Frédéric Lemoine – Valérie Pécresse : l’axe Dinard-Versailles a foiré

On ne peut pas dire que Valérie Pécresse, la présidente du conseil régional d’Ile-de-France soit sur le point de s’installer à l’Elysée ; c’est ce que montre les sondages portant sur les intentions de vote : 10 %, c’est-à-dire la cinquième place après Emmanuel Macron (28,5 %), Marine Le Pen (17,5 %), Jean-Luc Mélenchon (14,5 %), Eric Zemmour (11 %), d’après l’institut Ipsos (Aujourd’hui en France, dimanche 27 mars 2022). Pourtant Pécresse proclame : « La vraie droite, c’est moi » (Le Figaro, lundi 28 mars 2022). « Lorsqu’on demande à Valérie Pécresse quelle est la différence entre son programme et celui de François Fillon en 2017, la candidate rétorque : « Je fais les réformes que la droite voulait faire, mais j’essaie de les rendre désirables. » Mission ratée, à en croire les commentaires peu amènes qui fusaient en off dans son camp, le 14 mars, après la présentation de son projet : « Trop techno, pas assez d’âme. » « Pourquoi n’utilise-t-elle pas des mots qui parlent aux gens ? » Le programme est pourtant ficelé. Chapeauté par Frédéric Lemoine, il fut même l’un des premiers à être publiés et chiffrés. Mais sa formulation trop technique peine à capter l’attention. » (L’Obs, 17 mars 2022)

Frédéric Lemoine, un pur produit du Système

« Breton par alliance », Frédéric Lemoine s’est enraciné à Dinard, où il passe ses vacances depuis trente ans. En 2018, ce haut fonctionnaire (HEC, ENA, inspection des finances, cabinets ministériels, secrétaire général adjoint de la présidence de la République entre mai 2002 et juin 2004) rejoint le mouvement de la présidente de la région Ile-de-France Libres ! « Et quand Valérie Pécresse décide de se présenter à l’élection présidentielle, elle fait appel à lui pour coordonner la dizaine de groupes de travail thématiques et les 70 contributeurs de sa campagne. « J’ai passé mes vacances enfermé dans ma maison de Dinard pour aboutir à un programme entièrement chiffré. Nous nous accordons une grande confiance. Elle sait que je veux aussi défendre un programme et pas seulement pour gagner mais pour être mis en œuvre. » (Le Télégramme, mercredi 15 décembre 2021)

C’est également un homme d’affaires : « directeur financier chez Capgemini (1998-2002), puis consultant chez McKinsey, président du conseil de surveillance d’Areva, passé par Générale de santé et Groupama… Avant d’être nommé en 2009 président du directoire du groupe Wendel, qu’il quittera en 2017 après avoir redressé les comptes du holding. » (Le Journal du dimanche, 13 février 2022). Comme il a une « exigence morale » (sic), depuis son départ de Wendel, Lemoine a décidé de « consacrer la moitié de son temps à des activités d’intérêt général » et l’autre à sa société d’investissement, Allegro Cantabile. Il s’est donc engagé comme trésorier pour l’ONG Alima, spécialisée dans l’aide médicale d’urgence en Afrique (d’après Le Journal du dimanche, 13 février 2022)

Conseiller municipal d’opposition, ce n’est pas une vie

Les électeurs dinardais n’ont pas su reconnaître les immenses mérites du sieur Lemoine capable de faire « en même temps » du fric et d’œuvrer dans l’humanitaire ; on l’a vu lors des élections municipales de juin 2020. Il figure en cinquième position sur la liste « Dinard naturellement » (Christian Poutriquet) ; cette liste patronnée par le maire sortant Jean-Claude Mahé termine le premier tour en tête (1726 voix, 39,50 %). Mais le second tour lui est fatal : seulement 1916 voix (40,17 %), alors que le vainqueur (Arnaud Salmon) passe de 1254 voix (28,70 %) à 2015 (42,24 %) en une semaine. La messe est dite, Frédéric Lemoine devient conseiller municipal d’opposition ; situation peu glorieuse pour un énarque.

En cas de victoire de Mme Pécresse, il se serait bien vu ministre. Interrogé sur ce point, il répondait il y a deux mois : « Ce n’est pas du tout le moment de se projeter. Mais quand je peux être utile quelque part, je le fais. » (Le Journal du dimanche, 13 février 2022) A cette époque, la candidate de la droite était en bonne santé dans les intentions de vote : 15,5 % (Ipsos, Le Monde, dimanche 23-lundi 24 janvier 2022) ; ce qui change tout.

N’étant pas capable de gagner les élections municipales à Dinard, on voit mal comment Frédéric Lemoine peut permettre à Valérie Pécresse de remporter l’élection présidentielle. Mais l’important est de continuer à faire du « business » !

Crédit photo : DR (Facebook Valérie Pécresse)

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. Le maire de Saint Malo a annoncé qu’il votait pour Madame Pecresse.Donc report de voix prévisible au 2ème tour.
    Encore des constructions supprimant la plage des Nielles, des immeubles collectifs à n’en plus finir.
    Et la vraie campagne notamment du côté de Rotheneuf qui disparaît.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !