Gilles Lebreton, député européen du RN à Nantes : « Le véritable adversaire, c’est Macron »

Gilles Lebreton, député européen du Rassemblement national, était à Nantes le 23 janvier  pour la traditionnelle galette des rois et en soutien de Marine Le Pen à sa candidature  à l’élection présidentielle d’avril prochain.

Agrégé de droit public, docteur en droit et en philosophie. Gilles Lebreton a enseigné à l’université du Havre ou il a été doyen. Il est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages juridiques. Brestois d’origine, tête de liste dans la circonscription ouest  il a été élu au parlement européen  en  2014 et réélu en 2019. Membre de la commission des affaires juridiques et de la commission de l’agriculture, Il est l’auteur d’un rapport sur l’utilisation de l’intelligence artificielle dans les domaines militaires et régaliens qui a été adopté par le Parlement européen, le 20 janvier 2021, par 364 voix contre 274. 

Breizh info l’a interrogé.

Des difficultés pour les signatures 

Au sujet de la campagne présidentielle, celui-ci reconnaît les difficultés rencontrées par Marine Le Pen  dans la collecte des signatures des élus. Elles sont plus marquées qu’en 2017. Le RN a perdu l’an passé plus de 100 conseillers régionaux et 36 conseillers départementaux. Cette défaite est due selon Gilles Lebreton à la crise du COVID qui a amené l’électorat populaire à s’abstenir massivement.

Autre souci du RN, l’argent est le nerf d’une campagne électorale, or le parti  est très endetté et ne peut plus emprunter à des banques hors de l’Union européenne. Le député européen regrette que le projet de François Bayrou d’une « banque de la démocratie » n’ait pas vu le jour. C’était pourtant une des conditions de son ralliement à Macron . Marine Le Pen se voit donc obligée de faire une campagne de terrain en renonçant à tous ses grands meetings comme à Nantes en 2017.

« Marine habite de plus en plus la fonction présidentielle »

Mais le principal objectif de la candidate du mouvement national est de démontrer qu’elle est crédible et capable de gouverner : « Marine habite de plus en plus la fonction présidentielle ». Selon Gilles Lebreton La campagne se déroule bien, l’accueil dans tous ses déplacements est excellent. Son équipe est prête et compétente : « On n’a jamais été aussi techniquement bon ». Il en veut pour preuve que le texte juridique du référendum sur l’immigration, une des premières mesures de Marine Le Pen si elle est élue, est totalement prêt.

La percée de Zemmour ? Grâce«  à un langage provocateur »

A propos de la candidature d’Eric Zemmour, l’élu européen reconnait sa « percée  sondagière due à un langage provocateur », mais il est en net recul : « trop nouveau en politique, son programme n’est ni précis ni crédible ». Si Zemmour est «  un bon polémiste  (…) on ne peut pas s’improviser homme politique en  sortant du bois au dernier moment ». Le candidat est très mal entouré, par « une équipe de bric et de broc ». Pour l’illustrer Gilles Lebreton cite deux débats récents aux quels devaient participer les représentants des principaux candidats, l’un sur l’enseignement supérieur et l’autre sur la recherche scientifique. Dans le premier débat, le porte-parole de Zemmour  hors sujet, ne connaissait rien au dossier, dans le second  il préféra jeter l’éponge.

Insistant sur la crédibilité acquise par les députés du RN au sein du groupe Identité et Démocratie au parlement de Strasbourg, Gilles Lebreton craint que « Zébulon ne nous ridiculise sur la scène internationale » (sic) !

« le véritable adversaire c’est Macron »

En dépit de ces vives critiques, le député « mariniste » reconnait néanmoins « qu’il faudra le ménager »  en ajoutant  que  « le véritable adversaire c’est Macron » et que Zemmour  « ne pourra pas faire autre chose que d’appeler à voter Marine au second tour ».

Questionné sur la défection récente de Jérôme Rivière et Gilbert Collard, deux députés  de son groupe au parlement européen,  Gilles Lebreton affirme que le premier n’a aucun poids politique, ce qui n’est pas le cas du second. « Collard est un ami, un remarquable orateur, mais un électron libre ». Et quand on lui fait remarquer que Marine Le Pen vient de traiter les deux dissidents de «  prêcheurs de guerre de religion et de guerre civile »,  il précise : « Je n’attaquerai pas Collard ». Quant aux rumeurs de défections d’autres élus RN comme Nicolas Bay, Virginie Joron ou le sénateur Stéphane Ravier ce ne sont que des « mensonges ».

Sur la récente prise de position de Marine Le Pen acceptant désormais la bi-nationalité, Gilles Lebreton est moins catégorique, il reconnait qu’elle « se recentre » sur une question où le choix entre deux pays place des individus dans une situation terrible et où les considérations humaines doivent l’emporter.

Pour Gilles Lebreton, les 10 et 24 avril prochains verront s’opposer les « nationaux » derrière Marine Le Pen et les « européistes » d’Emmanuel Macron. Certains sondages actuels semblent lui donner raison, mais rien n’est encore joué.

Crédit photo : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

ARTICLES LIÉS

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

Une réponse

  1. quel culot d’insinuer que zemmour est nul parce qu’un de ses supporteurs n’a pas su répondre à une question de la manière dont vous souhaitiez !

Les commentaires sont fermés.

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !