Immigration. Expulsions des clandestins maghrébins : zéro pointé pour le gouvernement français

A LA UNE

Alors que l’immigration clandestine prend chaque jour plus d’ampleur, le gouvernement français a le plus grand mal à renvoyer dans leurs pays les clandestins maghrébins présents en France. A contrario, le gouvernement espagnol organise d’importantes reconduites d’Algériens en situation irrégulière.

L’immigration clandestine issue du Maghreb en France à un niveau très élevé 

Le directeur général de l’Office français de l’immigration et de l’intégration confiait en juin 2021 au micro de Sud Radio son inquiétude concernant l’immigration clandestine : « Les déplacements ont beaucoup repris depuis le 1er janvier, c’est ce qui préoccupe le gouvernement, (…) Les premières nationalités qui débarquent en Espagne (…) ce sont des d’abord des Maghrébins, et en particulier des Algériens. À partir de la Tunisie et de la Libye, en Italie, ce sont d‘abord des Tunisiens».

De fait, les clandestins maghrébins arrivés en Espagne et en Italie par la voie maritime figurent fréquemment parmi les nationalités les plus représentées :

Arrivées clandestines en Espagne par la mer au 30/09/2021

Arrivées clandestines en Italie par la mer au 30/11/2021

Algériens

7 644

1 438

Marocains

3 925

2 165

Tunisiens

279

15 055

Source : Operational data portal, UN HCR

Les douaniers et les associations humanitaires le constatent : les migrants maghrébins qui arrivent sur les côtes européennes continuent très souvent leur périple vers la France. La pression migratoire aux frontières françaises est tangible. Elle se traduit par une forte hausse du nombre d’interpellations et de refoulements à la frontière franco-italienne, par rapport à l’année 2020. A la frontière avec l’Espagne, les 31 213 refus d’entrée et les réadmissions prononcés en 2021 représentent une augmentation de 146% par rapport à la même période en 2020, selon le ministère de l’Intérieur.

Mais pour un migrant qui est refoulé, combien d’autres arrivent à passer ? Cette situation aboutit à la présence de clandestins de plus en plus en nombreux en France, particulièrement des Maghrébins. Leur nombre est ainsi estimé entre 600 000 et 700 000 par le ministre de l’intérieur.

« Reconduire effectivement tous les étrangers faisant l’objet d’une OQTF »

En octobre 2017, peu après l’assassinat de deux jeunes femmes par un Tunisien en situation irrégulière en gare Saint-Charles à Marseille, le président de la République fixait comme objectif de systématiser l’éloignement des clandestins présents sur le territoire. Mais le quinquennat d’Emmanuel Macron a été une longue suite de déclarations grandiloquentes souvent sans lendemain. Celle concernant les éloignements des étrangers en situation irrégulière en est une nouvelle illustration.

Alors que selon la commissaire européenne Ylva Johansson, près de 30% des personnes qui reçoivent dans l’Union européenne une décision administrative indiquant qu’ils doivent retourner dans leur pays d’origine le font volontairement ou de façon forcée, le taux des retours effectifs organisés par les autorités françaises était selon la DGEF en 2020 proche de 6 % !

Les chiffres catastrophiques des expulsions des clandestins maghrébins

Fin septembre 2021, le ministère de l’intérieur communiquait à l’AFP les chiffres des procédures d’expulsions enclenchées par les autorités à l’encontre des Maghrébins en situation irrégulière depuis le début de l’année. Ils ne sont pas mauvais, ils sont catastrophiques :

Sur les 7 premiers mois de l’année 2021, le nombre de retours forcés exécutés n’a concerné que 22 Algériens en situation irrégulière, contre 385 sur la même période de 2020 et 1 677 en 2019.

Le ratio entre le nombre d’Algériens sous Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF) et le nombre de personnes effectivement expulsées est tombé à 0,3% en 2021, contre 18% en 2019.

Le taux d’exécution des OQTF qui visent les Marocains en 2021 est également dérisoire – 2,4% – et n’a concerné que 80 personnes, soit deux fois moins qu’en 2020.

Même manque cruel d’efficacité concernant les éloignements de Tunisiens, dont le taux d’exécution des OQTF atteint péniblement 4% en 2021, alors qu’il était de 8% en 2020 et de 19% en 2019. Entre janvier et juillet 2021, seuls 131 Tunisiens ont été expulsés.

La riposte du gouvernement français critiquée par les médias français

Pour contraindre les gouvernements des pays du Maghreb à délivrer le précieux sésame – les laisser passer consulaires – permettant de renvoyer les clandestins dans leurs pays, le gouvernement français a décidé en octobre 2021 de réduire fortement le nombre de titres de séjour délivrés aux Maghrébins souhaitant venir en France. Force est de constater qu’à 4 mois de l’élection présidentielle, les résultats tardent à se concrétiser.

Le faible nombre d’expulsions : un problème maghrébin ou un problème français ?

Le faible nombre d’expulsions  de clandestins maghrébins est-il un problème franco-français ? Au regard de la politique du gouvernement espagnol en la matière, on peut effectivement se le demander.

En Espagne également, la situation appelle une réponse ferme : les arrivées clandestines par la mer y atteignaient en septembre 2021 27 136 depuis le début de l’année 2021, soit une hausse de 54% par rapport à 2020.

Le gouvernement espagnol a signé le 2 décembre 2020 un accord avec les autorités algériennes visant à faciliter les expulsions et les retours volontaires des clandestins algériens présents dans le pays.

A peine quelques jours plus tard, l’Espagne procédait à des dizaines d’expulsions de « Harragas » algériens. Le 23 décembre 2020, trois bateaux étaient affrétés pour organiser des expulsions.

Le 2 novembre 2021, un nouveau convoi d’une centaine de Harragas algériens était organisé, soit cinq fois plus que le nombre total d’Algériens expulsés de France entre janvier et juillet 2021 !

Et le rythme s’accélère, à fin novembre, les autorités espagnoles avaient renvoyé au moins 300 personnes en Algérie par ferries.

Discrétion et début prometteur dans le nombre de reconduites du côté espagnol, déclarations grandiloquentes et résultats dérisoires côté français. Rien de spécial.

Paul Tormenen

Livre Noir enquête sur le Grand remplacement…à Marseille

Crédit photo : Youtube Livre Noir

[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Nantes : Johanna Rolland de retour au bercail ?

Presse Océan a consacré ce samedi deux pages entières à Johanna Rolland, dont une consacrée à un entretien étroitement...

Quimper : un collectif « trans », des fesses et des réunions non-mixtes

Une affaire a secoué dernièrement le micro-microcosme transexuel de la ville de Quimper : fin 2021, un homme «...

1 COMMENTAIRE

  1. c’est la nouvelle traite ! ils importent les meilleurs, dépouillant l’afrique et le moyen orient de leurs jeunes, mais là s’arrête leurs grandes idées mondialistes

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés