), qui correspondent aux premières vagues d’arrivée à Rennes de Jeunes Étrangers en Errance (JEE)*, auxquels une partie conséquente des faits de délinquance de voie publique constatés dans le centre-ville a pu être attribuée.

En dehors du centre-ville certains lieux semblent particulièrement inquiéter les rennais qui évitent d’y passer. Lesquels ?

Les Rennais ont principalement cités les secteurs du centre-ville (République, Sainte-Anne, Saint-Michel), et, dans une moindre mesure, les secteurs de Maurepas, le Blosne et de Villejean, et notamment la dalle Kennedy. (sources : sondage TMO)

Les pratiques de contournement ou d’évitement sont plus fréquentes chez les femmes (58 %), les jeunes (59 %) et les habitants du centre-ville (59 %).

Incroyable ! Les femmes éviteraient la dalle Kennedy à Villejean. Parce que des hommes blancs cisgenres ou des intégristes catholiques y traînent en permanence sûrement ?

D’ailleurs parmi les « principaux facteurs d’insécurité mentionnés par les habitants » on retrouve… les mineurs isolés !

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

La loi ouvrant le droit à la PMA publiée aujourd’hui au Journal Officiel

A croire que cette loi était une d'urgence vitale pour la société bretonne et française : la loi bioéthique...

Emmanuel Macron sur Tiktok : «C’est désastreux» dénonce Nicolas Vidal

Le 2 août, Emmanuel Macron s’est exprimé sur TikTok et Instagram, invitant les français à l’interroger sur la vaccination. Depuis...

1 COMMENTAIRE

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés

Rennes. Wilhem Houssin, un père de famille tabassé à mort par une « une bande de jeunes »

Wilhem Houssin était un père de famille de 49 ans. Il a été tué lors d'une agression gratuite par une bande, à Saint-Jacques-de-la-Lande en Ille-et-Vilaine...

Tyrannie sanitaire et refus de vaccination. L’épouse d’un pompier d’Ille-et-Vilaine annonce le licenciement probable de son mari

Le journal Média Presse Info a reçu le message d’une épouse dont le mari, pompier professionnel à Rennes, refuse de céder à la dictature...

Rennes : des ateliers « vélos queers en non-mixité »

Alors que les sénateurs ont adopté en avril un « amendement UNEF » demandant la dissolution des associations organisant des « réunion non-mixtes » où sont généralement interdits...

Rennes : Un quartier pour islamistes radicalisées ouvert à la prison des femmes

La célèbre prison des femmes inaugurera prochainement un nouvel outil pénitentiaire : un quartier de prise en charge des femmes radicalisées (=islamistes). Le chantier débuté depuis...