Galilée et la naissance de la physique moderne

A LA UNE

C’est en partie grâce à lui que la science empirique s’est imposée, envers et contre tout. Mathématicien, physicien, géomètre et astronome, l’Italien Galileo Galilei (1564-1642), dit Galilée, a bousculé les savoirs établis en prônant une vision du monde fondée sur l’observation. Il a dès lors remis en cause les grandes autorités de son temps, réfutant les théories d’Aristote, qui encore à l’époque faisaient référence, et s’attirant les foudres de certains de ses confrères, puis de l’Église catholique, au sein de laquelle on se divise à son propos. Commence alors une longue controverse, au cours de laquelle Galilée s’aliène ses plus fervents soutiens, tel le pape Urbain VIII. Finalement condamné pour hérésie pour avoir défendu l’héliocentrisme copernicien contre le sens littéral des Écritures, Galilée n’a été réhabilité qu’en 1992 par le pape Jean-Paul II.

Ce documentaire-fiction retrace le parcours mouvementé d’un savant à l’esprit critique affûté, expérimentateur plein de ressources, auquel on doit, entre autres, le perfectionnement du télescope et la découverte de quatre des lunes de Jupiter : Io, Europe, Ganymède et Callisto.

Photo d’illustration : DR
[cc] BREIZH-INFO.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Economie. Une société à la chinoise après l’effondrement ?

Notre économie est en phase terminale... et le gouvernement s'apprête à débrancher le patient ! Affirmant que le pass-sanitaire...

Pass-sanitaire : Macron souffle le chaud et le froid

Au programme ce soir, les médias et le gouvernement marchent main dans la main pour enterrer l’opposition au pass-sanitaire. Pour...

2 Commentaires

  1. L’Église, qui vénérait pourtant la logique donnée à l’homme par Dieu (la disputatio qui trouve le vrai, la controverse de Valladolid) a fait l’erreur de ne pas devenir un CNRS. Elle est allée contre la métaphysique de l’Occident, la recherche de la vérité, pour des considérations de basse politique.

    Toute révolution vraie occidentale a été archéo-futuriste, au contraire des « civilisations du temps immobile » décrites par Marx (Islam), qui n’ont que des révolutions de palais: retrouver un Passé mythifié dans un paradigme futur. 89 rêvait de Rome, Marx des communautés primitives. La Chine est un archéo-futurisme qui a une IA pour de l’inquisition moyenâgeuse, bientôt des bébés ogm au QI augmenté pour la gloire de la Cité commune antique.

    L’erreur de Z est de resté dans la négation réactionnaire du Présent par le Passé seulement, comme L’Église et Galilée. Il doit nier la décadence division déclassement TINA-multiculturel suicidaire dans une perspective d’Avenir futuriste aussi. La négation nostalgique nationaliste du négatif purin progressiste ne fait pas un positif. On ne ramènera pas les grecs disait Nietzsche, mais on peut les réinventer. Et dans l’époque de bobo Unique narcissique à vomir, le positif s’imagine sans la nation, sans la religion, sans la culture, c.a.d par la science faisant Cité (et pas seulement l’individu, ça c’est la version mondialiste post-nationale oligarchique). La mort de la Mort est par ex de cette métaphysique politique absolue pour cet individu absolu qu’est bobo. Et petit gibus Covid montre qu’elle engendrerait un état total digne de Sparte C’est la contradiction interne de bobo. (l’oligarchie, elle, veut la mort de la Mort sur le Marché dirigé par des Seigneurs Capitalistes, films de SF).

    On voit bien que 2 paradigmes se dessinent: une oligarchie GAFAM en Occident divisé multiculturel, sans holisme, qui censure Trump et détruit ses peuples, où un état impitoyable en Chine qui botte le cul des oligarques et renforce son peuple. Comme disait Soljenitsyne: L’URSS avait détruit la liberté mais pas les peuples, l’UE, elle, les détruit .
    Et par là elle détruit la politique expression d’une volonté partagée populaire, basée sur des mœurs, une histoire, une culture partagées. Pas de politique commune entre barbu et souchien, et donc la liberté politique, ne reste que celle de l’auge.

    « Avec la technique, la neutralité spirituelle a rejoint le néant spirituel. Après avoir fait abstraction de la religion et de la théologie d’abord, puis de la métaphysique et de l’État, on semble à présent faire abstraction de toute culture et avoir atteint la neutralité de la mort culturelle […] Le processus de neutralisation progressive des divers domaines de la vie culturelle touche à sa fin parce qu’il a atteint la technique. La technique n’est plus un terrain neutre […] toute politique forte se servira d’elle […] Il n’y aura de jugement définitif que l’on aura constaté quelle espèce de politique est assez forte pour s’assujettir la technique moderne et quels sont les véritables regroupements en amis et ennemis opérés sur ce terrain nouveau » Carl Schmitt La notion de politique.

    Et les crétins progressistes pensent que l’Occident peut se passer de surmoi, que la branlette au Supermarché suffira… Les élites croyant au post-national planétaire on juste scié la branche sur laquelle il se vautraient: Les chinoises sont pas si connes…

    «Mais quel que soit le caractère non héroïque de la société bourgeoise, il a pourtant fallu l’héroïsme, le sacrifice, la terreur, la guerre civile, et les batailles des nations pour la mettre au monde.»
    Marx, le 18 brumaire

    .

  2. Il y eut deux condamnations de Galilée. La première condamnation de 1616 ne fut assortie d’aucune sanction et son nom n’était même pas cité. Il était seulement prescrit aux adeptes de la théorie héliocentriste de ne pas présenter cette théorie comme une vérité scientifique, mais comme une simple hypothèse de travail (ce qu’elle était d’ailleurs à l’époque, les preuves n’ayant été apportées qu’au siècle suivant.
    Galilée se soumit d’abord pleinement à cette directive, mais s’en affranchit dès qu’il crut avoir prouvé la rotation de la terre à laquelle il attribuait le phénomène des marées. Cela ne convainquit personne et notamment pas le pape Urbain VIII qui attribuait le phénomène des marées à l’attraction de la lune (la science devait confirmer cela). Dès lors bravant la décision de 1616 Galilée présentait la rotation de la terre comme une certitude et allait même jusqu’à réinterpréter l’écriture sainte.
    Sa condamnation de 1633 fut d’ailleurs très bénéfique sur le plan scientifique, car Galilée cessa dès lors de polémiquer sur la rotation de la terre pour reprendre ses recherches scientifiques interrompues par elle.
    Il est significatif que la quasi totalité de ses publications scientifique est postérieure à sa condamnation.

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés