Et si les Européens n’étaient pas les premiers à avoir poser le pied sur les îles Malouines ?

A LA UNE

Depuis leur première observation par des explorateurs européens dans les années 1600, les scientifiques et les historiens pensent que les Européens ont été les premiers à poser le pied sur les îles Falkland. Les résultats d’une nouvelle étude menée par l’Université du Maine suggèrent toutefois le contraire, à savoir que l’activité humaine sur les îles est antérieure de plusieurs siècles à l’arrivée des Européens.

Les résultats d’une nouvelle étude suggèrent pourtant que les Européens ne sont pas les premiers à avoir posé le pied sur les îles Malouines, dans l’océan Atlantique, côté Amérique du sud.

La plupart des éléments de l’enquête indiquent que les indigènes sud-américains ont probablement voyagé vers les îles Falkland entre 1275 et 1420 de l’ère chrétienne, bien que des dates antérieures ne puissent être exclues.

Avant les Européens, des indigènes sud-américains aux Malouine ?

Kit Hamley, chercheur diplômé de la National Science Foundation au sein de l’UMaine Climate Change Institute, a mené la toute première enquête scientifique sur la présence humaine préhistorique dans l’archipel de l’Atlantique Sud. Avec son équipe, elle a recueilli des ossements d’animaux, des traces de charbon de bois et d’autres éléments de preuve sur l’ensemble des îles au cours de plusieurs expéditions et les a examinés à la recherche d’indices d’activité humaine en utilisant la datation au radiocarbone et d’autres techniques de laboratoire.

Un signe notable d’activité humaine pré-européenne provient d’un charbon de bois vieux de 8 000 ans, prélevé dans une colonne de tourbe sur New Island, située à l’extrémité sud-ouest du territoire. D’après les chercheurs, l’enregistrement montre des signes d’une augmentation marquée de l’activité du feu en 150 avant J.-C., puis des pics abrupts et importants en 1410 avant J.-C. et en 1770 avant J.-C., cette dernière date correspondant au début de la colonisation européenne.

Les chercheurs ont également recueilli des échantillons d’otaries et de pingouins sur New Island, près du site où un propriétaire terrien a découvert une pointe de projectile en pierre qui correspond à la technologie utilisée par les indigènes d’Amérique du Sud depuis 1 000 ans. Les ossements étaient entassés en piles distinctes sur un site. Selon Hamley, l’emplacement, le volume et le type d’ossements indiquent que les monticules ont probablement été assemblés par des humains.

La plupart des preuves recueillies par Hamley et ses collègues indiquent que les indigènes d’Amérique du Sud ont probablement voyagé vers les îles Falkland entre 1275 et 1420 de l’ère chrétienne. Par exemple, l’équipe a trouvé une dent d’un renard disparu des îles Malouines, le warrah, dont la date de radiocarbone est de 3 450 avant notre ère, la plus ancienne pour cette espèce. Quoi qu’il en soit, toutes les découvertes de l’équipe indiquent que des personnes ont débarqué dans l’archipel avant le navigateur britannique John Strong en 1690, le premier Européen à y avoir mis le pied.

Selon les chercheurs de l’UMaine, les peuples indigènes ont probablement visité les îles pour de multiples séjours de courte durée, plutôt que pour une occupation à long terme. Par conséquent, ils ont laissé peu de matériaux culturels sur place, mais suffisamment pour que Hamley et ses collègues puissent trouver une empreinte anthropique et paléoécologique discernable et mener leur étude.

« Ces résultats élargissent notre compréhension des mouvements et de l’activité des autochtones dans l’océan Atlantique Sud, une région éloignée et rude », déclare Hamley, étudiante en doctorat d’écologie et de sciences environnementales à l’UMaine. « C’est vraiment passionnant car cela ouvre de nouvelles portes pour collaborer avec les communautés indigènes descendantes afin d’améliorer notre compréhension des changements écologiques passés dans la région. Les gens ont longtemps supposé qu’il était probable que des indigènes sud-américains aient atteint les îles Malouines, il est donc vraiment gratifiant de pouvoir jouer un rôle en aidant à faire revivre cette partie du passé des îles. »

Les chercheurs de l’UMaine qui ont participé à l’étude avec Hamley comprennent son conseiller, Jacquelyn Gill, professeur associé de paléoécologie et d’écologie végétale, Daniel Sandweiss, professeur d’anthropologie, et Brenda Hall, professeur de géologie glaciaire.

Dulcinea Groff, chercheuse postdoctorale à l’université du Wyoming et ancienne doctorante de l’UMaine, Kathryn Krasinski, professeur adjoint d’anthropologie à l’université Adelphi, John Southon, chercheur au département des sciences du système terrestre de l’université de Californie-Irvine, Paul Brickle, directeur exécutif de l’Institut de recherche environnementale de l’Atlantique Sud, et Thomas Lowell, professeur de géologie à l’université de Cincinnati, ont également participé à cette recherche.

Science Advances a publié un rapport sur leurs conclusions.

Le Warrah (Renard), à l’origine de la découverte ?

L’étude la plus récente de Mme Hamley s’appuie sur ses recherches sur le warrah (Dusicyon australis), une espèce éteinte de renard. Le warrah était le seul mammifère indigène et terrestre à résider sur les îles Falkland au moment de l’arrivée des Européens. La chasse subséquente a fait disparaître l’espèce en 1856, ce qui en fait le premier canidé éteint dans les archives historiques, explique M. Hamley.

Pendant des années, divers spécialistes, dont Charles Darwin, ont débattu des origines du warrah et de la façon dont il est arrivé sur les îles. M. Hamley émet l’hypothèse que l’homme aurait introduit l’espèce dans l’archipel avant l’arrivée des Européens. De nombreuses personnes avaient auparavant rejeté cette théorie en raison du manque de preuves scientifiques, mais les dernières découvertes de l’équipe de Mme Hamley rouvrent cette possibilité, dit-elle. Les indigènes sud-américains ont peut-être domestiqué le warrah comme ils l’ont fait avec d’autres renards et canidés, et les ont amenés sur les îles lors de leurs voyages et séjours de courte durée.

Au cours d’une expédition de 2018 dans les îles, Hamely et ses collègues ont trouvé trois échantillons d’os de warrah à la ferme de Spring Point, à West Falkland. La datation au carbone et l’analyse isotopique ont révélé que les warrah dont les os ont été analysés « avaient un régime alimentaire marin composé principalement de prédateurs marins » comme les otaries et les otaries à fourrure, un régime similaire à celui des Indigènes sud-américains marins à l’époque préhistorique, selon les chercheurs. Bien que ces découvertes puissent être le reflet d’un charognard côtier, elles peuvent illustrer la nourriture que leurs homologues humains potentiels se procuraient et mangeaient, affirment les chercheurs.

« Cette étude a le potentiel de changer la trajectoire des futures recherches écologiques aux Malouines », déclare Hamley. « L’introduction d’un prédateur supérieur, comme le warrah, aurait pu avoir de profondes répercussions sur la biodiversité des îles, qui abritent des oiseaux marins nichant au sol, comme les manchots, les albatros et les cormorans. Cela change également l’histoire toujours captivante des relations passées entre l’homme et le chien. Nous savons que les indigènes d’Amérique du Sud ont domestiqué les renards, mais cette étude contribue à montrer l’importance potentielle de ces animaux pour ces communautés depuis des milliers d’années ».

Hamley a mené ses recherches au cours de trois expéditions dans les îles Malouines en 2014, 2016 et 2018. Au cours du voyage de 2016, elle a participé au programme Follow a Researcher de l’UMaine, grâce auquel les scientifiques donnent aux élèves de la maternelle à la terminale un aperçu de leur travail par le biais de mises à jour en direct de l’expédition, de chats sur Twitter et de vidéos.

L’étude dirigée par Hamley contribue au nombre croissant d’enquêtes scientifiques sur l’histoire écologique, anthropologique et climatique des îles Malouines menées par des chercheurs de l’UMaine. Une étude menée par l’UMaine en 2020 a découvert que l’établissement de colonies d’oiseaux marins sur les îles en réponse à une brusque période de refroidissement régional il y a 5 000 ans a modifié ses écosystèmes.

« À mesure que le monde se réchauffe, nous espérons que notre compréhension croissante de l’histoire précoloniale des Malouines aidera les décideurs à trouver un équilibre entre les besoins de la faune et de la flore et ceux des populations, qui dépendent de l’écotourisme, de la pêche et d’autres industries », déclare Gill, un chercheur CAREER de la NSF qui a été nommé Ami de la planète 2020 par le National Center for Science Education. « Nous commençons tout juste à reconstituer le rôle joué par les habitants des Malouines avant la colonisation européenne. En raison des siècles de colonialisme sur le continent, une grande partie du savoir oral sur cette période a été perdue. La science occidentale a besoin d’être mise à jour, et nous espérons que les travaux futurs seront réalisés en collaboration avec les populations indigènes actuelles de la région ; leurs ancêtres étaient les premiers experts ici. »

Crédit photo : Kit Hamley (DR)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Nantes. L’évêque ferait-il de la propagande en faveur de l’invasion migratoire pour célébrer Noël ?

Alors que le Pape François ramène cinquante migrants – et une mauvaise langue – dans son avion depuis Chypre,...

Skol-veur Stellenbosch (Afrika-ar-Su) : ar xhosa lakaet da drede yezh ofisiel

Amzer a oa bet ma oa skol-veur Stellenbosch kreizig-kreiz ar bed afrikaaner ha ma veze roet kentelioù a live...

1 COMMENTAIRE

  1. Ahah, les yankees viennent embêter les British en affaiblissant leur légitimité sur les Falklands (réclamées depuis toujours par l’Argentine).
    Un signe de déperrissement d’Elizabeth ?

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés