Allemagne. Le ministre de l’Économie souhaite encourager l’immigration massive face à la pénurie de main-d’œuvre

Allemagne

Pour faire face à une pénurie de main-d’œuvre, l’Allemagne envisage d’avoir recours à une immigration massive afin de pourvoir les postes vacants, comme l’a récemment fait savoir son ministre écologiste de l’Économie et du Climat. D’ici 2030, ce sont près de 5 millions d’actifs qui pourraient venir à manquer à l’Allemagne. Et donc 5 millions d’immigrés supplémentaires à prévoir ?

390 000 postes à pourvoir en Allemagne

Le refrain est désormais bien connu en Europe occidentale. Pour faire face à la pénurie de main-d’œuvre, la seule solution envisagée par le gouvernement est le recours à l’immigration massive. C’est notamment le cas en Espagne où le gouvernement du socialiste Pedro Sanchez n’a pas fait mystère de ses intentions lors de la présentation, au mois de mai 2021, d’un rapport intitulé « Espagne 2050 ». Ce dernier préconisant d’accueillir en moyenne 250 000 immigrés chaque année en Espagne d’ici 2050 afin de limiter la baisse de la population en âge de travailler à 1,8 millions de personnes au cours de ces 30 prochaines années.

En Allemagne cette fois, c’est le nouveau ministre fédéral allemand de l’Économie et du Climat, Robert Habeck, qui a chanté les louanges de cette immigration massive lors d’une conférence de presse tenue le 11 janvier dernier. Cette folle politique migratoire serait justifiée selon lui par la nécessité de pourvoir les postes vacants afin de maintenir la productivité allemande à l’avenir et de ne pas compromettre le succès de la transition énergétique.

L’homme politique, membre des Verts allemands, a indiqué que le pays comptait actuellement 390 000 emplois n’ayant trouvé preneur.

Le ministre vert allemand veut augmenter l’immigration, dans tous les secteurs

Ce nombre de postes à pourvoir pourrait continuer d’augmenter dans le futur si l’on en croit le ministre allemand de l’Économie et du Climat : « Nous nous attendons à en compter jusqu’à un million et plus », a-t-il déclaré, tandis que, d’ores et déjà, « tous les secteurs se plaignent de manquer de personnel qualifié, de l’artisanat au tourisme en passant par les services et l’industrie ».

S’il n’exclut pas d’avoir recours à d’autres mesures telles que la promotion de la qualification et de la formation continue ou encore de permettre une meilleure compatibilité entre vie professionnelle et vie familiale pour les salariés allemands, Robert Habeck est cependant convaincu qu’il est également nécessaire de « remédier au problème en renforçant l’immigration, et ce dans tous les domaines, pour les ingénieurs, les artisans et le personnel soignant. Cela doit être organisé ».

Par ailleurs, selon une récente étude réalisée par l’Institut allemand d’études économiques (Deutsches Institut für Wirtschaftsforschung, DIW), le pays devrait perdre plus de 300 000 actifs au cours de cette année 2022 tandis que le nombre de travailleurs partants à la retraite sera supérieur à celui des jeunes arrivant sur le marché de l’emploi.

Allemagne : un déficit potentiel de 5 millions de travailleurs en 2030 ?

À plus long terme, les prévisions de l’institut sont encore plus inquiétantes pour l’Allemagne puisque le nombre d’emplois vacants estimés en 2029 pourrait dépasser les 650 000. Au total, c’est un déficit cumulé d’environ 5 millions de travailleurs qui pourraient venir à manquer en Allemagne d’ici 2030 dans un pays qui comptait près de 45 millions d’actifs en 2021.

Pour accélérer et faciliter davantage l’arrivée d’immigrés sur le marché du travail allemand, Robert Habeck a notamment expliqué que la coalition actuellement à la tête du gouvernement fédéral s’était engagée à permettre aux migrants disposant d’un statut de demandeur d’asile d’accéder au marché du travail régulier sous certaines conditions. Depuis le 1er janvier 2022, les personnes qui vivent en Allemagne depuis cinq ans sans jamais y avoir commis de délits, ont désormais la possibilité d’obtenir un permis de séjour d’un an en vue d’une régularisation ou d’une naturalisation. Une mesure par ailleurs largement contestée par l’opposition conservatrice, qui y voit un risque de renforcer l’immigration illégale.

En outre, l’Allemagne veut réformer son droit de l’immigration et introduire un système dénommé « carte des chances » comme deuxième pilier de la loi sur l’immigration économique. Cela devrait faciliter l’immigration pour les travailleurs qualifiés sur la base d’un système de points.

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/Heinrich Böll Stiftung) (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !