Depuis le 11 septembre 2001, les bombardements américains auraient fait possiblement 48 000 victimes

A LA UNE

Entre 22 000 civils et 48 000 civils auraient été tués par des drones et des frappes aériennes américains depuis le début de la « guerre contre le terrorisme », en 2001, à la suite des attentats terroristes du 11 septembre 2001 qui ont tué près de 3 000 Américains.

L’armée américaine admet avoir effectué près de 100 000 frappes depuis 2001, ce qui signifie que près de la moitié des frappes de drones et d’avions auraient pu entraîner la mort d’un civil, selon les données recueillies par le groupe de surveillance Airwars.

Bien que ce soit le président républicain George W. Bush qui ait mené les invasions américaines de l’Afghanistan et de l’Irak, c’est en fait sous son successeur, le démocrate Barack Obama, que l’armée américaine a rapidement augmenté le recours aux drones et aux frappes aériennes. Obama a adopté le programme de drones américains, ce qui a entraîné plus de frappes au cours de sa première année de présidence que Bush pendant toute sa présidence. Les frappes de drones d’Obama n’ont pas seulement visé l’Irak et l’Afghanistan, mais aussi le Pakistan, la Somalie, le Yémen et d’autres points chauds du terrorisme.

Avant et après son entrée à la Maison Blanche, l’ancien président Donald Trump était un critique virulent des guerres américaines sans fin au Moyen-Orient, en fait les politiques de Bush et d’Obama. Bien que Trump ait hérité de ce que les médias ont appelé la « guerre des drones », c’est en fait sous sa présidence que la responsabilité a été abandonnée, car il a imposé une nouvelle règle selon laquelle il n’était plus nécessaire que le chef de la CIA publie des résumés annuels des frappes de drones américaines et évalue combien de personnes sont mortes à la suite de ces frappes.

En fait, les frappes de drones ont augmenté sous Trump. Obama a fait exploser le record de Bush en matière de frappes de drones, mais Trump a facilement surpassé son prédécesseur. Comme le rapporte la BBC, selon le groupe de réflexion britannique Bureau of Investigative Journalism, il y a eu 2 243 frappes de drones au cours des deux premières années de la présidence de Trump. Ce chiffre est à comparer aux 1 878 frappes effectuées au cours des huit années de mandat d’Obama. Cela démontre effectivement que les frappes de drones ont été favorisées par Washington et qu’elles ont augmenté avec chaque nouveau président, qu’il soit républicain ou démocrate.

Cependant, sur les 91 340 frappes effectuées par les États-Unis depuis 2001, seule une petite partie a été réalisée par des drones, la majorité ayant été effectuée par des avions de chasse plus meurtriers. Airwars a calculé que « les actions américaines ont probablement tué au moins 22 679 civils, ce nombre pouvant aller jusqu’à 48 308 ».

Depuis le début de la guerre contre le terrorisme, l’année la plus meurtrière pour les victimes civiles des frappes aériennes américaines a été 2003, année où les États-Unis ont envahi l’Irak et déposé le dirigeant de longue date, Saddam Hussein. Cette année-là, 5 529 civils ont été tués par des frappes aériennes américaines. L’année suivante la plus meurtrière pour les civils a été 2017, le pic de la campagne de bombardements de la coalition dirigée par les États-Unis contre l’État islamique en Syrie et en Irak – 4 931 civils ont été tués.

Il convient de noter que les frappes aériennes américaines contre l’État islamique étaient insignifiantes jusqu’au début de l’intervention de la Russie en Syrie en septembre 2015. La seule exception où les États-Unis ont sérieusement essayé de cibler l’État islamique avant l’intervention russe a été pendant le siège de Kobané.

Les États-Unis ont commencé à augmenter considérablement leurs frappes aériennes contre l’organisation terroriste après avoir été dénoncés pour leur inefficacité, car il n’a fallu que quelques semaines à la Russie pour détruire le commerce de pétrole de l’État islamique avec la Turquie en ciblant les convois et les installations pétrolières. Cependant, l’augmentation des frappes aériennes après avoir été embarrassée par la Russie n’a fait que conduire à l’année suivante la plus meurtrière pour les civils confrontés aux frappes aériennes américaines. En 2017, jusqu’à 19 623 civils ont été tués par la campagne de bombardement de la coalition dirigée par les États-Unis contre l’État islamique en Irak et en Syrie.

Le plus inquiétant cependant est que le Pentagone lui-même ne sait pas combien de civils ont été tués depuis le début de leur prétendue guerre contre le terrorisme. Une réponse par e-mail à Airwars de la part du Central Command (Centcom) du Pentagone dit : « L’information que vous demandez n’est pas immédiatement disponible dans notre bureau car elle s’étend sur plusieurs opérations/campagnes sur une période de 18 à 20 ans. » Il ne fait aucun doute que les quelque 100 000 frappes aériennes menées par les États-Unis depuis 2001 ont provoqué des tragédies dans le monde entier, avec pas moins de 48 308 civils tués et d’innombrables dommages aux infrastructures.

Le président américain actuel, Joe Biden, a promis de mettre fin aux « guerres éternelles », ce qui se traduit par le retrait rapide des troupes d’Afghanistan. Joe Biden a également réduit la dépendance des États-Unis à l’égard des frappes aériennes, tandis qu’une révision de la politique relative aux drones est en cours.

Cependant, malgré ces retraits et ces révisions, des dizaines de milliers de civils innocents morts ne peuvent être ramenés après deux décennies de frappes américaines aveugles…

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rugby. Le RC Vannes s’effondre de nouveau face à Oyonnax

5 journées de Pro D2, 5 défaites, et une dernière place qui commence à faire un peu peur, pour...

Saint-Nazaire. Il menace de couper la tête d’une enseignante

Peur sur l'école maternelle Gambetta, à Nantes. Lundi, un parent d'élève a littéralement pété les plombs, menaçant une enseignante...

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés