Mamans louves. 35 000 mères de famille dénoncent la tyrannie sanitaire à l’école

Le mouvement des Mamans Louves est né en 2021 face à l’urgence de considérer la souffrance de tous les enfants de France plongés dans une détresse psychologique alarmante. Ce mouvement représente 35 000 mères de famille qui dénoncent les ravages du protocole sanitaire dans les établissements scolaires, qui s’avère excessif.

Etayant également ce constat, de nombreux professionnels de santé se sont exprimés au travers des médias pour alerter des préjudices subis par nos enfants : les services pédopsychiatriques sont engorgés et ne sont pas en mesure de prendre tous ces jeunes patients en charge.

Le 4 novembre dernier, les Mamans Louves sont donc allées interpeller directement le Président de la République à l’Élysée pour lui demander un débat public pour nos enfants, interpellation restée sans suite.

Aujourd’hui, elles dressent un constat limpide :

« Depuis le début de la crise et la promulgation des protocoles en milieu scolaire, 18 mois se sont écoulés. Alors que les enfants de France subissent de plein fouet le durcissement des mesures sanitaires draconiennes et au cœur de la campagne présidentielle, nous avons demandé aux décisionnaires de notre pays de prendre en compte nos alertes. Elles sont au nombre de quatre :

  • Préserver les mineurs du pass vaccinal et de rétablir « l’autorité parentale » pour les adolescents de 12 à 17 ans, qui est à ce jour divisée avec l’autorisation d’un seul parent pour vacciner l’enfant. 
  • Supprimer l’obligation du port du masque des enfants en école primaire les effets délétères étant Largement constatés 
  • Demander aux autres élèves de produire un test salivaire uniquement à la suite de la survenue de trois cas confirmés dans le premier degré. 
  • Ne pas instaurer de pass sanitaire pour les enfants de 5 à 11 ans »

Et le collectif de poursuivre : « les écoles ne sont pas censées être soumises au pass, et il apparaît clair avec le nouveau protocole que son accès est pourtant conditionné à la production de tests. Ce qui équivaut à avoir un pass déguisé. Les enfants étant déjà en grande détresse psychologique, subissent encore des règles qui les poussent vers le précipice. Les statistiques actuelles montrent une augmentation significative des tentatives de suicide et passages à l’acte, avec des services pedopsychiatriques incapables de prendre en charge les enfants et adolescents. Notre société aurait-elle définitivement perdu la raison? Nous appelons chaque citoyen, responsable des enfants de près ou de loin, à se remettre en question et agir pour qu’enfin les enfants soient préservés de ce que l’on peut qualifier de folie. Il est temps de réaliser que nous courrons droit dans le mur, et qu’il est donc de la responsabilité de chacun de s’opposer à l’application de ces mesures mécaniques. Et nous demandons à toutes les associations qui œuvrent pour la santé des enfants, aux parents et enseignants de se dresser contre ces mesures. Pour ce faire, contactez-nous »

Aujourd’hui, L’Union pour la santé des enfants regroupant :

  • l’association Mamans Louves
  • l’association Enfance &Libertés
  • l’association Ensemble pour l’Education de la Petite Enfance, le Collectif de santé Pédiatrique
  • le Collectif National des Orthophonistes
  • le Collectif des Psychologues Conscience Santé Liberté
  • Marie Estelle Dupont Psychologue clinicienne, spécialisée en psychopathologie, neuropsychologie, psychosomatique , et qui représente environ 300 000 parents sur tous les territoires de France
  • plus de 200 praticiens, psychologues, pédopsychiatres, pédiatres, orthophonistes alerte en réaction aux nouvelles dispositions en vigueur dans le cadre du pass vaccinal.

Pour contacter le collectif, c’est ici

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. j’ai 75 ans, mais je sais qu’en israel, aux usa, en chine et dans de nombreux pays ils testent avec avec l’écouvillon dans la bouche ! ce qui au moins n’est pas brutal et douloureux
    de plus ils demandent aux parents de le faire, comme si le mettre dans le nez et trifouiller n’est pas un geste anodin !
    ils sont vraiment fous ! surtout qu’avec le variant omicron les enfants ne risquent rien
    combien ces tests valent ils ? équiper les salles de classes d’ aérateurs d’air serait plus logique, non?

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !