Réseau ferroviaire breton : tous les usagers du train ne vont pas à Paris…

Train

Regroupant plusieurs collectifs d’usagers du train en Bretagne, une Coordination bretonne ferroviaire a récemment vu le jour dans une région où l’intense publicité pour la LGV vers Paris masque mal les carences du réseau intrarégional avec des réductions (voire des suppressions) de liaisons entre villes bretonnes ces dernières années.

Transport ferroviaire : le train vers Paris peut en cacher d’autres…

Les élus bretons et les maires des grandes villes de la région l’ont peut-être oublié, mais la question du réseau ferroviaire breton ne se limite pas à une ligne TGV visant à faire de notre péninsule une proche banlieue de Paris et pour laquelle le Conseil régional a dépensé plus de 1,1 milliards d’euros. Une facture à laquelle on peut ajouter les dépenses de communication et de publicité, deux points sur lesquels les équipes de Jean-Yves le Drian puis de Loïc Chesnais-Girard n’ont pas lésiné.

Aussi, faut-il le rappeler à ces responsables politiques, le train en Bretagne n’a pas pour seule utilité d’effectuer des trajets Brest-Paris, Rennes-Paris, Nantes-Paris etc. Au quotidien, des milliers de Bretons empruntent ces lignes ferroviaires dites « secondaires » pour circuler à travers la région.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la situation de ces « petites lignes » est mauvaise en Bretagne. À tel point que différents collectifs d’usagers du train se sont rassemblés au sein d’une même coordination régionale afin de faire davantage entendre leur voix.

Par ailleurs, si de nombreux voyageurs sont désormais vent debout contre la politique ferroviaire du Conseil régional, il faut rappeler que Breizh-info fut l’un des seuls médias bretons à, très tôt, proposer une analyse critique de cette focalisation des élus et des moyens régionaux sur la LGV vers Paris.

Des liaisons entre villes bretonnes de plus en plus difficiles

C’est ainsi qu’a vu le jour la Coordination bretonne ferroviaire, regroupant plusieurs entités : Collectif d’usagers Bretagne Sud, Centre-Bretagne en train, Accret (Association citoyenne Châteaubriant-Rennes en train), Codef (Comité de défense et de promotion de la desserte ferroviaire de Redon et du Pays de Redon), Autiv 35 (Association des usagers des transports en Ille-et-Vilaine), Une gare pour Betton, Un train pour Hanvec, Oui au train de nuit, Rennes-La Brohinière-Mauron.
Une première réunion de travail a d’ailleurs eu lieu au mois de septembre dernier afin de mettre l’ensemble des problèmes du réseau breton sur la table. Mais, pour ces usagers, au constat doivent succéder les solutions et, pour cela, ils ont entrepris d’élaborer une liste de priorités. Parmi celles-ci, l’optimisation des tracés existants Rennes-Brest et Rennes-Redon-Quimper et Quimper-Redon-Nantes. Ces priorités seront communiquées par la suite au nouveau vice-président du Conseil régional chargé des transports.
Un Conseil régional qui, s’il s’est démené ces dernières années pour plaire à de potentiels voyageurs parisiens via des campagnes d’affichage dans le métro, a eu beaucoup moins d’égards pour les Bretons effectuant des trajets ferroviaires intrarégionaux au quotidien. Citée par Ouest-France, une membre du Collectif d’usagers Bretagne sud résume avec clarté la situation : « On a tous fait le constat que le dernier mandat du conseil régional avait été catastrophique pour le train du quotidien ».
Dans son cas particulier, elle déplore la diminution du nombre de trains quotidiens entre Quimper, sa ville d’habitation et Auray, son lieu de travail. Une réduction qui n’a pas épargné d’autres liaisons ferroviaires bretonnes et nombreuses sont les petites villes et les zones rurales de Bretagne où l’offre de TER (Transport express régional) est largement insuffisante. À tel point que, lorsque l’on prend en compte le ratio du nombre de kilomètres parcourus en train par habitant, la Bretagne administrative arrive en dernière place des régions de l’Hexagone.

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/Bruno Corpet) (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. ce que j’ai apprécié en bretagne, ce sont les autoroutes gratuites , merci anne de bretagne d’avoir interdit l’octroi sur les voies de communication

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !