Le soleil se lève à l’Est. Le 89 ème numéro de la revue Terre et Peuple est disponible

A LA UNE

Le 89 ème numéro de la revue Terre et Peuple est disponible. Voici l’éditorial et le sommaire ci-dessous.

¨Pour vous abonner c’est ici

Fidèles

En ces temps de mollesse, de repli sur soi, de frilosité, de désengagement, de soumission, les membres de Terre et Peuple sont les Gardiens du Temple où brûle la flamme de la Fidélité. Fidélité à un idéal, à une conception de la vie, à la seule loi qui vaille et que nous reconnaissons : celle du sang. Depuis soixante-trois ans c’est pour cela que je me bats et pour rien d’autre. Ce combat a pu prendre des formes diverses, selon les circonstances et les nécessités, mais ma boussole intérieure a été et est toujours la même et le restera jusqu’à mon dernier jour.

Bien sûr la vie m’a appris, parfois à coups redoublés, beaucoup de choses. Par exemple quel fossé existe entre ce qu’on croit juste et bon et les réalités, toutes les réalités mais d’abord celles de la nature humaine. On ne s’explique sans doute jamais assez sur ce que l’on veut faire, d’où des incompréhensions qu’il serait trop facile d’imputer aux autres. Ceci étant, les pleutres, les renégats, les déserteurs cela existe et il serait sot de se voiler la face, pour laisser l’oubli faire son œuvre. Mais il serait tout aussi sot de remâcher une amertume, un ressentiment, une désespérance. Il faut prendre les hommes pour ce qu’ils sont, ni bêtes ni anges et discerner parmi eux les meilleurs, ceux avec qui on peut faire quelque chose qui dépasse cette brève parenthèse qu’est notre existence. C’est cela qui peut et doit donner un sens à une vie : être au service d’un rêve qui, si nous le voulons vraiment, peut devenir une réalité. Que nous ne verrons peut-être pas, si le destin vient sonner à la porte. Mais qu’importe, si nous avons semé le grain qui deviendra un jour une belle moisson, sur notre terre, pour que la joie brille dans les yeux des meilleures et des meilleurs de notre peuple, grâce à qui se perpétuera le sang qui porte en lui l’âme de notre race.

Pour cette œuvre de constructeurs et de pêcheurs d’âmes, nous n’avons que faire des timorés, des spécialistes d’états d’âme à répétition, des professeurs de morale, des stratèges en chambre. Pour construire une communauté du peuple, il faut des croyants et des combattants, des hommes et des femmes prêts à tout donner et non de frileux bobos murés dans leur égoïsme bourgeois et leur pathétique autosatisfaction.

Comme vous le voyez, j’utilise des mots qui sont devenus pourchassés, interdits, tabous par les zélotes de la bienpensance. C’est ma façon, compte tenu de mon âge, de laisser un message de fidélité. Car quand tous trahiront nous resterons fidèles. 

Pierre VIAL

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Dans les cités de Marseille avec Stéphane Ravier

Marseille, le Pastis, le vieux-port, la culture, la cuisine, la pétanque... Oui, mais pas que. Parce que Marseille c'est aussi...

Naufrage d’un chalutier au large de Saint-Cast (22)

Un chalutier qui pêchait la coquille Saint-Jacques a été retourné par une puissante vague vers midi ce mercredi 1er...

1 COMMENTAIRE

  1. L’Esprit du Monde s’est levé en Chine, a marché vers l’Inde, puis Babylone, l’Égypte, la Grèce, Rome et atteint les germains. Après la décadence occidentale de l’Urocrassie dans une chute du QI et une métaphysique de la couleur et l’utilisation du trou du cul, il a décidé de retourner d’où il s’était levé, dégouté.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés