Pourquoi Noël a été interdit en Écosse pendant quatre siècles – et comment cela a changé

Samedi, la grande majorité des Écossais ont célébré le jour de Noël. 

Mais l’histoire nous apprend que Noël n’a pas été célébré dans une large mesure en Écosse pendant des siècles et ce n’est qu’en 1958 que le jour de Noël est devenu un jour férié en Écosse. Le lendemain de Noël n’a obtenu le statut de jour férié qu’en 1974.

Alors, comment les Écossais fêtaient Noël autrefois ? La réponse est que, pendant très longtemps, ils ne l’ont pas fait.

COMMENT ET POURQUOI CELA S’EST-IL PRODUIT ?

En un mot, le presbytérianisme (le protestantisme) Jusqu’au milieu du XVIe siècle, Noël était célébré comme une fête dans le calendrier liturgique de l’Église catholique romaine, mais n’avait pas plus d’importance que de nombreuses autres fêtes et un peu moins que Pâques.

Avant la suprématie de l’Église, à la fin du premier millénaire, il existait une fête païenne celtique pour marquer le solstice d’hiver, mais nous ne connaissons ni son nom ni son déroulement exact, notamment parce que les Pictes, en particulier, n’en ont laissé aucune trace.

Après que les Vikings aient envahi le pays et y soient restés, ils ont apporté avec eux leur tradition festive païenne appelée « yule » et ce nom s’est répandu en Écosse comme le point de départ du solstice. Avec le temps, l’église chrétienne a fait de Noël une fête plus importante et nous savons que les Écossais ont pris l’habitude de la célébrer avec enthousiasme.

Yule était une fête qui durait plusieurs jours, avec des traditions remontant aux Vikings, comme brûler la bûche de Yule et s’embrasser sous le gui.

La fête de Noël était considérée comme une célébration de l’Église catholique. Après la Réforme de 1560, Noël a donc été rapidement dévalorisé et, sous la direction de John Knox (réformateur de l’Eglise écossaise), les célébrations de Noël ont été progressivement interdites.

Une loi du Parlement écossais de 1640 a en effet rendu la célébration de Noël illégale. Voici ce qu’il dit : « Ce royaume est maintenant purgé de toute observation superstitieuse des jours… En conséquence, lesdits estatis ont supprimé et suppriment purement et simplement ladite fête de Noël et toute observation de cette fête à l’avenir, et annulent tous les actes, statuts, mandats et ordonnances qui ont été accordés à un moment quelconque de l’histoire pour maintenir ladite fête de Noël (…) et constatent et déclarent que cette fête est éteinte, perdue et sans force ni effet à l’avenir. « 

La loi était strictement appliquée. Les gens sont traînés devant les tribunaux et il est même interdit aux boulangers de faire des tartes à la viande hachée. En bref, la répression de Noël est totale.

Des monarques comme James VI et I et Charles II ont tous essayé de remettre la célébration de Noël à l’ordre du jour, mais l’Église d’Écosse est restée impassible.

Les festivités ont été transférées au 1er janvier et au soir précédent, chose contre laquelle l’Eglise d’Ecosse ne pouvait rien faire.

Noël est resté un jour ouvrable pour la grande majorité des Écossais jusqu’au XXe siècle. C’était une question de classe – les classes moyennes adoptaient le Noël anglais à la Dickens, tandis que les ouvriers préféraient Hogmanay, le dernier jour de l’année.

Ce n’est pas l’esprit religieux, mais surtout l’aspect commercial de Noël qui a finalement amené son retour au premier plan en Ecosse, avec notamment à partir des années 1960, la télévision qui a joué un rôle énorme dans la « normalisation » de Noël pour les Écossais.

A noter qu’au Pays de Galles et en Angleterre, la fête de Noël a été abolie en 1647 par le Parlement puritain et remplacée par un jour de jeûne.

Pendant la dernière partie de la guerre civile anglaise et le règne subséquent d’Oliver Cromwell en tant que Lord Protector, le Pays de Galles et l’Angleterre sont gouvernés par un Parlement puritain. Les puritains voyaient Noël comme un festival catholique romain et n’aimaient pas le gaspillage, l’extravagance, le désordre, le péché et l’immoralité. Ils voulaient une observation beaucoup plus stricte des jours saints tels que Noël, Pâques et Whitsun. Malgré les protestations pro-Noël et les émeutes, l’interdiction est restée jusqu’à la restauration du roi Charles II en 1660.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. comme quoi les écolos et les wokes ne parviendront jamais à nous mettre au pas (de l’oie?) si on leur résiste; la reconquête est possible à coeur vaillant !

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS