Energie. Du gaz de schiste américain est arrivé ce matin en Bretagne, à Saint-Nazaire

Du gaz de schiste américain est arrivé ce mercredi 2 mars 2022 au matin en Bretagne via le port de Saint-Nazaire.

Fabien Roussel, candidat du PCF à l’élection présidentielle a donc raison lorsqu’il affirme que les Etats-Unis profitent de la situation en Europe pour pousser leurs exportations de gaz liquéfié vers la France.

Selon nos sources sur place, à Saint-Nazaire, il ne s’agit pas du premier méthanier à arriver sur le port, pour le gaz de schiste. Jusqu’à mardi prochain, 3 autres méthaniers sont en prévision : 1 russe et 2 à venir des Etats-Unis.

Sur le site France TV Info on peut lire que « le gaz liquéfié américain ne représentait en 2020 que 5,5% du gaz importé par la France, contre 17% venant de Russie, et 36% de Norvège. Mais les Etats-Unis espèrent augmenter leurs exportations vers l’Europe, à la faveur des évènements en Ukraine. Washington n’a jamais apprécié la construction du gazoduc NordStream qui apporte une grande partie du gaz russe à l’Europe sous la mer Baltique. »

Le contrat Mustang d’Engie

L’Organisation Non-Gouvernementale Les Amis de la Terre a sonné l’alerte au début du mois de décembre 2021. La structure affirme qu’Engie a signé « en secret » le 23 juillet dernier un contrat baptisé « Mustang » avec l’entreprise américaine Cheniere. Ce document prévoit entre autres l’achat d’une centaine de cargos de gaz liquéfié (GNL) entre 2021 et 2032. Selon une enquête du Monde, le montant de la transaction est estimé à 1,896 milliard de dollars (soit plus de plus de 1,6 milliard d’euros).
« Ce contrat discret a été validé en comité exécutif par la direction d’Engie sans passer par le conseil d’administration du groupe. Conséquences : l’État, qui est le principal actionnaire du groupe et qui détient 23,6% des parts d’Engie, n’a pas été informé de la signature de ce contrat. Le fournisseur français d’énergie affirme pour autant avoir suivi « les règles usuelles internes du groupe en matière d’approbation d’un contrat de cette taille ». L’entreprise estime par ailleurs que « ce contrat représente 2 % des volumes projetés de gaz servis par Engie à l’horizon 2030 ». indique la Dépêche.

Le gaz de schiste, kesako ?

Le gaz de schiste, également appelé gaz de roche-mère  est un gaz naturel contenu dans des roches marneuses ou argileuses riches en matières organiques, roches qui peuvent avoir une structure litée de schiste. Contrairement au gaz naturel conventionnel qui est retenu dans une roche perméable permettant une exploitation facile, le gaz de schiste est piégé dans les porosités d’une roche rendue imperméable par l’argile qu’elle contient. L’extraction du gaz de schiste, particulièrement difficile, nécessite le recours systématique aux techniques combinées du forage dirigé et de la fracturation hydraulique à grands volumes particulièrement coûteuses. Les roches-réservoir contenant du gaz de schiste peuvent aussi contenir de l’huile de schiste (pétrole), mais dans des proportions beaucoup plus faibles.

Selon une évaluation de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) la France et la Pologne seraient les pays européens aux ressources en gaz de schiste les plus importantes.

C’est en 2011 que la France a interdit la fracturation hydraulique, le procédé qui permet d’extraire du gaz de schiste : « L’exploration et l’exploitation des mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux par des forages suivis de fracturation hydraulique de la roche sont interdites sur le territoire national »atteste le texte de loi du 13 juillet 2011.
Pour autant, la législation n’interdit pas d’importer ce gaz sur le territoire national, même s’il est collecté par fracturation hydraulique

Interdiction d’exploiter donc…mais pas d’importer et de se soumettre donc à d’autres puissances qui ne se privent pas pour exploiter leurs propres sols…

Pendant que les Européens risquent un retour de bâton sévère suite aux sanctions prises contre la Russie (si les Français savaient quelles vont être les conséquences de ces sanctions sur leur niveau de vie, des millions de Gilets jaunes occuperaient les villes du pays dans les 24h), les Américains eux, semblent se frotter les mains de la situation en Europe de l’Est. Ils ont, comme la plupart du temps dans leur courte histoire, tout à gagner d’un conflit majeur et durable hors de leurs bases, pour s’enrichir sur le dos des autres.

Crédit photo : breizh-info.com

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

0 réponse

  1. Les états-uniens profitent de la situation ??? Vous ne pensez pas plutôt qu’ils auraient un petit peu poussé à créer cette situation afin d’accentuer leur vente de gaz , et autres , à l’Europe ? Ce ne serait pas un coup d’essai pour eux !!! Reprenons tous en choeur la doctrine de Monroe 1823 modifiée 2022 !!!

  2. interdit de fracturer en france mais l’importation est autorisée
    comme pour les ogm, interdiction de le faire en france mais autorisation d’importer !
    encore une fois les américains sont favorisés
    les ukrainiens pouvaient bombarder le dombass pendant des années sans que les hypocrites de l’ue s’en émeuvent

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !