Immigration. Éric Zemmour veut créer un ministère de la Remigration, Marine Le Pen juge le concept « antirépublicain » [Vidéo]

Zemmour

Dans l’objectif d’arrêter « l’immigration illégale et immigration légale », Éric Zemmour a annoncé la création d’un ministère de la Remigration. Une proposition forte à quelques encablures du premier tour. Que Marine Le Pen a dénoncé en jugeant le concept comme étant « antirépublicain »

Ministère de la Remigration d’Éric Zemmour : quelles mesures concrètes ?

Lundi 21 mars sur le plateau de M6, Éric Zemmour, candidat de Reconquête ! à l’élection présidentielle a évoqué sa volonté de créer un « ministère de la Remigration » en cas d’accession à l’Élysée. Une nouvelle entité qui servira donc à réaliser « l’expulsion des étrangers dont ne veut plus » explique l’ancien polémiste de CNews. Et qui sera dotée pour cela « des moyens, des charters à dispositions ».

Pour Éric Zemmour, une fois arrivé au pouvoir, il n’y aura pas de temps à perdre : « On fera des vols collectifs. Dès que je serai élu, j’irai au Maroc, au Maghreb pour voir avec les dirigeants comment on peut organiser cela », a-t-il annoncé.

L’objectif de la mise en place ce nouveau ministère est d’arrêter « l’immigration illégale et l’immigration légale ». À cette fin, le candidat envisage de rétablir « le délit de clandestinité, qui n’existe plus depuis 2012 » et d’expulser « les délinquants, les criminels, les fichés S. », c’est-à-dire « tous les gens dont on ne veut plus ».

En termes chiffrés, les choses sont claires là aussi. Après avoir appelé qu’Emmanuel Macron « a fait rentrer deux millions d’étrangers en cinq ans », Éric Zemmour annonce vouloir « en faire sortir un million ».

Pour Marine Le Pen, un concept « injuste » et « antirépublicain »

Suite à cette annonce d’Éric Zemmour, les cris d’orfraie de la presse mainstream et de plusieurs responsables politiques, y compris « de droite », n’ont pas tardé à se faire entendre au sujet de ce futur ministère de la Remigration.

Toutefois, comme l’a rappelé l’équipe de campagne du candidat Reconquête !, un sondage CSA réalisé au mois de septembre 2021 avait rapporté que 88 % des Français se déclaraient alors en faveur de l’expulsion des étrangers condamnés, une fois leur peine purgée dans l’Hexagone. À l’époque, tandis que le parti politique d’Éric Zemmour n’avait pas encore été créé, 96% des sympathisants du Rassemblement national (RN) et des Républicains (LR) approuvaient la mesure.

Pourtant, invitée de l’émission La France dans les Yeux sur BFMTV le 22 mars, Marine Le Pen a qualifié la remigration de « concept profondément injuste ». « Je sais très bien d’où vient ce concept », a-t-elle ajouté. « C’est un concept qui a été créé par quelqu’un qui s’appelle Jean-Yves Le Gallou. L’idée qu’il prônait était de supprimer la nationalité française à des gens qui l’avaient déjà obtenue. Soit par naturalisation, soit en vertu du droit du sol ». Et ce, « de manière globale et générale. Nonobstant le comportement individuel de chacun, qui peut entraîner la déchéance de nationalité qui peut être parfaitement justifiée. »

Ayant visiblement décidé de jouer la carte de la « dédiabolisation » jusqu’au bout, Marine Le Pen a estimé que le concept de remigration était « surtout totalement antirépublicain ».

Des déclarations qui n’ont d’ailleurs pas manqué de faire réagir Jean-Yves Le Gallou, que nos lecteurs connaissent bien. Lequel a apporté quelques précisions sur Twitter :

Le créateur de la Fondation Polémia a ainsi relevé une ressemblance avec d’autres candidats : à l’instar de Valérie Pécresse et d’Emmanuel Macron, Marine Le Pen, « en dénonçant la remigration […] avoue qu’elle renonce à l’inversion des flux, c’est-à-dire qu’elle accepte la poursuite du Grand Remplacement ».

Un positionnement gagnant auprès des électeurs ? Réponse dans les urnes le 10 avril prochain.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

6 réponses

  1. la gauchiasse MLP change d’avis comme de culotte au gré des injonctions marxistes et n’a aucune fiabilité

      1. Dupont-Aignan et son rallié Philippot stagnent à 2 % dans les sondages. Même s’il se tasse, ces mêmes sondages accordent toujours 10 % ou plus à Zemmour, qui serait certainement beaucoup plus haut sans ses erreurs de communication que j’ai du mal à comprendre comme par exemple le refus de l’accueil des réfugiés ukrainiens.
        Mais il est incontestable que Dupont-Aignan ne bénéficie pas de la couverture médiatique accordée à Eric Zemmour.

      2. à JTL29
        Merci pour votre réponse que je je prends telle quelle sauf une réserve : les sondages ne remplacent pas le vote lui-même réalisé le jour J (et des surprises peuvent survenir, ce qui a déjà été vérifié) ; en outre, les sondages n’évaluent pas le taux de ceux qui ne veulent pas répondre et qui se décident au dernier moment (et cela s’est déjà vérifié lorsque le vote intervient).

  2. Éric Zemmour a raison de vouloir créer un ministère de la remigration qui serait responsable du retour vers leurs pays d’origine des immigrés déclarés indésirables sur le territoire français. C’est bien le seul candidat qui a des convictions crédibles dans ce domaine.
    Quant à Marine Le Pen, elle est de plus en plus décevante et n’a ni le talent de son père, ni les capacités intellectuelles qui seraient nécessaires pour gagner le débat d’avant second tour face à un Macron peut-être qualifié un peu rapidement de « foutriquet » par Onfray.
    Pourtant cette fois-ci, ce débat devrait être plus facile pour les opposants car le bilan de ce « foutriquet » est catastrophique dans beaucoup de domaines et pas seulement l’immigration incontrôlée et l’insécurité grandissante mais également le déficit inquiétant du commerce extérieur, l’augmentation au-delà du supportable de la dette des français, etc.

  3. zemmour est donc un facho, un néonazi, une réincarnation des heures les plus sombres de notre histoire etc. se souvenir de ce qu’ils disaient sur mlp et recopiez ! les français ont la mémoire courte, pas moi ! je voterai pour le discours le plus ferme sans renonciations pour faire plaisir à tel ou tel qui d’ailleurs votera macron au 2è tour

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS