La méthanisation, une énergie verte ?

A LA UNE

La Bretagne est une région d’élevage et d’agro alimentaire. Des activités qui génèrent quantité de déchets. La méthanisation permet de « recycler » ces déchets en créant du gaz et du digestat utilisé comme un engrais.

Crédit photo :

[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Pass Sanitaire : l’overdose !

A la Une ce soir, la prolongation du pass-sanitaire discutée à l’Assemblée Nationale. Mardi soir, les opposants à la...

Immigration. 67% des Français inquiets d’un « grand remplacement » de population

Un sondage qui pourrait faire l'effet d'une bombe. 67% des Français se disent en effet inquiets d'un « grand...

3 Commentaires

  1. Non , certainement pas une énergie  » verte  » !
    Elle justifie la poursuite , voire l’incitation , à faire perdurer ces élevages concentrationnaires ; du méthane produit , OK , mais la rentabilité recherchée par la vente de courant à EDF générera encore une course au toujours plus .
    Ce modèle promu et défendu par la FNSEA et tous les ministres est obsolète : au bout de sa logique .
    De plus , ces fameux  » digestats  » concentrent toute leur nocivité pour ce qui est de la production d’excès d’engrais azotés ; ce n’est pas parce que le gaz de la fermentation en a été extrait que ces  » digestats  » sont devenus de la poudre de perlin-pinpin !
    Rien de vert dans ce programme , juste la poursuite d’un modèle devenu contestable .

  2. ça fait bien 50 ans que des fermes en suisse sont équipées
    si les éleveurs parvenaient à sécher le lisier et l’empaqueter, les viticulteurs bordelais seraient ravis et plus d’algues vertes par la même occasion
    mais les écolos des villes s’n fichent

  3. l’énergie « verte » fait appel à une idée « idéologie » à laquelle je n’adhère pas car ayant des définitions tellement opposées…
    mais je relève l’idée brève de concurrence à l’alimentation, et là, je pense qu’on est dans le vrai problème:
    1 ha d’énergie solaire avec production d’hydrogène, recyclage des énergies résiduelles pour chauffer de l’eau dans une réserve isolée, et chauffer, avec « les résidus » de la thermodynamique, la maison donne (Jean Luc Perrier…) un rendement de 90 %
    à contrario, le rendement de la photosynthèse, dans nos latitudes, donne 0,3%, soit 300 fois moins d’énergie; 1 ha au lieu de 300; ou 1200 personnes en moins à nourrir par ha d’énergie solaire à haut rendement (Perrier; le livre PDF: https://drive.google.com/file/d/1cpLM2GVHqcmi7uEDuGlN0OMmtnzn2CrU/view . donc pour moi, il faut viser solaire à 100% haut rendement; et la matière organique réservée comme fertilisant. après, tous les bobos qui ne veulent que consommer bio sans se retrousser les manches, lorsqu’il n’y aura plus d’énergie, pas de pétrole, et pas d’agriculture; il faudra tous travailler à la main: moi, je suis préparé, et toi? https://www.notele.be/it61-media83008-daniel-gelin-pepinieriste-retraite-et-experimentateur.html (3 minutes) donc 100% solaire en produisant de l’hydrogène stockable dans les réserves naturelles vides du gaz de Lacq donne 3 ans d’autonomie pour la France; selon Jean Luc Perrier, réalisateur d’un grand concentrateur, c’était possible à partir de 1985. personne n’en parle parmi les « alerteurs »

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés