Chine. Le gouvernement veut interdire les jeux vidéos incluant des relations homosexuelles et des contenus immoraux

A LA UNE

En Chine, le gouvernement a décidé de réglementer fortement le contenu des jeux vidéo en interdisant notamment ceux jugés immoraux ou mettant en scène des relations homosexuelles. Par ailleurs, l’État a aussi instauré une limitation du temps de jeu en ligne pour les mineurs chinois.

Les contenus « immoraux » des jeux vidéo mis à l’index en Chine

La Chine s’apprête à sévir contre les jeux vidéo dont le contenu est jugé immoral par l’État. Selon une note de service ayant fait l’objet d’une fuite, les jeux doivent présenter des « valeurs correctes » pour être approuvés par le gouvernement chinois, ainsi qu’une compréhension précise de l’histoire et de la culture chinoises.

Selon le South China Morning Post, quotidien anglophone publie à Hong Kong, la note en question livre des détails sur les types de contenus qui seront dorénavant désapprouvés par les régulateurs du gouvernement chinois. Il s’agit notamment des jeux qui incluent des relations homosexuelles ou des « mâles efféminés », ainsi que les jeux dans lesquels le genre d’un personnage n’est pas immédiatement apparent. « Si les régulateurs ne peuvent pas dire immédiatement le genre du personnage, le cadre des personnages pourrait être considéré comme problématique et les drapeaux rouges seront levés », indique le document.

D’autre part, sont également visés les jeux qui permettent aux joueurs de faire des choix moraux entre le bien et le mal. « Certains jeux ont brouillé les frontières morales », souligne la note. « Les joueurs peuvent choisir d’être soit bons, soit mauvais… mais nous ne pensons pas que les jeux devraient donner ce choix aux joueurs… et cela doit être modifié. »

Le gouvernement chinois limite le temps de jeu en ligne

Aussi, la note de service précise que les jeux vidéo ne doivent pas être considérés comme un « pur divertissement » mais qu’ils doivent donc au contraire véhiculer « un ensemble de valeurs » et lutter contre le déclin de la « masculinité » traditionnelle.

Cette régulation s’inscrit dans une politique de réglementation plus forte de l’industrie du jeu en Chine. Le gouvernement ayant déjà annoncé au mois d’août dernier qu’il limiterait à trois heures par semaine le temps pendant lequel les mineurs peuvent jouer à des jeux en ligne. Une mesure qui est destinée à réduire la dépendance aux jeux vidéo des jeunes Chinois.

Au cours du mois dernier, la Chine a également annoncé que les hommes efféminés seraient interdits à la télévision, insistant sur le fait que les diffuseurs devaient uniquement « promouvoir vigoureusement l’excellente culture traditionnelle chinoise ».

L’instruction officielle a été diffusée aux radiodiffuseurs chinois dans le cadre de la campagne de « rajeunissement national » menée par le président Xi Jinping pour faire respecter la « moralité » traditionnelle en renforçant le contrôle du gouvernement sur les entreprises et la société.

Le gouvernement a déclaré que les radiodiffuseurs devaient « mettre résolument un terme aux hommes efféminés et aux autres formes d’esthétique anormale » à l’écran.

Dans un registre légèrement différent, rappelons que la Chine avait décidé, en 2018, de bannir le hip hop et les tatouages. Ceci dans le but de « réprimer le mauvais goût ». Peut-on vraiment lui en vouloir ?

Crédit photo : Flickr (CC BY-ND 2.0/Marc van der Chijs) (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Covid-19, l’épidémie qui nous mène au totalitarisme

En été 2020, ce sera derrière nous", qu'ils disaient... Un an et demi plus tard, la dictature sanitaire est installée...

Liger-Atlantel : ar c’huzul departamant a ro arc’hant da Afrika

Ur gwir bod-espern eo ar re wenn, neketa ? Milionoù ha milionoù a zivroidi a zo war hon douar, maget...

Articles liés