Canada. Justin Trudeau invoque une loi permettant de bloquer les comptes bancaires des manifestants

Canada

Au Canada, face a la poursuite des blocages des camionneurs à Ottawa contre les mesures sanitaires, le gouvernement de Justin Trudeau vient d’invoquer une loi d’exception permettant notamment de suspendre les comptes bancaires des manifestants.

Une loi d’exception invoquée au Canada contre les blocages

Tandis que le conflit entre les autorités canadiennes et les camionneurs opposés à l’obligation vaccinale (pour franchir la frontière entre le Canada et les États-Unis) perdure depuis 15 jours, le Premier ministre Justin Trudeau a décidé de recourir le 14 février à une loi d’exception dans l’optique de mettre fin au blocage de la ville d’Ottawa débuté le 29 janvier dernier ainsi que ceux des postes frontières en Alberta et au Manitoba.

Cette loi « sur les mesures d’urgence », invoquée pour la première fois par le gouvernement fédéral canadien depuis son adoption en 1988, a pour objectif d’octroyer davantage de pouvoirs aux policiers. Lesquels seront en mesure d’infliger des amendes aux camionneurs bloquant les rues mais aussi d’emprisonner certains manifestants bloquant des sites stratégiques. Le dispositif législatif permet par ailleurs la saisie des biens des opposants sur simple décret.

En clair, après avoir perdu la main durant quelques jours face à la détermination de la mobilisation, Justin Trudeau lance donc une vaste opération de répression. « On ne limite pas la liberté d’expression ni le droit de manifester pacifiquement. Ce qu’on veut, c’est assurer la sécurité des Canadiens, protéger les emplois et rétablir la confiance dans nos institutions », a-t-il tenté de justifier. En affirmant par ailleurs que « cette loi sera limitée dans le temps, géographiquement ciblée et proportionnelle aux menaces contre la sécurité du Canada. »

Près de 400 camions toujours mobilisés à Ottawa

En parallèle, il faut préciser que la mobilisation initiale des camionneurs contre l’obligation vaccinale a progressivement drainé un public beaucoup plus large, hostile à l’ensemble des mesures sanitaires et rejetant plus globalement le gouvernement Trudeau.

Toutefois, la décision du Premier ministre d’invoquer la loi « sur les mesures d’urgence » est sujet à polémique y compris chez certains responsables politiques du pays puisque plusieurs Premiers ministres provinciaux ont exprimé leur opposition à la disposition avant même la prise de parole de Justin Trudeau.

De son côté, le Premier ministre de la province de l’Ontario (où est située Ottawa) a fait savoir le 14 février que la quasi-totalité des mesures sanitaires seraient prochainement levées, y compris le passeport vaccinal. Une décision à laquelle les quelques 400 camions bloquant encore la ville ne sont probablement pas étrangers… Cependant, depuis l’instauration de l’état d’urgence au Canada, les camionneurs sont susceptibles d’être sanctionnés par une amende pouvant atteindre 100 000 dollars canadiens (69 500 euros) et par une peine d’un an de prison.

Des manifestants présentés comme des terroristes, leurs comptes bancaires ciblés

Mais ce renforcement des pouvoirs des policiers canadiens contre ces blocages anti-mesures sanitaires jugés comme « illégaux » par Justin Trudeau n’est pas la seule arme déployée par le gouvernement fédéral canadien. En effet, ce dernier confère désormais aux autorités la possibilité de geler les comptes bancaires associés aux « blocages illégaux ».
À ce sujet, le ministre canadien des Finances Chrystia Freeland a déclaré : « Si votre camion est utilisé dans ces blocages, vos comptes d’entreprise seront gelés. L’assurance de votre véhicule sera suspendue. » Ainsi, ces mesures d’urgence peuvent enfreindre toute une liste de droits fondamentaux des citoyens canadiens.

Le gouvernement fédéral compte aussi contrôler les plateformes de financement participatif afin d’endiguer le soutien financier dont bénéficient les manifestants. Pour cela, ces plateformes et les services de paiement qu’elles utilisent doivent désormais se soumettre à la « Loi sur le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes ».

D’autre part, la loi « sur les mesures d’urgence » permet désormais aux banques canadiennes de suspendre immédiatement les comptes personnels et corporatifs et geler les fonds de toute personne ou entreprise qu’elles suspectent d’appuyer le convoi et ce, en se passant de l’accord d’un juge.

Une répression accrue sur le plan financier qui a conduit les camionneurs canadiens et leurs soutiens à se tourner vers les cryptomonnaies afin d’échapper au contrôle bancaire. Jusqu’à quand ?

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. C’est l’illustration d’une constatation que je fais depuis longtemps : avec la numérisation, on n’a plus aucun moyen de s’opposer et d’échapper au contrôle. Vous n’êtes pas d’accord avec le gouvernement, vous ne pouvez même plus suspendre le paiement de l’impôt puisqu’il est prélevé directement sur vos salaires. Vous ne pouvez plus vivre sans compte bancaire puisque les salaires sont obligatoirement virés sur un compte et non plus payé en liquide.
    L’étape ultime est de supprimer l’argent papier pour avoir le contrôle total.
    REVEILLONS NOUS !

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !