Bretagne Majeure appelle les associations bretonnes à ne pas signer le contrat d’engagement républicain

A LA UNE

« Bretagne Majeure » est un nouveau collectif regroupant Ar Falz, AFB/EKB (Alliance fédéraliste bretonne), Breizh-lmPacte, Bretagne réunie, la Fédération sportive bretonne, le Parti breton ainsi que l’Institut culturel de Bretagne.

Lors d’une réunion qui s’est déroulée le 14 août, Bretagne Majeure a décidé d’écrire à toutes les associations culturelles bretonnes ainsi qu’aux élus du Conseil régional et aux présidents des Conseils départementaux de la Bretagne historique afin de « les alerter sur les dangers des deux dernières décisions du Conseil constitutionnel. Celles-ci concernent d’une part la « Loi Molac » interdisant le principe pédagogique de l’immersion pour les filières bilingues Diwan et autres, d’autre part l’obligation, dans le cadre de la « Loi contre le séparatisme », pour les associations demandant une subvention publique, de se soumettre à la signature d’un contrat dit « républicain » qui nous interdirait de militer pour nos langues et notre culture. »

Bretagne Majeure demande donc aux associations culturelles de refuser de signer « le contrat d’engagement républicain qu’on leur demandera pour obtenir des subventions. Le collectif demande, par contre, aux élus bretons de continuer à subventionner ces associations et ce malgré leur refus de signer.

En effet, selon Bretagne Majeure : « Le Projet de contrat produit par le Ministère de l’Intérieur, comporte de multiples engagements à souscrire par les associations. Le point 6 nous paraît incompatible : avec notre œuvre militante bretonne pour sauvegarder nos droits culturels, sauver nos langues et notre culture. Ce point 6 impose de « Ne pas revendiquer sa soustraction aux lois de la République pour quelque motif que ce soit. » Cet article nous place dans l’impossibilité de dire : notre opposition au dogme de « l’unicité du peuple français », lequel nie l’existence de nos peuples minoritaires et bien sûr de notre peuple breton.

Et le collectif de conclure : « Nous avons le droit et le devoir de nous opposer à tous les dogmes qui nient l’existence de nos peuples, aux noms des droits humains, des droits culturels et de la lutte éternelle contre toutes les formes de déshumanisation et de totalitarisme. »
On le voit, ce contrat d’engagement républicain pensé, au départ, contre le séparatisme islamiste contient de nombreux effets pervers contre les peuples de l’Hexagone !
Crédit photo :

[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rennes. Il gifle une dame de 80 ans..son avocate veut qu’il fasse « un stage pour apprendre à gérer ses émotions »

Un individu de 34 ans était jugé en comparution immédiate cette semaine à Rennes, pour avoir giflé, mercredi 22...

Rennes. Le RN dénonce les ateliers « en non mixité » et les subventions publiques au festival néo-féministe « Dangereuses Lectrices »

Ces 25 et 26 septembre s'est tenu à Rennes un drôle de festival, ultra confidentiel, mais subventionné par la...

2 Commentaires

  1. Qui avait douter que cela était destiné en sous-main aux peuples de France bien que profitant de l’excuse du « séparatisme » islamiste ?

    • Ce fut la même chose lorsque le français fut érigé en langue officielle par la loi Toubon, malgré les assurances hypocrites

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés