Alsace : le Oui à la renaissance de l’Alsace l’emporte à 92,4% !

La « consultation citoyenne » organisée la Collectivité Européenne d’Alsace (CEA) a rassemblé 168456 personnes. (Petit) succès d’estime (13% du corps électoral seulement a participé au scrutin), cette consultation permettait aux habitants de l’Alsace de donner leur avis en ligne, par courrier ou en déposant un bulletin en main propre, notamment au siège de la CEA à Strasbourg, sur l’avenir de leur région. En jeu : le maintien ou non des deux départements alsaciens dans le très anonyme et technocratique « Grand-Est » créé par François Hollande.

Le résultat annoncé ce matin est sans appel : 92,4% de Oui au retour de la région Alsace et la sortie du Grand Est. Le vote avait été lancé le 20 décembre et s’est terminé le 15 février. Les votants devaient cocher la case oui ou non à la question « L’Alsace doit-elle sortir du Grand Est pour redevenir une région à part entière ? »

« L’Alsace veut redevenir une région à part entière, a réagi Frédéric Bierry, président de la CEA. L’Alsace VA redevenir une région à part entière. Le résultat est sans appel, ce 21 février est historique. » « Ce succès nous engage. Il nous oblige. Il m’oblige personnellement. Il oblige aussi tous les élus locaux, la représentation nationale et les autres institutions à répondre positivement aux Alsaciens. » Le président du CEA appellant, en conclusion, à fermer la parenthèse du Grand Est ».

Les gauchistes de EELV, quant à eux, minimisent la porté du scrutin et parlent même de « mascarade », on croit rêver !

Anne Tenenbaum pour Agir n’est pas du même avis :

De même que le macronien Charles Sitzenstuhl :

Le député Modem Bruno Fuchs salue « une expression démocratique vivace » :

Les autonomistes d’Unser Land, quant à eux, célèbrent le « ras de marée » :

Voici le communiqué d’Unser Land à ce sujet :

Faute de référendum, après quatre sondages (CSA en mai 2017, IFOP en février 2018, février 2019 et novembre 2021), la récente consultation organisée par la Communauté Européenne d’Alsace vient confirmer, une nouvelle fois, de façon éclatante (92%) la volonté inébranlable des Alsaciens de sortir de la région Grand Est et de retrouver leur pleine et entière autonomie régionale.

La forte participation donne à cette consultation une légitimité politique incontestable. Le nombre de votants (168.000) correspond en effet à 13% des électeurs inscrits sur liste électorales (1,297 millions). Rapportée à la population concernée, cette consultation a bien plus mobilisé les électeurs que les différentes primaires à l’élection présidentielle organisées récemment (*).

« De par leur histoire, les Alsaciens ont développé un esprit de résistance relativement peu démonstratif mais particulièrement tenace. Nous en avons une nouvelle illustration. Le message envoyé par les Alsaciens aux candidats à l’élection présidentielle est clair : si la France est une démocratie, l’Alsace doit sortir maintenant du Grand Est » déclare Jean-Georges Trouillet, président du mouvement alsacien Unser Land.

« Unser Land a été le seul parti politique en Alsace à s’être engagé pleinement en faveur de cette consultation. Nous sommes reconnaissants envers nos concitoyens et fiers d’avoir contribué à cette victoire démocratique » déclare Laurent Roth, porte-parole du mouvement. Les autres partis sont en effet restés muets – comme les Républicains par exemple – tandis que d’autres se sont montrés carrément hostiles, comme à gauche et à l’extrême-droite. Ainsi, le Rassemblement National s’est virulemment opposé à la tenue de cette consultation.

« Au Rassemblement National, la démocratie, ça n’a jamais été leur truc, et l’Alsace encore moins. Que ce soit lors du référendum de 2013, lors de la loi Molac sur les langues régionales et maintenant lors de cette consultation sur la sortie du Grand Est, ce parti s’est toujours positionné en ennemi du peuple alsacien. Ses représentants locaux, comme M. Zimmermann, ne sont que les marionnettes de Marine Le Pen et de son parti jacobin ».

Aucune réaction de la part du RN ou de Reconquête à l’heure où nous écrivons ces lignes par contre.

Le scrutin organisé par la CEA était uniquement consultatif et n’a aucune valeur juridique et contraignante.

Crédit photo :

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 réponses

  1. Que l’Alsace sorte de la « région » Grand-Est, que la Corse obtienne son autonomie, que la Bretagne soit réunifiée, ce sont des étapes essentielles pour la reconnaissance de leurs peuples et la défense de leurs cultures, cela ne peut que bénéficier à l’ensemble des peuples de France.

  2. le droit des peuples à dispose d’eux même:
    la sarre dans les années 1950, du kosovo du sud soudan, de l’algérie, du dombas aujourd’hui

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS