Tyrannie woke. A Rennes, le Parti de Gauche veut débaptiser les rues Thiers, Drezen et Carrel

A LA UNE

La tyrannie woke infecte y compris la capitale administrative de la Bretagne. A Rennes, le Parti de gauche demande ainsi à la municipalité socialiste de débaptiser le boulevard Alexis Carrel et les rues Youenn Drezen et Thiers.

La raison ? Des positions « ouvertement antisémites » de Carrel et de Drezen et le « rôle majeur dans le massacre du peuple de Paris en 1871 » du troisième.

Jean-Paul Tual , ancien élu municipal, vexé de ne pas avoir été pris dans l’équipe Appéré, est également sans doute frustré de savoir qu’il ne laissera sans doute pas son nom à la postérité comme Alexis Carrel, pionnier de la chirurgie vasculaire, lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine en 1912, renommé pour son expérience du cœur de poulet battant in vitro pendant un temps très supérieur à la vie d’un poulet. Tout le monde n’est pas en mesure d’écrire L’Homme, cet inconnu, livre qui a fait la renommée internationale de son auteur lors de sa parution en 1935.

Pour Youenn Drezen, à la renommée plus locale, il s’agissait d’un journaliste, défenseur de la Bretagne et notamment de sa langue. Engagé au sein du Parti Nationaliste Breton avant et pendant la Seconde guerre mondiale (emprisonné puis libéré sans suite en 1945, quoi qu’en pense une certaine François Morvan, ennemie acharnée des nationalistes bretons), c’est ce qui lui vaudra une haine farouche des communistes français, qui eux pourtant, n’ont jamais purgé leurs rangs de tous ceux qui, à une époque, admirèrent Staline, bourreau des peuples de l’Union Soviétique…

Enfin, concernant Adophe Thiers, ce dernier a tout simplement été…président de la République de 1871 à 1873…député pendant 6 ans, ministre des affaires étrangères et de l’intérieur sous Louis Philippe… Il était décrit par Jules Simon, comme étant « L’un des hommes les plus admirés et les plus injuriés de ce siècle », lui qui a eu pour ennemis les bonapartistes pour son opposition à l’Empire, les monarchistes pour la fondation de la République, et enfin les « républicains avancés » pour l’écrasement de la Commune. Il n’en demeure pas moins un personnage important de l’histoire de France.

Mais peut être que M. Tual et le Parti de Gauche préféreraient voir remplacer les rues Drezen, Thiers et Carel par les désormais traditionnelles (dans les villes de gauche) rue Rosa Parks, Trotski, et, éventuellement, avenue des fleurs bleues, histoire d’enlever à une ville, mais aussi à un peuple, toute son identité provenant d’un passé « dont il faut faire table rase » selon l’Internationale…

YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

« J’ai fait l’amour avec le diable ». Pourquoi des Catholiques se sont opposés au concert d’Anna Von Hausswolff à Nantes

Le 7 décembre 2021, de nombreux fidèles catholiques, beaucoup de jeunes, se sont rassemblés devant l’église Notre-Dame du Bon-Port...

Gwern-ar-Sec’h : Mohammed ha Rizk pennoù bras an trafikerezh dramm

Kondaonet eo bet c'hwec'h paotr d'ar meurzh 07 a viz kerzu gant lez-varn Roazhon evit trafikerezh drammoù. Etre Gwern-ar-Sec'h (Bro...

3 Commentaires

  1. Thiers s’est quand même associé aux Prussiens pour livrer Paris aux envahisseurs en écrasant La Commune, La Commune qui voulait justement défendre Paris contre ces Prussiens. Je vous recommande de lire cette partie de l’histoire de France.
    Tout comme Pétain s’est associé avec le Allemands.
    Pas de quoi être fier de donner des noms de rue à des traîtres.

  2. rue traoré ça aurait de la gueule, non ?
    rue des martyrs de la répression policière … aussi !
    rue des transgenres , bi, et autres tyranisés par la malpensance

  3. Il faudrait penser d’abord à débaptiser les rue Voltaire ( un raciste pur et dur) Jacques Duclos et autres staliniens, la rue Staline à Château-Thierry ( sans commentaire).

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés