Bordeaux. Château le Geai : pour l’amour du carménère

Henri Duporges n’a pas suivi une voie conventionnelle, il est le principal instigateur de la sauvegarde du carménère dans le Bordelais. Bien que ce cépage semble revenir à la mode, sa redécouverte n’a rien de nouveau pour Henri Duporges, le seul vigneron qui a eu la hardiesse de le vinifier in purezza comme dise les italiens, autrement dit, seul sans l’interférence de l’assemblage. La gentilhommière du château le Geai surplombe la vallée de l’Isle, à l’Est de Saint Emilion dans ces confins du bordelais   qui commencent à côtoyer l’aire du bergeracois.

Le carménère a été évincé de l’assemblage médocain pour sa grande fragilité, notamment à cause de sa propension à subir la coulure qui fait avorter la floraison et compromet gravement les rendements. Pourtant, les qualités de ce cépage capricieux sont époustouflantes, pour preuve le destin qu’il a connu au Chili notamment dans la Colchagua Valley où il donne naissance à de très grands vins.

Henri Duporges est parvenu à sauver les meilleurs plants de son domaine par le recours à une sélection massale ne retenant que les plus vieilles souches. Si les rendements demeurent aléatoires d’un millésime à l’autre, le carménère d’Henri Duporges récompense tous les efforts accomplis pour la préservation de ce cépage.

Le profil du carménère se démarque en tous points des traditionnels cépages rencontrés dans le Bordelais. Il oppose à la fermeté du cabernet sauvignon et du merlot son opulence quasi exubérante et une richesse de fruit inouïe pour les standards bordelais. Dans les grands millésimes chauds comme le 2009, le carménère du château le Geai tire plus vers une côte rôtie qu’un bordeaux.

L’application d’Henri Duporges à soigner sa vigne placée sous le régime de la biodynamie déteint sur la qualité de toute la gamme, du bordeaux supérieur ferme et concentré jusqu’ à son fougueux malbec, les vins ne subissent aucun interventionnisme en cave et libèrent avec panache un fruit énergique et terreux, adossé à une mâche crayeuse qui leur confère une tendre authenticité.

Bordeaux supérieur : 9.5€ Ultra bleu Malbec : 15€

Raphno

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !