Résistance au communisme en Lituanie. Jonas Kadžionis, la vérité plus importante que la vie

A LA UNE

La Lituanie, comme ses nations sœurs baltes, la Lettonie et l’Estonie, est un beau pays dont l’histoire a été très dure et méconnue au cours du siècle dernier. En mai 1940, en vertu du pacte Ribbentrop-Molotov, les pays baltes ont été occupés par l’Union soviétique et annexés un mois plus tard.

Comme dans le reste des territoires occupés par l’URSS, l’appareil répressif soviétique lance une campagne d’élimination des prétendus « opposants politiques » et des milliers de citoyens baltes sont assassinés et déportés.

C’est ainsi que sont nés les premiers mouvements de partisans pour combattre l’occupation, les « frères de la forêt ». Après l’invasion allemande en juin 1941, beaucoup de ces partisans ont rejoint le nouvel occupant pour combattre les Soviétiques, tandis que d’autres sont restés dans les forêts.

La victoire de l’Armée rouge et la nouvelle occupation ont relancé le mouvement des partisans, qui est resté actif jusque dans les années 1950. L’URSS met en place un système de « soviétisation » des pays baltes avec des déportations beaucoup plus importantes que lors de la première occupation et l’arrivée de citoyens russes dans les pays baltes (selon le musée de l’occupation à Riga, 800 000 Russes se sont installés en Lettonie en 10 ans). Le nombre total de déportés entre 1944 et 1953 est estimé à plus d’un demi-million de personnes : 124 000 en Estonie, 136 000 en Lettonie et 245 000 en Lituanie.

Vingt mille Lituaniens, dont 5 000 enfants, devaient mourir des suites de ces déportations.

La semaine dernière, j’ai vu des photos du politicien lituanien Vytautas Sinica sur lesquelles apparaissait un vieil homme dans une maison à la campagne. Un homme simple priant devant des tombes.

J’ai demandé à Sinica qui était cet homme et il m’a répondu qu’il s’agissait d’une légende du mouvement partisan, Jonas Kadžionis, dont le surnom était « Bėda », ce qui signifie « Trouble », un nom très approprié au vu de son histoire. Kadžionis est né le 29 janvier 1928, il a 93 ans et est l’un des rares frères de la forêt encore en vie : « J’ai vécu si longtemps probablement parce que, comme le dit Monseigneur Svarinskas, Dieu n’a pas compté les années que j’ai passées dans le goulag ».

Jonas Kadžionis a rejoint les partisans le 25 mai 1948 après avoir été enrôlé par les autorités soviétiques. Ses parents avaient été déportés et il ne voulait pas servir dans l’armée d’occupation. Entre 1948 et 1949, il était membre du Mouvement lituanien de lutte pour la liberté dans l’entreprise Butageidis, dans le district d’Algimantas.

À partir du début du mois de novembre 1949 (lorsque les combats actifs de partisans dans la région ont cessé), il était le commandant de la compagnie Butageidis. Entre 1949 et 1953, Kadžionis était caché dans les bunkers de la forêt dans la région de Kavarskas-Dabužis-Traupis. Il y a rencontré sa femme, également partisane depuis mai 1948, M. Gedžiūnaitė-Kadžioniene-Sesute, et en 1953 leur fils est né. Le 22 mai 1953, tous deux furent capturés dans une embuscade près du village de Putriškiai et condamnés par le tribunal militaire balte le 12 septembre à 25 ans de prison chacun. Le 2 février, ils ont été déportés en Sibérie pour y purger leur peine.

Jonas et sa femme

Petras Plumpa, l’un de ses camarades de camp, a fait remarquer que Kadžionis aurait pu raccourcir son emprisonnement d’une décennie entière : « Il lui suffisait d’écrire un appel à la clémence et de se repentir de sa résistance à l’occupation soviétique, mais Jonas n’était pas prêt à mentir. Pour lui, la vérité était plus importante que la vie ». Après avoir refusé de demander la clémence et s’être repenti, Kadžionis a été envoyé à Kamyshlag (région d’Omsk, Sibérie) de 1954 à 1958, où il a travaillé dans une usine de bois. Le 1er février 1958, il est transféré à la construction d’une raffinerie de pétrole à Taishet où il reste jusqu’en novembre 1961, puis aux camps Dubravlag 11, 7 et 17 en Mordovie de 1961 à 1972, et au camp de l’Oural Kurchin 36 (Chiusovoy, région de Perm) de 1972 à 1978, où il travaille dans une scierie.

Kadžionis a toujours souligné qu’il a pu résister à l’emprisonnement grâce à la prière : « Les partisans ont fait un grand sacrifice pour la Lituanie et pour l’Église catholique. Qu’est-ce qui m’a donné la force ? La prière. Cette prière qui m’accompagne depuis que je suis bébé. Chaque jour, je voyais mes parents s’agenouiller pour prier, avant et après les repas. De même qu’on ne peut pas commencer une soupe sans cuillère, on ne peut pas manger sans prier. Parmi les prisonniers lituaniens, il y avait beaucoup de prêtres, ce qui, selon les mots du partisan, nous permettait de « mener une véritable vie religieuse ». Cela n’est pas passé inaperçu auprès des gardes du camp et ils ont séparé les prêtres (catholiques et orthodoxes) des autres prisonniers, « parce qu’ils étaient nuisibles pour le peuple ».

Les 25 années passées dans les camps soviétiques n’ont pas eu raison de son esprit, comme en témoigne son retour au pays, comme l’explique Eugenijus Peikštenis, directeur du Musée des victimes du génocide : « Après sa libération, Jonas a refusé de porter des vêtements civils et a parcouru la moitié de l’empire soviétique dans son uniforme de prisonnier. Lorsque les gardes ont tenté de s’y opposer, Jonas a répondu qu’il n’y avait aucune loi interdisant de voyager dans cet uniforme. Il a dit la même chose aux policiers qui ont essayé de l’arrêter à Moscou« . Cependant, à son retour en Lituanie, les autorités ne le laissent pas tranquille et le forcent à s’exiler en 1983 dans la région de Kaliningrad. Il n’a pu rentrer dans son pays qu’en 1989.

Sur la tombe de ses camarades

En 1998, Kadžionis a été promu au rang de lieutenant et a reçu plusieurs distinctions et commémorations. À l’été 2009, il a retrouvé l’emplacement de son ancien bunker dans la forêt de Dabužiai et l’a restauré. Il s’est également employé à localiser les restes de ses anciens compagnons d’armes tombés dans la forêt et a sculpté une croix pour chacun d’eux. L’année dernière, il a publié ses mémoires « Per skausmo pelkes » (À travers les marais de la douleur). Jonas Kadžionis reste un homme simple et humble, sous lequel habite l’esprit inébranlable d’un véritable héros : « Si nous chérissons l’honnêteté, la justice, l’amour et la vérité, nous atteindrons le bonheur personnel, nous ferons notre devoir envers Dieu et notre patrie, et nous acquerrons un gage de grâce avec lequel nous irons dans l’éternité. Que Dieu bénisse la Lituanie et son Église catholique ».

Source : el Correo de Espana (traduction breizh-info.com)

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Documentaire CNews : « Éric Zemmour, le dynamiteur »

Documentaire CNews : « Éric Zemmour, le dynamiteur » https://www.dailymotion.com/video/x8601lb Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de...

Dans les cités de Marseille avec Stéphane Ravier

Marseille, le Pastis, le vieux-port, la culture, la cuisine, la pétanque... Oui, mais pas que. Parce que Marseille c'est aussi...

2 Commentaires

  1. Merci à Breizh-info pour cet article.
    « Comme dans le reste des territoires occupés par l’URSS, l’appareil répressif soviétique lance une campagne d’élimination des prétendus « opposants politiques » et des milliers de citoyens baltes sont assassinés et déportés ».
    En France aussi, les communistes assassinent 120.000 « opposants politiques » entre juin 1944 et 1947.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés